UBL : une abstention massive

La COMUE Université Bretagne Loire a été créée par décret du 6 janvier 2016. En sont membres 7 universités, 15 écoles, 5 organismes de recherche. 27 établissements ! Qui dit mieux ?

Les 15 et 16 mars 2016, étaient organisées les premières élections des représentants des personnels et des usagers au Conseil d’administration et au Conseil Académique de l’UBL.

P1440183Cliquer sur les images pour les agrandir

L’abstention a été massive : elle est la grande gagnante du scrutin (communiqué de presse). Dommage qu’elle n’ait pas été encore plus forte !

P1440182

L’UBL est un regroupement forcé d’établissements dû au contexte : obtenir les financements importants d’une initiative d’excellence (IDEX) ; l’échec aurait dû inciter à en rester là et à revenir aux deux regroupements régionaux qui existaient jusqu’en 2015 : l’université européenne de Bretagne, et l’université de Nantes, Angers, Le Mans. Ce n’est pas le cas et il a donc fallu organiser les élections statutaires. Elles seront suivies de l’élection d’une ou d’une président (une chaise musicale qui peut être fort rémunératrice).

L’UBL est une super-structure qui va s’avérer inefficiente et inefficace. Elle va dévorer des maigres crédits, les saupoudrer dans des mini appels à projet. Les élus au CA et les élus au Conseil académique vont très vite s’apercevoir qu’ils ne sont assis que sur un strapontin brinquebalant. Libres à eux de croire qu’ils vont servir à quelque chose. Ils ne méritent pas de perdre leur temps dans cette galère.

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

Une réponse à “UBL : une abstention massive

  1. palamède de guermantes

    La participation étudiante à ces élections est dérisoire – 3 % – De plus au delà de cette élection, il y a le devenir des 3 candidatures isites et de l’impact de leurs résultats sur la gouvernance de l’UBL. La probabilité est que s’il y a un projet retenu (ce qui pourrait être Nantes en raison de données politiques) c’est à partir de cet éventuel isite que s’organisera le leadership de cette immense COMUE.
    Les 3 présidents « majeurs » (Nantes, Rennes1 et Brest) pensent donc jouer dans la cour des grands. Les deux présidents « Snesup » Rennes 2 et Le Mans sont réticents sur l’ensemble du projet COMUE mais n’ont pas coupé les ponts ni avec Rennes1 ni avec Nantes (pour Le Mans). Les présidents de Bretagne-sud et d’Angers sont à la fois silencieux et manifestement hors-jeu. Pour des raisons de taille (Bretagne-sud) et de choix délibéré pour Angers. Son président a clairement choisi pour son université de privilégier les formations professionnelles et non la recherche.
    L’UBL pourrait être un tripode « celtique » avec des satellites. Comme l’écrivait un économiste dans la revue Place Publique, c’est « la Bretagne et ses marges » qui serait à terme la réalité de l’UBL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s