L’UPEC en crise et en vacances

Dans le contexte d’une crise institutionnelle grave (le calendrier en est rappelé ci-dessous), il est surprenant de constater que Paris-Est Créteil annonce à la Une la fermeture de l’université du 26 juillet au 22 août 2016. Quatre longues semaines pour fermer les yeux sur l’avenir ? La crise ne semble pas exister : aucun communiqué de presse, aucune information dans la Lettre de l’UPEC de juillet 2016. Circulez, il n’y a rien à voir. Bien étrange communication de crise !

hv2016-20-20posttwitterrose-20-201024x512Cliquer sur les images pour les agrandir

Chronologie de la crise

5 février 2016, Luc Hittinger, candidat à un second mandat de président, annonce sa victoire, sur le blog de campagne des listes Penser l’avenir, Agir ensemble. Ces listes sont en effet arrivées en tête dans les deux collèges enseignants. Le projet de fusion avec l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée est donc validé par une majorité (relative) des électeurs enseignants et chercheurs.

P1510010

8 mars 2016. Conseil d’administration. Olivier Montagne, candidat des listes Stoppons la fusion et décidons ensemble et  Quelle gouvernance pour quelle université, est élu président de l’Université Paris-Est Créteil, avec 19 voix en sa faveur contre 12 voix pour Luc Hittinger, et un bulletin blanc.

Trois surprises. C’est la 1ère fois dans les élections 2016 qu’un président sortant est battu. Surprise d’autant plus énorme que les listes soutenant ce président l’ont emporté dans les deux collèges enseignants. C’est également la 1ère fois que les administrateurs s’opposent à la fusion de deux établissements. La fusion, c’est terminé !

19 juillet 2016. La crise prend tournure. Conseil d’administration de l’université Paris-Est : candidature I-SITE : approbation du repositionnement de la trajectoire institutionnelle du projet.

« Le CA souhaite toutefois que le nouveau projet préserve toutes les possibilités que s’y associent des sous-ensembles du pôle Santé & Société d’Université Paris-Est, avec l’accord de leurs institutions de tutelle, notamment sur les interactions entre la santé, la ville et son environnement… Le repositionnement de la candidature n’a pas vocation à remettre en cause le périmètre de la politique de site sur l’Est parisien, tel qu’il est reflété dans la composition de la Comue ».

20 juillet 2016. Communiqué de Penser l’avenir, Agir Ensemble, qui a soutenu en février la réélection de Luc Hittinger. Notre université a-t-elle encore une stratégie de développement ?

« L’UPEC, définitivement exclue (de la trajectoire institutionnelle) de l’I-Site porté par UPE, prépare sa propre candidature… Cette incapacité de l’équipe de direction à placer l’UPEC en force de proposition et donc à assumer sa place d’acteur majeur de la COMUE est le fruit de ses désaccords internes.

Entre ceux qui souhaitent quitter cette COMUE pour rejoindre d’autres universités, ceux qui refusent toute appartenance à une COMUE et ceux qui pensent plus sage de faire progresser celle dans laquelle nous sommes depuis dix ans, l’absence d’arbitrage et de ligne commune se traduit par une fuite en avant. Cela porte déjà préjudice à l’UPEC et surtout, cela interroge sur son devenir dans un contexte français – et européen – qui n’a de cesse d’encourager « l’autonomie » des établissements et leurs regroupements ».

Poster un commentaire

Classé dans C. Ile-de-France, E. Médecine Pharmacie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s