Picardie : les mêmes qu’en 2012 ?

Les élections aux conseils centraux de l’université de Picardie Jules Verne auront lieu le mardi 15 mars 2016. La course à la présidence verra-t-elle s’affronter le président sortant, Michel Brazier, et son challenger de 2012, Mohammed Benlahsen ? Pas sûr !

P1430306

Michel Brazier, professeur des Universités-Praticien Hospitalier (PU-PH), est le 10ème président de l’UPJV. Dans l’article du Courrier Picard du 9 février (La Citadelle n’est pas sous-dimensionnée), on lit : « Candidat à sa succession, le président a présenté ce mardi son équipe, retouchée à la marge, où l’on trouve à nouveau des piliers comme Michel Slama (Santé) et Philippe Nivet (Histoire). Comme en 2012, il sera opposé au doyen de la fac de sciences, Mohammed Benlahsen, qui le taxe « d’une mandature sans projet ».

Le président sortant est né en 1950, soit 66 ans cette année, 70 ans en 2020. Il peut être élu dans un conseil central, mais il ne peut candidater à la présidence, car il ne pourrait faire un mandat de 4 ans. Il a dépassé la limite d’âge pour candidater : celle-ci a été reportée à 64 ans en 2012 (68 ans en fin de mandat, 68 ans, l’âge obligatoire de la retraite pour les professeurs). Vers un contentieux ?

Les listes d’opposition, menées par Mohammed Benlahsen (faculté des sciences), s’intitulent : Dynamique 2016. Un élan pour l’UPJV.

P1430422

« Les élections constituent pour notre université une chance et un défi : affirmer notre place dans la nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie comme université de plein exercice, de la licence au doctorat, forte de ses capacités d’enseignement et de recherche.

Dans le contexte de structuration de l’Enseignement supérieur et de la recherche en France et plus particulièrement dans la grande région, l’Université de Picardie Jules Verne, tirant parti de la richesse de sa pluridisciplinarité, se doit de porter un projet ambitieux, alliant audace et réalisme : la qualité des formations, l’excellence scientifique, l’innovation et le renforcement des partenariats économiques dans une démarche engagée de développement durable et solidaire…

gpe-president-007Lettre de candidature.

Pourquoi changer ? Une brève lecture de l’état actuel de l’UPJV permet de dégager à la fois les lignes de rupture et les dérives graves qui traduisent une gouvernance centralisée et exclusive sans appui sur les instances : Conseils, RDD, RDU. Cette gouvernance est trop souvent dans l’incapacité à mobiliser et à travailler efficacement en réseau avec l’ensemble des partenaires académiques, économiques et sociaux. Rien n’a été préparé pour que notre université s’inscrive sans heurt ni difficulté dans ce qui est désormais notre nouveau paysage régional et national. Le mandat qui s’achève s’est contenté d’une gestion au jour le jour de la situation, sans concertation, sans vision ni anticipation stratégiques« …

Profession de foi

Les candidat-e-s des listes Dynamique 2016 veulent promouvoir une université de service public, dynamique et solidaire, capable de relever le défi de construire ensemble un avenir ambitieux pour notre établissement en prenant appui sur nos compétences et notre potentiel d’innovation. Cette démarche s’inscrit dans un esprit de responsabilité, d’ouverture, de rassemblement et de démocratie transparente. Informer, débattre, travailler autour de projets collaboratifs et décider ensemble, c’est possible !

P1430421

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s