Le livre des métiers (1268)

Le livre des métiers. Source 1. Wikipédia.

Étienne Boileau est nommé par Saint Louis Prévôt de Paris en 1261. Chargé de la juridiction des métiers, il se heurte à la difficulté de trancher les litiges en l’absence de textes écrits, les règlements de métiers n’étant connus pour la plupart que par des traditions orales transmises de père en fils et de maître en maître. Il invite donc chaque communauté de métiers à rédiger ses statuts et décide, après les avoir homologués, de les réunir en un seul recueil . Ce recueil, dont le titre exact est Les Établissements des Métiers de Paris, est connu sous le nom de Livre des Métiers. Il est communément daté de l’année 1268, bien que son élaboration ait probablement nécessité plusieurs années.

Deux parties composent le Livre des Métiers. La première (101 titres) présente le statut des communautés, la seconde (31 titres) traite des impôts, droits et redevances dus par les métiers. Une troisième partie, consacrée aux justices et juridictions, n’a jamais été rédigée (ou a été perdue).

P1450849Source 2. Caroline Bourlet, Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT), Le livre des métiers dit d’Étienne Boileau et la lente mise en place d’une législation écrite du travail à Paris (fin XIIIème-début XIVème), in Médiévales 69, Travailler à Paris, Automne 2015. Extraits de l’article en 5 photos.

P1450848Source 3. Sharon Farmer, Université de Californie, Santa Barbara, Les privilèges des métiers, l’intégration verticale et l’organisation de la production des textiles de soie à Paris aux XIIIème et XIV siècles, in Médiévales 69, Travailler à Paris, Automne 2015. Extraits de l’article en 5 photos.

P1450841

Source 4. Denise Borlée, ARCHE, Université de Strasbourg. Les métiers de la sculpture de la pierre au XIIIème siècle, cours de master. Selon le Livre des métiers : A. Ymagiers tailleurs de Paris et de ceus qui taillent cruchefis à Paris. Le titre LXI est consacré aux tailleurs et sculpteurs de statues, statuettes, crucifix… Les matériaux travaillés étaient le bois, l’os, la corne ou l’ivoire. B. Paintres et tailleurs d’ymages. Les imagiers-peintres (titre LXII) recouvraient les statues d’or ou de couleurs.

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Ile-de-France, E. Arts Lettres Langues, E. Sciences humaines et sociales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s