La CGE, donneuse de leçons

Communiqué de la CGE (1 juillet 2016), Les Grandes écoles : un catalyseur pour le troisième programme d’investissements d’avenir (PIA3) ? (signalement par Michel Abhervé, blog Alternatives Économiques).

La CGE ne manque pas de culot : elle donne des leçons sur la gouvernance de l’ESR, des opérations du PIA3 ; ne ferait-elle pas mieux de regarder de près la gouvernance de chacune de ses Écoles adhérentes ?

P1490250Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Les fondements du modèle Grande école au cœur des nouvelles orientations

La CGE approuve les fondements du troisième Programme d’investissements d’avenir : agilité de la gouvernance, importance de la pédagogie, recherche et son lien avec la formation, proximité avec les entreprises et international. Ces fondements sont ceux des Grandes écoles et des meilleures références universitaires internationales.

Des interrogations sur le foisonnement des concepts et leur pertinence pour résoudre les vraies questions

La CGE s’interroge cependant sur le foisonnement des concepts : « grandes universités de recherche », « écoles universitaires de recherche », « sociétés universitaires de recherche ». Comment ces entités émergeront-elles au sein d’ensembles encore confus entre les ComUE, les IDEX, les universités, les organismes et les écoles elles-mêmes ?

Comment cela sera-t-il possible sans s’attaquer aux principales questions qui freinent aujourd’hui la modernisation de l’ESR et la bonne articulation entre Grandes écoles, universités et organismes de recherche ? Cela ouvre-t-il la voie à une évolution des fondements et de la gouvernance des universités pour les rendre compatibles avec ceux des écoles et se rapprocher des modèles en vigueur à l’international ?

Le PIA3 est une réelle opportunité mais les questions d’optimisation de gouvernance doivent être prioritairement traitées.

Les écoles et les universités ont, conjointement, des atouts considérables. Elles ont travaillé ensemble de façon constructive depuis de nombreuses années et ont réussi le plus souvent à développer des relations de confiance dans les territoires. Associées, elles sauront valoriser, avec les organismes, l’excellence de leur recherche, leur offre de formation, leur capacité d’innovation et le lien avec l’entreprise.

À l’avant-garde sur de nombreux sujets – gouvernance, lien à l’entreprise, innovation – les Grandes écoles peuvent être le catalyseur de cette transformation et sont prêtes à s’y engager.

Cela suppose néanmoins de ne pas rajouter de la complexité dans le système et d’optimiser sa gouvernance pour en garantir l’agilité et l’efficience.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s