Abbaye de La Lucerne (Manche)

Abbaye Sainte-Trinité de la Lucerne, OREP Editions, réédition 2016.

Album 1 : extérieur de l’abbatiale (29 photos). Album 2 : intérieur de l’abbatiale (23 photos). Album 3 : bâtiments monastiques (33 photos).

Ordre des chanoines réguliers de Prémontré (source Wikipédia). En 1120, l’évêque de Laon, Barthélemy de Jur donne à Norbert de Xanten un terrain dans la forêt de Voas au lieu-dit Presmontré pour y fonder une abbaye. Norbert y installe une communauté de chanoines réguliers, soumis à la règle de saint Augustin, ainsi qu’une communauté de femmes. Dès l’origine, les prémontrés ont une structure triple : un ordre d’hommes, un ordre de femmes et un tiers-ordre, ajouté en 1122 par Norbert, de laïcs voulant s’associer à la spiritualité de l’ordre. Les prémontrés ont une double mission : l’apostolat, en tant que clercs, c’est-à-dire l’action auprès des fidèles dans les paroisses, et l’Office divin, comme les moines.

p1520129Cliquer sur les images pour les agrandir

Source ci-dessous, Abbaye de la Lucerne, Wikipédia.

12ème siècle. L’abbaye a été fondée en 1143 par Hasculphe de Subligny, seigneur de Subligny, et par son frère Richard, évêque d’Avranches. Le premier lieu choisi, qui se trouvait sur les terres d’Hasculphe, était nommé Courbefosse (à la Lucerne-d’Outremer), dans la vallée du Thar…  Une seconde fois, la fondation fut déplacée… Le couvent était alors dirigé par l’abbé Angot.

L’actuelle église abbatiale fut commencée avant 1171 (première campagne de construction et date à laquelle on y enterre l’évêque d’Avranches, le bienheureux Achard de Saint-Victor) et fut dédiée en 1178 par l’évêque Richard, successeur d’Achard.

13ème siècle. Dans les décennies suivantes, l’abbaye reçut de grands biens et privilèges des rois de France et d’Angleterre, des archevêques de Rouen, évêques de Coutances ou d’Avranches, et des seigneurs voisins… Le 13ème est un temps de paix qui bénéficie à la Lucerne pour son développement. Les chanoines remplacent les baies du chevet par une grande fenêtre axiale, à plusieurs meneaux et à remplage de style gothique.

La façade est sobre et dénuée de tours, disposition usuelle de l’art prémontré, issu de l’art cistercien. Le premier niveau présente encore des fenêtres en plein cintre, mais le second a déjà des arcs brisés.

p1520144

La grande baie centrale révèle un décor caractéristique du style gothique rayonnant, à la suite de sa reconstruction au 14ème siècle. Le sommet du pignon est couronné d’une croix antéfixe ancrée.

La tour lanterne-clocher est massive et caractéristique de l’architecture normande de l’époque gothique. Sur chaque face de cette tour quadrangulaire s’ouvrent trois longues fenêtres à lancette en tiers-point. Elles sont typiques du début du XIIIe siècle.

La nef a sept travées composées de grandes arcades en tiers-point et une fenêtre haute en plein cintre. Les piliers sont massifs et carrés… L’ensemble a retrouvé sa voûte sur croisée d’ogives et arcs doubleaux.

p1520152

14ème et 15ème siècles. La guerre de Cent Ans endommage plusieurs bâtiments. La seconde moitié du 15ème siècle consiste à panser les plaies, comme dans beaucoup d’édifices monastiques. La nef de l’église, ruinée, est voûtée en bois, faute de pouvoir le faire en pierre. L’abbé Richard I de Laval, abbé de 1463 à 1493, fait remplacer l’ancien cloître de bois par un cloître en pierre (lui-même remplacé vers 1700).

p1520236

Dans la ferme, le colombier est également une construction de l’époque médiévale, remaniée par la suite.

p1520273

16ème et 17ème siècles. L’abbé François Caignon, élu en 1507, est le premier à établir un logement à part pour l’abbé, un logis abbatial qui sera très éprouvé par les guerres de religion, qui, comme partout en Normandie, laissent des bâtiments dévastés. Photo ci-dessous.

Comme toutes les autres abbayes françaises, l’abbaye de la Lucerne tomba en commende au cours du 16ème siècle. Heureusement pour la Lucerne, l’abbé Jean de La Beslière fut nommé par Henri IV en 1596. Il mena une vie régulière, c’est-à-dire que contrairement à la plupart des abbés de son époque, il vivait dans son abbaye, et suivait la règle de saint Norbert ; c’est lui qui fit restaurer les voûtes de l’abbatiale, ruinées deux siècles plus tôt, installer un maître-autel dans l’abbatiale et restaurer les bâtiments conventuels. Il mourut en 1630…

p1520255

Depuis 1959. Depuis 1959, sous l’égide de l’abbé Marcel Lelégard (1925-1994), l’abbaye bénéficie d’une sauvegarde exemplaire avec la restauration de l’église abbatiale avec sa voûte sur croisées d’ogives et sa façade occidentale, du réfectoire et des celliers. Un des objectifs de la Fondation Abbaye de La Lucerne-d’Outremer est de réintégrer une communauté de religieux à La Lucerne.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Bretagne Normandie, E. Arts Lettres Langues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s