L’abbaye de Sénanque

Suite des chroniques du blog sur l’Art médiéval. L’Abbaye Notre-Dame de Sénanque : album de 53 photos. Sources de la chronique et extraits : Wikipédia (deux articles), site de l’abbaye, visite de l’abbaye le 26 juillet 2016, court article en ligne (Sénanque, les pierres et la vie).

P1500346Cliquer sur les images pour les agrandir

1.Histoire. « L’ordre cistercien est une branche réformée des bénédictins dont l’origine remonte à la fondation de l’abbaye de Cîteaux par Robert de Molesme en 1098. Il joue un rôle de premier plan dans l’histoire religieuse du XIIe siècle. Par son organisation et par son autorité spirituelle, il s’impose dans tout l’Occident.

Restauration de la règle bénédictine inspirée par la réforme grégorienne, l’ordre cistercien promeut ascétisme, rigueur liturgique et érige, dans une certaine mesure, le travail comme une valeur cardinale, ainsi que le prouve son patrimoine technique, artistique et architectural…

L’ordre doit son considérable développement à Bernard de Clairvaux (1090-1153), homme d’une personnalité et d’un charisme exceptionnels ».

L’abbaye Notre-Dame de Sénanque « est un monastère cistercien situé sur la commune de Gordes, dans le Vaucluse. Fondé en 1148 à l’initiative d’Alphant (ou Alsaur), évêque de Cavaillon, par des moines cisterciens venant de Mazan (ou Mansiade) dans l’Ardèche. Ceux-ci s’installent dans l’étroite vallée de la Sénancole qui fait partie de l’apanage des seigneurs de Gordes. Au mois d’octobre 1150 l’un d’eux, Guiran de Simiane, la donne à Pierre, premier abbé. Sénanque prospère rapidement au point que, dès 1152, sa communauté est assez nombreuse pour fonder une seconde abbaye dans le Vivarais. Elle bénéficie de nombreuses donations, en particulier de la famille des Simiane et des seigneurs de Venasque ».

2. Architecture extérieure. « Labbatiale, d’un style roman très sobre, est édifiée en calcaire, taillé et assemblé en grand appareil régulier. Les toitures sont couvertes de lauzes. Elle présente une orientation peu fréquente, le conodine étant orienté au nord-est et la façade principale au sud-ouest.

P1500356

Le chevet est composé d’une abside semi-circulaire unique. Cette abside est couronnée d’une corniche moulurée et est percée de trois baies en plein cintre à simple ébrasement surmontées chacune d’une arcade en forme de sourcil. Elle s’appuie sur la croisée du transept qui présente des pans coupés, des trous de boulin (trous laissés par les échafaudages) et une corniche saillante soutenue par des corbeaux géométriques.

La croisée du transept est surmontée par un petit clocher carré percé lui aussi de trous de boulin et couronné par un toit en pierre de taille terminé par une croix de pierre. Ce clocher est typique de l’architecture romane cistercienne, qui prône la sobriété.

P1500336

La façade latérale est rythmée par cinq puissants contreforts situés au-dessus du collatéral et est surmontée d’une corniche saillante aux corbeaux géométriques, similaire à celle de la croisée. La façade principale, soutenue par deux puissants contreforts, est percée de deux étroites fenêtres à double embrasure et à voussure en plein cintre surmontées d’un grand oculus orné de douze lobes. Elle aussi est percée de trous de boulin.

L’abbaye possède également un cloître roman dont les galeries sont rythmées par des arcs de décharge abritant des triplets d’arcades en plein cintre supportées par des colonnes surmontées de chapiteaux à feuilles d’eau« .

P15003223. Le travail des moines (ils sont six actuellement). « Le lavandin est cultivé à Sénanque depuis la fin des années 60… Le travail des frères comporte deux secteurs d’activité : l’agriculture (lavande, miel, forêt) et l’accueil des retraitants à l’hôtellerie.

Le lavandin cultivé est une variété hybride, entre la vraie lavande et la lavande aspic. C’est un plan stérile que l’on reproduit par bouturage. Le lavandin fleurit à partir de fin juin. On le cueille sous le soleil du mois de juillet. La récolte est alors menée à la distillerie pour produire une huile essentielle de première qualité : 100% pure et naturelle, les tiges et les fleurs sont distillées à la vapeur d’eau ».

P1500256

2 Commentaires

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. PACA Corse

2 réponses à “L’abbaye de Sénanque

  1. Quel intérêt y a-t-il à recopier Wikipedia à longueur de Blog ? Peut-être se sentir dans la peau d’un écolier ?

  2. J’aime bien votre hypothèse ! Ne pas oublier que je suis retourné à l’école https://histoiresduniversites.wordpress.com/2014/11/23/auditeur-libre-n21410029/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s