Picardie. L’enlisement se poursuit

Chroniques sur l’élection des conseils centraux et de la présidence de l’université de Picardie Jules Verne (UPJV).

19 mai 2016. Amiens Université : l’élection du prochain président dans l’enlisement. Le conseil d’administration n’a pas réussi à désigner un président. Les deux candidats en lice, Michel Brazier et Mohamed Benlahsen, disposent toujours de 16 voix chacun. Question maintneant : comment sortir de ce bloc contre bloc…

6 juin 2016. Le Courrier Picard. Université de Picardie, l’État reprend la main (lire la Note 2).

6 juin 2016. Information de la Direction générale des services à tous les personnels. Le Conseil d’Administration de l’Université de Picardie Jules Verne devait se réunir le lundi 6 juin 2016 pour procéder à l’élection du Président de notre établissement.

L’une des quatre personnalités extérieures représentant la société civile a présenté sa démission la veille en fin d’après midi.

En conséquence, après concertation avec le ministère, madame le recteur a pris la décision d’ajourner le Conseil d’Administration et de nommer un administrateur provisoire qui devrait être connu rapidement.

Le Conseil d’Administration restreint a ensuite pu se réunir pour valider les travaux des comités de sélection pour les emplois de maîtres de conférences et de professeurs de la session synchronisée 2016.

Note 1. Michel Brazier, professeur des Universités-Praticien Hospitalier (PU-PH), est né en 1950 à Nesle (Somme)

Appel aux lecteurs et lectrices du blog. La retraite des professeurs de 1ère classe ou plus est fixée à 68 ans au plus tard. Le président actuel de l’UPJV atteindra ses 68 ans dans deux ans. Il ne pourrait donc faire un mandat de 4 ans. Selon moi, il est donc hors course pour la candidature à un second mandat. Et personne ne dépose un recours en contentieux ? Y aurait-il une jurisprudence ?

Note 2. in le Courrier Picard : Trois mois de guerre larvée. Rappel pour tous ceux qui ont raté les précédents épisodes d’une saga version Dallas  : au mois de mars dernier, les élections universitaires débouchent sur une égalité parfaite entre les deux listes en présence avec seize représentants de part et d’autre. Nuance : au sein de la communauté universitaire, la liste de Mohammed Benlahsen, doyen de la faculté des sciences présenté par le SNES-Sup-FSU, l’emporte nettement, avec 16 élus contre 12 au président sortant Michel Brazier. Ce dernier a toutefois trouvé un appui auprès des quatre personnalités extérieures représentant le CNRS et les collectivités (Métrople d’Amiens, Saint-Quentin, et région). Des semaines durant, les deux parties se sont écharpées autour de la nomination des quatre administrateurs représentant les milieux socio-économiques, susceptibles de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Jusqu’à ce qu’un accord intervienne en fin de semaine dernière sous l’égide de la Région, cette dernière faisant aujourd’hui partie des grands bailleurs de fonds de l’université. Mohammed Benlahsen devrait présider l’Université et Michel Brazier présiderait le conseil académique.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Picardie. L’enlisement se poursuit

  1. pas sûr

    Je crois qu’un PR peut prolonger jusqu’au 31 août qui suit l’anniversaire de ses 68 ans. Intuitivement, tant qu’il n’est pas à la retraite, il dispose de tous les droits d’un actif et donc de celui d’être président…

  2. Decanus

    Et on ne connaît pas ses charges de famille, qui permettraient éventuellement un report de la limite d’âge…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s