S. Bonnafous, ministre de fait

Simone Bonnafous, directrice de la DGESIP depuis 2012, a été entendue le 2 juin 2016 par la Mission d’information de l’application de la loi ESR  de juilet 2013. L’audition n’est pas encore consultable sur le site de l’Assemblée nationale. Par ailleurs ni information sur le site du MENESR, ni sur le site de la CPU.

Par contre, un journaliste de News Tank Education devait être présent à la séance d’hier de la Mission d’information, car l’agence a immédiatement publié un article, accessible seulement aux abonnés.

La directrice a pris position sur les contrats de site, le programme Investissements d’avenir, la carte territoriale de l’ESR, la gestion de l’interministériel, la différenciation des modèles d’enseignement supérieur, le développement des bachelors, l’évaluation de l’enseignement supérieur privé. Prises de position avec l’aval de ses tutelles ? Sans doute pas.

Il faut dire que le Secrétaire d’État, Thierry Mandon, ne se montre guère intéressé par l’enseignement supérieur et la recherche.

Un commentaire déposé ce matin sur le blog est éloquent à cet égard. Réponse à Olivier. Le PS affichant son mépris total pour l’université ? Ce n’est même pas du mépris c’est du désintérêt.

Il est toujours instructif d’écouter le sous-ministre à l’ESR à qui personne n’a dit qu’il n’était ni porte parole du gouvernement, ni commentateur politique, ni salarié du PS alors qu’il croit qu’il est les trois à la fois. L’ESR, il s’en fout. Encore ce matin (mais à chaque interview c’est la même chose), il a parlé des crues, de la loi Travail et des primaires du PS, mais pas un mot sur l’ESR, visiblement ce n’est pas son truc.

Il est sans doute là pour une question d’équilibres complexes au sein du PS (c’est un ami de Montebourg, mais il ne partage pas ses analyses, nous confie-t-il, ce qui est évidemment nettement plus palpitant que des problèmes de sélection en master, de financement de la recherche ou de revalorisation des carrières). Simone Bonnafous, nommée en 2012, est ministre de fait. Thierry Mandon ne la sanctionnera pas parce qu’elle a oublié son devoir de réserve. Il y avait un moment que Simone Bonnafous ne s’était pas manifestée (toutes les chronique du blog sur la directrice de la DGESIP). Elle se rappelle donc au bon souvenir de ses tutelles : « 2017 approche ; il serait temps de penser à la chaise musicale que vous allez me proposer ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s