IDEX Sorbonne Paris Cité arrêté

Le jury international du Programme Investissements d’Avenir a proposé l’arrêt de l’IDEX Sorbonne Paris Cité ; le gouvernement a acté cette proposition. Quelques centaines de millions envolés pour SPC. Son président, Jean-Yves Mérindol, parle « d’incompréhension et d’immense gâchis » (in News Tank du 28 avril 2016).

La logique voudrait maintenant que Jean-Yves Mérindol démissionne. J’ai rarement vu un tel aveuglement sur les faiblesses d’un projet. Ma chronique du 20 novembre 2015 annonçait une possible catastrophe : Sorbonne Paris-Cité : fin de l’IDEX.

Extraits de cette chronique. « Le texte Propositions d’actions et financement des pôles pour 2015-2016 (synthèse des propositions d’actions des pôles pour 2015-2016, 68 pages), adopté par le Conseil d’administration de USPC le 21 octobre 2015, comporte des faiblesses telles, que l’avenir de l’IDEX SPC est sérieusement menacé. Elles sautent aux yeux dès la 1ère page du texte propositionnel.

Les 4 pôles ne sont qu’une construction administrative arbitraire (en décalage avec les 5 domaines scientifiques en vigueur au niveau national, sans doute pour éviter la résurgence des cinq facultés historiques). Leur gouvernance n’est même pas décidée.

Les actions proposées pour 2015-2016 vont faire rigoler les experts internationaux car elles ne sont qu’une liste à la Prévert. Et enfin le financement prévu pour chacun des pôles (80 ou 120.000 euros) est de l’ordre du symbolique : vu le nombre pléthorique d’actions, chacune d’entre elles ne bénéficiera au mieux que de 3 ou 4.000 euros : ne pas rire ! »…

Lire la suite de la chronique du 20 novembre 2015…

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur Sorbonne Paris Cité.

2 Commentaires

Classé dans C. Ile-de-France

2 réponses à “IDEX Sorbonne Paris Cité arrêté

  1. Jean-Rémi Lapaire

    Je n’ai aucune idée du projet global et de ses éventuelles faiblesses. Avant d’ironiser, il faudrait quand même s’interroger aussi sur l’expertise internationale présumée qui, tout respectable et nécessaire qu’elle puisse être, aligne aussi un certain nombre d’esprits formatés qui jugent parfois sévèrement ce qui n’entre pas dans leurs méthodologies et leurs pratiques. Il y a aussi un respect à manifester pour le travail des personnes qui ont déposé et fait vivre des projets, dans la diversité de leurs appartenances disciplinaires, le projet étant parfois la seule façon d’obtenir quelques crédits qu’ailleurs on accorde en simple mode fonctionnement.
    Mon témoignage: j’ai eu l’occasion de travailler, en tant que membre invité d’une autre université (Bordeaux Montaigne) à un projet mêlant les arts et les sciences, l’esprit en action et le corps en mouvement, qui a effectivement reçu une toute petite enveloppe mais qui a nécessité un travail riche et créatif de conception, de rencontre, de collaboration. Il n’y avait là nul amateurisme, nul relâchement et lorsque la validation IDEX est arrivée, une formidable synergie. Moralité: il est facile, du clavier d’un blog, d’ironiser. Mais quand on est sur le terrain, avec de vrais étudiants, de vraies contraintes d’espace, de budget et de temps, de recherche aussi, ont est dans une action imparfaite et risquée, qui se cherche parfois c’est vrai, mais une action transformative tout de même, ô combien plus difficile que la glose agile. La glose, forcément, à la fac ou dans les comité d’expertises, on sait faire. Il n’y a dans cet arrêt soudain – préféré à une action corrective – aucune victoire du bon sens mais une garantie de démotivation pour ceux qui auront joué le jeu avec honnêteté et talent. Quand aux sommes désormais économisées, on voudrait être certain qu’elles seront superbement réinvesties.

    • vallat

      Dès 2005 puis en 2008 dues rapports (J. Aubard, D. Dreyfuss, JP Vallat puis M. Delamar) mettaient en garde face aux faiblesses de la construction du Pres dirigé par Girard puis de la Comue dirigée par JY Merindol : faible adhésion d’un grand nombre d’enseignants chercheurs, réticence des Biatoss, L’envie de travailler en dehors de la Comue dans des affinités venus de la base (en math, en Shs etc) l’emportaient souvent largement sur les desiderata venus d’en haut (des présidents, du ministère. le président de Sc Po, avant son décès avait lui aussi mis en garde contre le caractère hétéroclite et contradictoire de la Comue (séminaire de Fontainebleau. Il n’y a donc pas de très grande surprise à voir aujourd’hui échouer un projet aussi mal bâti. De Pisa à ShanghaI, la France doit prednre conscience qu’elle ne fait plus partie de l’élite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s