Archéo, Mésopotamie, Ziggurat

Suite de la chronique Sur la piste de Babel.

Album de 49 photos : visite commentée de l’exposition anaziqquratim par Philippe Quenet, commissaire de l’exposition et éditeur de l’ouvrage aux Presses Universitaires de Strasbourg. Présentation résumée de l’exposition (jusque fin juin 2016).

P1450952Cliquer sur les images pour les agrandir

Cette superbe exposition est le fruit d’un travail collectif de plus de deux années. Elle participe du travail de valorisation effectué par les enseignants-chercheurs et les jeunes chercheurs (en doctorat et en master) ; ceux-ci ont pu bénéficier de financements accordés par l’Initiative d’excellence (université de Strasbourg). Il faut s’en féliciter : les SHS ne sont pas oubliées ! C’est sûr en effet qu’Anaziqquratim va faire naître des vocations !

L’organisation de la recherche en archéologie est quelque chose de compliqué, surtout dans le contexte d’injonctions bureaucratiques à procéder à des regroupements d’équipes et de chantiers de fouilles fermés (c’est le cas actuellement pour les parties turque, syrienne, irakienne de la Mésopotamie).

P1460033

Dans quel contexte organisationnel travaille le commissaire de l’expo Philippe Quenet, professeur d’archéologie (photo du 26 avril 2016) ?

P1460041

Ses recherches portent sur les contacts et les jeux d’influences dans les pays d’Orient, du IVe au Ier millénaire av. J.-C, sur l’urbanisme syro-mésopotamien. Il appartient à l’équipe de recherche Territoires et Empires d’Orient (TEO), qui est une des quatre équipes d’Archiméde (Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée – Europe UMR CNRS).

Au sein de l’équipe TEO, Philippe Quenet travaille, au sein de la thématique Les sites et leur environnement, sur l’Opération 1. La Syrie du Nord de l’Euphrate au Khabur, du IVe au IIe millénaire

Dans la Jézireh syrienne, en Haute Mésopotamie, nos activités sont consacrées à l’étude de sites très complémentaires et représentatifs, chacun, d’un aspect de la civilisation de type syro-mésopotamienne et de son évolution entre le Chalcolithique récent (IVe millénaire) et le début du Bronze Moyen.

Les temples de Mari. Les orientations nouvelles du chantier de Mari ont permis récemment des découvertes d’une importance considérable sur l’évolution du secteur sacré de la grande métropole de l’Euphrate syrien, entre env. 2500 et 1750 av. J.-C. Notre but est de poursuivre dans ce domaine la publication des travaux des missions de A. Parrot et de J. Margueron, comme des nouvelles (temples de Ninhursag, de Shamash, du « Roi du pays »). Les résultats de cette opération auront vocation à nourrir les séminaires pluridisciplinaires que l’UMR consacrera au thème transversal Les gestes rituels : traces matérielles et interprétations.

P1460009Les archives de la composante Archéologie orientale.

Huit missions ont été répertoriées. Pour la Turquie : Porsuk, Gülnar et la mission relative aux villes de Lycie ; pour la Syrie : Tell Hariri / Mari, Ramadi, Tell Mashnaqa, Meskéné / Emar et la mission archéologique syro-française de la Syrie du Nord. À cela s’ajoute un fonds de chercheur : celui de Jacqueline Pirenne, de même que des séries à but pédagogique et les collections d’étude : plaques de verre et diapositives de cours, empreintes de sceaux et de scellements de porte et moulages.

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s