Agrégation pour les docteurs

Dans les chroniques du 15 octobre 2015, Les docteurs recasés agrégés, et du 11 décembre 2015, Doctorat puis agrégation : non !, je m’opposais fermement à cette fausse bonne idée. Le décret du 20 mai 2016 ne me rassure pas du tout. De son côté, la Société des agrégés déplore un manque d’ambition et dénonce un passage en force.

Courriel reçu le 25 mai 2016. Cher Pierre. Le décret sur  le concours spécial externe Agrégation du secondaire pour docteurs est paru. Je ne suis vraiment pas sûr qu’il faille s’en réjouir car cela entérine le fait de voir les docteurs recrutés sur des postes :

1)  à 384 heures d’enseignement dans l’enseignement supérieur,

2) pour lesquels l’indice maximum est « hors échelle lettre A » pour la hors-classe , ce qui ne peut que affaiblir la position des EC, dans les négociations prévues (et retardées au 2nd semestre 2016) pour faire reconnaître le fait que les maîtres de conférences et docteurs bac+8 doivent avoir au moins accès à la hors-échelle C, si on veut que le principe  de l’accès à au moins la hors-échelle B  pour tous les fonctionnaires A+ soit respecté et qu’il soit tenu compte que Bac+8, c’est plus que bac+5 (principe censé être essentiel dans la fonction publique).

Pour aller plus loin : 205 chroniques du blog sur le doctorat, les post-doc, les docteurs, les doctorants.

Extraits du décret. Chapitre Ier : Dispositions modifiant le décret n° 72-580 du 4 juillet 1972 relatif au statut particulier des professeurs agrégés de l’enseignement du second degré.

Peuvent se présenter au concours externe spécial, les candidats justifiant de la détention d’un doctorat. Le nombre des places offertes ne peut être supérieur à 15 % du nombre total des places mises aux deux concours externes.

Les candidats qui ont été admis au concours externe spécial sont classés selon les dispositions du décret du 5 décembre 1951. Toutefois, ils bénéficient d’une bonification d’ancienneté de deux ans au titre de la période de préparation du doctorat. Lorsque la période de préparation du doctorat a été accomplie sous contrat de travail, les services accomplis dans ce cadre sont pris en compte, selon les modalités prévues à l’article 11-5 du même décret pour la part de leur durée excédant deux ans. Une même période ne peut être prise en compte qu’une seule fois.

Un arrêté du ministre chargé de l’éducation nationale et du ministre chargé de la fonction publique fixe les sections et les modalités d’organisation des concours.

Un arrêté du ministre chargé de l’éducation nationale fixe chaque année les sections et options dans lesquelles les concours sont ouverts.

4 Commentaires

Classé dans Non classé

4 réponses à “Agrégation pour les docteurs

  1. nicolas

    « cela entérine le fait de voir les docteurs recrutés sur des postes à 384 heures d’enseignement dans l’enseignement supérieur » : très franchement, je ne pense pas que ce soit à cela que pense prioritairement le ministère. A mon avis, son but est simplement de tenter tant bien que mal d’attirer des docteurs supplémentaires vers l’enseignement secondaire où, depuis la masterisation, la pénurie de professeurs est importante dans des disciplines comme les maths, l’anglais ou les lettres où 1/3 des postes au Capes ne sont pas pourvus (faute de candidats ayant un niveau suffisant, et non pas faute de candidats comme on le lit trop souvent). En maths, cela fait 2 ou 3 ans que même l’agrégation externe ne pourvoit pas 1/3 de ses 450 postes annuels. Par ailleurs, les postes de PRAG ne sont pas si nombreux et ne pourraient clairement pas suffire à absorber le flux de jeunes docteurs (alors que pas mal d’entre eux seraient déjà bien contents d’avoir un tel poste plutôt que d’aller en collège où ils ne sont pas forcément à l’aise).

    Quant au décret en lui-même, la seule bonne nouvelle est que les docteurs n’ayant pas bénéficié d’un contrat de droit public pourront quand même faire reconnaître leur doctorat comme valant 2 ans d’expérience. Par contre :
    – je n’ai pas l’impression que les expériences d’enseignement soient reconnues au point de permettre à éviter de faire un stage dans le secondaire et de tomber ainsi sous les fourches caudines des délires pédagogistes des ESPE : l’inégalité entre ceux qui valident leur stage d’agreg grâce au monitorat parce qu’ils ont obtenu l’agreg avant la thèse et entre ceux qui auraient fait une thèse avec monitorat sans être agrégé et qui devront faire leur stage dans le secondaire, ce qui devient une véritable épreuve en soi depuis quelques années ;
    – il faudra attendre les programmes des épreuves de ces agrégations spéciales, mais on peut craindre qu’elles ne soient vues comme des agrégations au rabais, parce que plus faciles, et qu’elles ne donnent ni autant de droits (notamment pour un éventuel poste en prépa) , ni autant de prestige, que l’agrégation externe standard.
    Bref, dit comme ça, il vaudra mieux passer l’agrégation avant la thèse, ce qui n’est pas forcément si simple, tout le monde ne pouvant se payer (financièrement) le luxe de passer un an à bachoter un concours pour un métier (prof du secondaire) qui ne l’intéresse pas alors qu’il veut enseigner et/ou chercher dans le sup.

    Je préférerais voir la coupure de l’agrégation en deux, entre un concours du secondaire et un concours pour les postes d’enseignants non-chercheurs du supérieur : PRAG en licence ou en IUT et professeurs de CPGE. Soit dit en passant, cela mettrait fin à l’opacité actuelle du recrutement de ces derniers (un choix discrétionnaire des IG) et au recrutement local (et non national) des PRAG : ces deux modes de recrutement permettent les magouilles et les pistons. Cela mettrait fin aussi et surtout à l’ambiguïté de l’agrégation actuelle qui peut mener son titulaire à enseigner de la 6e au bac+3 (voire plus), au bon vouloir de la loterie des affectations des professeurs agrégés. Bref : clarification et recrutement sur un concours national de qualité.

    • nicolas

      Je voulais dire : « l’inégalité (…) stage dans le secondaire, ce qui devient une véritable épreuve en soi depuis quelques années, est apparemment maintenue »

  2. Réaliste

    Un docteur peut préférer un poste d’agrégé à un poste de MCF, depuis la revalorisation les carrières d’agrégé étant plus intéressantes que celles de MCF (voir sur ce blog Sup :carrières moins attractives).
    Et le passage par une thèse peut devenir un moyen de contourner le concours classique d’agrégation.

  3. Pingback: Agrégation pour les docteurs | Doctorat ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s