Abbaye Saint-Wandrille

Labbaye Saint-Wandrille, « anciennement abbaye de Fontenelle, est une abbaye bénédictine de la congrégation de Solesmes située sur la commune de Saint-Wandrille-Rançon, dans le département de la Seine-Maritime. Fondée en 649, l’abbaye a connu une longue histoire marquée par trois grandes périodes de saccages et de destructions : celles liées aux incursions des Vikings, puis celles engendrées par les guerres de religion, et enfin celles consécutives à la Révolution française. C’est encore aujourd’hui une abbaye de moines bénédictins ».

Album de 18 photos

P1490573Cliquer sur les images pour les agrandir

Histoire de l’abbaye après l’an 1000

P1510036

La Mise au tombeau du XVIe siècle. Depuis décembre 2011, l’église abbatiale accueille la Mise au tombeau de l’ancienne église Saint-Pierre. Une plaque reprend l’inscription du XVIe siècle et rappelle ainsi l’origine du groupe sculpté : Lan 1506 Guillaume La Vieille Prieur Ma fait faire. Pries Dieu pour luy.

P1490576

Commandée par dom Guillaume La Vieille pour la chapelle du Saint-Sépulcre de l’église gothique, la Mise au tombeau avait été fort endommagée puis restaurée en raison de la chute de la tour-lanterne en 1631. En raison du culte assidu des habitants du bourg, elle échappa à la destruction lors de la démolition de l’église abbatiale au lendemain de la Révolution. D’abord installée sous un appentis en bois dans la nef de l’église ruinée, elle est ensuite transportée par le marquis de Stacpoole dans l’enfeu construit par lui, qui sert aujourd’hui d’entrée à la Boutique de l’Abbaye. Après une restauration exemplaire, elle a désormais trouvé place au fond de l’actuelle abbatiale dans un nouvel enfeu construit à cet effet.

La Mise au tombeau se présente ainsi : au premier rang, le Christ, au bras légèrement tombant, le plexus profondément creusé à la façon des cadavres, les yeux mi-clos, la plaie au côté laissant échapper des gouttes de sang en relief. Il repose sur un tombeau traité en faux marbre usé, portant une inscription latine signifiant que « »par la mort du Christ, les portes de l’abîme sont détruites » ». Sur le devant du tombeau, deux personnages : Jean-Baptiste, avec sa tunique en peau de chameau, et Jean l’évangéliste, tenant un calice d’où émerge un serpent.

A la tête du Christ, Joseph d’Arimathie, dont la bourse semble indiquer qu’il assume les frais de la sépulture, fait face à Nicodème, représenté plus jeune.

Au deuxième rang, entre deux saintes femmes porteuses d’aromates, Marie, la Mère de Jésus et l’apôtre Jean forment un groupe solidaire dont les sentiments sont traités avec beaucoup de pudeur et de retenue. Marie Madeleine domine ceux qui l’entourent par sa taille élancée ; son regard, déjà ailleurs, semble préfigurer l’apparition du matin de Pâques.

Également : Abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle (Wikipédia).

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Bretagne Normandie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s