Paris 13 : opacité, amateurisme

Les élections universitaires à Paris 13 ont eu lieu le 8 mars 2016. Quand aura lieu l’élection du président ? Mystère !

L’université est championne de l’opacité de l’information (chronique du 14 mars 2016), à ce point qu’une des listes de candidats a dû, pour les lecteurs externes, opérer un savant décryptage. Championne du secret, mais également championne de l’amateurisme administratif.

Calendrier électoral de Paris 13.

7 janvier 2016, arrêté portant appel à candidatures à l’élection du président de l’université. 7 janvier, lancement de l’appel et début du dépôt de candidatures auprès du service juridique. N’importe quoi ! Habituellement, l’appel à candidatures présidentielles suit et non précède les élections aux conseils centraux. Des candidatures ont-elles été déposées avant le 8 mars ? Mystère !

L’article 9 de l’arrêté du 7 janvier fixe au 25 mars un conseil d’administration pour compléter le CA par l’élection de cinq personnalités extérieures.

11 mars 2016. Proclamation des résultats des élections du 8 mars. Ils ne sont pas en ligne sur l’Internet : opacité. Un correspondant m’a fait parvenir les résultats pour les représentants du personnel élus au Conseil d’administration. J’observe pour la 1ère fois qu’il n’y a que 4 élus BIATSS au CA (16 enseignants-chercheurs) : c’est unique dans les scrutins de cette année. Opacité, amateurisme… Il faudrait ajouter absence de confiance dans les personnels BIATSS ou mépris à leur égard.

14 mars 2016. Arrêté de la Rectrice, nommant Jean-Loup Salzmann, président sortant, administrateur provisoire de l’université, avec pour mission d’organiser l’élection de la ou du président. Amateurisme : c’est bien la 1ère fois au cours d’élections universitaires normales (normales = ni démission, ni mort du président) qu’il faille passer par la case « administration provisoire » ! L’article 5 de l’arrêté rectoral est respecté (publication sur le site de l’université).

Mars (non daté précisément) : appel public à candidatures pour la désignation des cinq personnalités extérieures au Conseil d’administration. Amateurisme : l’arrêté du 7 janvier fixait le délai de réponse au 25 mars ; ce nouvel appel fixe le délai au 31 mars. A Paris 13, on n’est pas pressé de procéder au scrutin présidentiel !

Quand aura lieu le scrutin ? Jean-Loup Salzmann espère-t-il ou craint-il un recours en contentieux qui prolongerait son administration provisoire ? Deux cas possibles de contentieux. 1. Une personnalité extérieure a déposé sa candidature avant le 25 mars (délai initial) ; elle n’est pas élue, alors qu’est élue une personnalité extérieure qui a déposé sa candidature entre le 26 et le 31 mars. La non-élue proteste !

2. Le deuxième cas de contentieux possible résulterait d’une décision de JLS lui-même : il a en effet sanctionné Samuel Mayol, directeur de l’IUT de Saint-Denis, lui interdisant l’accès aux locaux universitaires. En retour, celui-ci a déclaré être candidat à la présidence de Paris 13.

Pour défendre sa candidature devant le Conseil d’administration, Samuel Mayol devra être présent. Si on lui interdit l’accès à la salle du conseil, il déposera un recours en contentieux. Si on le lui permet, ce sera un fiasco de plus pour Jean-Loup Salzmann. Amateurisme devenant guignolesque ! Pour l’administrateur provisoire JLS, le mieux serait de reporter l’élection présidentielle aux calendes grecques !

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s