Sur la piste de Babel

Ana ziqquratim. Sur la piste de Babel. Exposition à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, à partir du 27 avril 2016, imaginée et organisée par l’Institut d’Histoire et d’Archéologie de l’Orient ancien et l’Association strasbourgeoise pour le Proche-Orient ancien.

Ana ziqquratim signifie « vers la ziggurat  » en akkadien, l’une des plus anciennes langues du Sud mésopotamien. L’exposition retrace l’avènement dans le Sud irakien de ces bâtiments de briques crues et cuites, à étages de taille décroissante, que sont les ziggurats. La dernière et la plus imposante fut la ziggurat de Babylone, qui fut consacrée merveille du monde et dont le souvenir s’est transmis, à travers la Bible, sous le nom de « tour de Babel ».

Couv-catalogue_Page_1Cliquer sur l’image pour l’agrandir

« L’origine de ce genre d’édifices s’enracine dans le Ve millénaire av. J.‑C., quand apparaissent les premiers bâtiments monumentaux sur plate-forme. Au IIIe millénaire av. J.‑C., ce modèle architectural prend de l’ampleur, avec la superposition de deux à trois plates-formes supportant un bâtiment sommital conçu comme la résidence terrestre d’un dieu : son temple. La formule se perpétua jusqu’au milieu du Ier millénaire av. J.‑C. et disparut avec la civilisation mésopotamienne elle-même. Les vestiges matériels qui en témoignaient retournèrent dès lors à la terre dont ils étaient faits, réduits à des masses informes, dépouillés de leur splendeur. Seul le motif scripturaire survécut, celui de la « tour de Babel », et enflamma l’imaginaire occidental jusqu’à la redécouverte de ces majestueux monuments et de leur réalité par l’archéologie à partir de la fin du XIXe s ».

Exposition avec le concours de la Haute École des arts du Rhin de Strasbourg, de la Maison interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace, de l’École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg et de l’Eurométropole de Strasbourg, grâce à des fonds alloués par l’université de Strasbourg au titre de l’Investissement d’avenir et par plusieurs de ses acteurs (la commission de la Recherche, le Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes, la faculté des Sciences historiques), par la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, la Fondation de l’université de Strasbourg, la direction des Affaires culturelles de la région Alsace – Lorraine – Champagne – Ardennes et le laboratoire Archimède du CNRS.

Pour aller plus loin : expositions de la BNUS depuis sa ré-ouverture à l’automne 2014; également : Fénelon, 30 ans en 1681.

1 commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie, E. Sciences humaines et sociales

Une réponse à “Sur la piste de Babel

  1. HEAR

    Beau titre, très bon commissariat, scénographie et maquettes superbes, catalogue riche et partenariats optimums; une très belle exposition – à voir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s