Lessay, 1ères voûtes ogivales ?

Chroniques sur l’Art médiéval. Abbaye Sainte-Trinité de Lessay (Manche) : album de 58 photos.

copie-de-p1510868Cliquer sur les images pour les agrandir

Histoire de l’abbaye par Lucien Musset, professeur à la Faculté des Lettres de Caen dans les années 1960, Normandie romane, La basse Normandie, Zodiaque, La nuit des temps, 1967, page 171. Vers 1056, fondation de l’abbaye. 1080, Guillaume le Conquérant confirme la fondation. 1098, mort d’Eudes au Capel (il est enterré dans l’abbatiale).

p1510991Les voûtes ogivales les plus anciennes ? « Lessay pourrait être le premier grand édifice à avoir reçu, dès les toutes dernières années du XIème siècle, une série complète de croisées d’ogives, avant ce collatéral du chœur de Durham que l’on citait jusque là comme l’ancêtre de toutes les voûtes ogivales. La question n’est pas encore parfaitement éclaircie et ne le sera peut-être jamais. Mais le seul fait de la poser souligne la place vraiment capitale que Lessay tient dans l’histoire de l’art roman« , in Musset, page 170.

p1510901

L’exposition en cours dans l’abbatiale (album de 6 photos) précise les propos de Lucien Musset. « Si  l’on admet que le chœur de l’église abbatiale doit être achevé en 1098 quand Eudes au Capel y est enterré, alors Lessay possède bien les plus anciennes voûtes d’ogives de l’histoire, antérieures à celles de la cathédrale de Durham en Angleterre (achevées en 1104)  et à celles des cathédrales de la région du Rhin supérieur : Spire (1110), Worms (1130) et Rosheim (1132). Le système de couvrement employé à Lessay apparait dès lors comme une technique de transition qui a permis de passer de la voûte en tunnel de l’antiquité romaine, à la voûte en berceau et voûte d’arêtes de l’ère romane, et à la voûte sur croisée d’ogives qui inaugure l’ère gothique ».

p1510931

Description de l’abbatiale (extérieur). Nef et collatéraux. « Les fenêtres du collatéral Sud ont été rétablies par les restaurateurs, mais l’ordonnance des parties hautes n’a pas changé. Elle est très simple : les travées, délimitées par des contreforts plats, sont percées d’une seule fenêtre » (Musset). En corniche des toitures de la nef et du collatéral, sont systématiquement positionnés des modillons.

p1510878

« La tour-lanterne, sur plan carré, comporte une souche massive, décorée sur chaque face de six étroites arcatures aveugles encadrant les rampants du toit, et un étage orné de quatre hautes arcades en plein cintre qui ne sont percées qu’à leur partie supérieure – ce qui rompt un peu l’élan vertical. Les moulures se bornent à des tores et à des gorges ; un cordon de billettes souligne l’archivolte externe » (Musset).

p1510955

L’abbatiale (intérieur). « Le plan en croix latine est celui des la plupart des grandes abbatiales du second âge roman (1060-1150)… L’élévation intérieure sur trois niveaux est très typique des églises romanes normandes (esquissée à Bernay et à Jumièges) : grandes arcades, étage intermédiaire de tribunes, fenêtres hautes. Dans la nef de Lessay toutefois, la structure des arcades à double archivolte et le profil de leur piles cruciformes sont simplifiés ; les tribunes se composent de petites baies géminées ouvrant sur des combles, destinés à contrebuter les voûtes de la nef » (panneau de l’exposition).

p1510893

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Bretagne Normandie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s