Le HCERES s’engraisse

Pauvre Thierry Mandon ! Il rêvait d’être le Secrétaire d’État à la simplification ; il voulait, comme un de ses prédécesseurs célèbres, dégraisser le mammouth. Et voilà qu’il fait le contraire. Il contribue, avec d’autres, à laisser s’engraisser les superstructures nationales qui pilotent, encadrent, dirigent, contrôlent, évaluent l’enseignement supérieur et la recherche.

L’exemple de l’inauguration du nouvel immeuble du Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur par monsieur le simplificateur est caricatural (chronique du 6 juin de News Tank Education).

Le HCERES, c’est désormais plus de surfaces (4000 m² – lire la note infra), plus de personnels (100 administratifs et 8 délégués scientifiques), une pléiade de directeurs, un budget conséquent (plus de 15 millions d’euros), un organigramme multi-couches, un président en fin de carrière, Michel Cosnard (payé combien ?).

SONY DSC

Cette sculpture, dans le hall d’entrée de l’AERES rue Vivienne, a-t-elle été emporté dans le déménagement récent (photo de mars 2011) ?

Et tout ça pour quoi faire ? La loi de juillet 2013 a supprimé l’AERES pour la remplacer par le HCERES. Près de 3 ans pour mettre en place les structures du HCERES, celui-ci déléguant les évaluations de terrain à des opérateurs. Un premier bilan ? Les universités demeurent évaluées selon les mêmes grilles : évaluation des formations, des unités de recherche, des établissements.

Franchement, pour ces évaluations, je ne vois pas de valeur ajoutée induite par la création du HCERES, sauf qu’il est plus difficile de trouver les rapports (l’onglet Publications de la page d’accueil du site ne mène à rien).

Deux changements mais des changements qui marquent une régression, un retour dommageable à la proto-histoire de l’évaluation. Les unités de recherche ne font plus l’objet d’évaluations classantes (notes A, A+, B, C sur plusieurs critères, alors que le jury international des IDEX et des Isites continue à résumer par des notes A, B, C ses points de vue et ce pour parvenir à fonder ses décisions). Depuis la loi de 2013, l’évaluation des formations ne s’intègre plus dans le processus d’habilitation ; c’est toute l’offre de formation qui est accréditée. Les universités ont donc perdu deux outils d’aide à la décision pour faire évoluer l’offre d’unités de recherche et l’offre de formations.

Enfin, les contrats de site quinquennaux, qui sont sensés s’appuyer sur les évaluations, ont perdu de leur intérêt financier. Dans des budgets qui comprennent la masse salariale, les financements des contrats ne représentent presque plus rien. Sauf pour les universités « pauvres ». Les autres, les meilleures, comptent, pour se financer, davantage sur le programme d’investissement d’avenir et sur les financements européens.

Note. Qui peut sincèrement croire à ce que dit le HCERES en matière d’économies ? « Depuis mars 2016, le Haut Conseil est le premier locataire des 4 000 m2 de cet immeuble de 8 étages qui doit accueillir ses quelques 100 personnels administratifs et 80 délégués scientifiques. A la clef de ce déménagement dans un quartier moins coûteux que celui de la Bourse où était située l’Aeres, des économies conséquentes, espère le HCERES. Y compris sur les charges, puisque le bâtiment est labellisé Haute qualité environnementale. Selon le rapport d’activité 2014 du HCERES, 22 % des dépenses soit 3,3 M€ avaient été consacrées au loyer et aux charges » (in chronique du 6 juin de News Tank Education).

Pour aller plus loin : 175 chroniques du blog sur l’Évaluation.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Le HCERES s’engraisse

  1. Samuel BLIMAN

    Pourquoi s’inquiéter: on sait trés bien que la « simplification » donne lieu à augmentation d’effectif et de dépenses. Une illustration de la méthode: vouez les communautés de communes…. et le rapport de la cour des comptes!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s