Ouh pour Bertrand Monthubert !

Trop, c’est trop ! Mais pourquoi donc Bertrand Monthubert, professeur des universités à Toulouse, cherche-t-il à cumuler les fonctions politico-administratives ? Parce qu’il ne veut plus faire le professeur des universités ? Le décret du 11 juillet 2016 vient en effet de le nommer Président du conseil d’administration de Campus France. Montant de ses indemnités de président ?

P1500154Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Fonctions occupées par BM depuis un an. 8 septembre 2015. Publication du rapport Stranes (BM en est le co-auteur avec Sophie Béjean, aujourd’hui rectrice de l’Académie de Strasbourg). Rapport décevant et dont je souhaite qu’il soit enterré immédiatement.

24 septembre 2015. BM démissionne de la présidence de l’université Paul Sabatier (Toulouse) pour se lancer dans la bataille des élections régionales. Il est désormais élu régional PS en Occitanie (Pyrénées – Méditerranée), mais n’est pas vice-président.

Un mois avant cette élection, en novembre 2015, BM est nommé conseiller spécial au cabinet de Thierry Mandon. Pour faire quoi ? Rien !

En effet, le 1 mai 2016, le Secrétaire d’État met fin à ces fonctions de conseiller spécial. Pourquoi cette interruption de fonctions ? BM devient président du comité du Livre blanc, prévu par la loi ESR de 2013, livre qui doit regrouper les propositions de la Stranes et de la Stratégie nationale de la recherche, afin de les présenter au gouvernement et au Parlement. Il travaille tout d’abord à la collecte des périmètres et la constitution du comitéUn mini-strapontin pour Monthubert : ouh !

Au fait, quelle est la situation de BM ? Enseigne-t-il à temps plein ou à temps partiel ? Est-il payé à temps plein ou partiel par son université ? Est-il en délégation, mis à disposition, en congé sans solde ?

Comment Bertrand Monthubert, ex-président de l’université Paul Sabatier, analyse-t-il la décision gouvernementale d’arrêter le financement de l’IDEX pour l’université fédérale de Toulouse ?

BM se sent-il responsable de la situation financière dégradée de son université ? Selon News Tank Education du 8 juillet 2016, le conseil d’administration de l’université Paul Sabatier se prononcera en septembre 2016, à bulletins secrets, sur un Pacte de développement, comportant de fortes mesures d’économies. Économies nécessaires – 16 M€ au total, dont au moins 6,5 M€ en 2016-2017 – et prévoit une remise à plat du fonctionnement de l’université.

Jean-Pierre Vinel, président depuis janvier 2016 : « le budget d’UPS est en déficit depuis deux ans et le sera à nouveau en 2016. Jusqu’ici, une partie du déficit avait été comblée par des prélèvements sur le fonds de roulement, mais celui-ci devient insuffisant. Une partie des problèmes vient du désengagement de l’Etat (GVT), de la hausse du nombre d’étudiants et des coûts d’entretien du patrimoine. Mais il faut revoir le pilotage de l’université pour que cette situation ne se reproduise pas ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s