CNESER : toutes et tous à bac+5 !

Najat Vallaud-Belkacem est heureuse. Après ses déclarations aux Échos (Toutes et tous à bac+5 !), elle a obtenu, sur le même sujet, l’appui de la majorité des présents au CNESER (les bancs étaient semble-t-il clairsemés : absence des représentants de la CPU).

Motion Sélection en Master (présentée par l’UNEF, le SGEN et la FSU). 28 votants : 23 Pour, 2 Contre (dont Sup’R-UNSA), 1 Abstention, 2 Ne prend pas part au vote. Cette motion signifie : toutes et tous à bac+5 !

Pour les titulaires d’une licence, la poursuite des études en Master est un droit.

Pour atteindre les objectifs fixés par le rapport StraNES de l’élévation du niveau de qualification comme suit : « 60% d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur, 50% de diplômés au niveau Licence, 25% au niveau Master, 20 000 docteurs par an »…», il faut permettre à plus d’étudiant.e.s d’accéder au Master dans des conditions dignes d’un service publique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Mon analyse : il faut enterrer le rapport STRANES.

Pour atteindre ces objectifs, le CNESER réaffirme sa volonté d’assurer à tou.te.s les étudiant.e.s un droit à la poursuite d’études entre le cycle licence et le cycle master et s’oppose à toutes formes de sélection au sein du cycle master. Il exige que le gouvernement mette en place les moyens humains et matériels nécessaires digne d’un service public de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour accueillir des étudiant.e.s et garantir la cohérence pédagogique de la formation des masters, tout au long de leurs 4 semestres, par le rôle structurant de la formation à et par la recherche, en M1 comme en M2 et pour maintenir sur l’ensemble du territoire une offre de master permettant à chaque diplômé.e de licence de jouir de son droit à la poursuite des études sans mobilité contrainte.

Sup’Recherche-UNSA a osé voter contre cette motion démagogique. Il faut l’en féliciter. Déclaration de Stéphane Leymarie. Nous ne soutiendrons pas cette motion. Les discussions avec le ministère sont encore en cours et ce genre d’initiative peut gêner la recherche d’un consensus…

Pour Sup’Recherche, il convient donc :

–  de mettre en place des dispositifs d’information et d’orientation renforcés post-licence ;

–  d’identifier l’espace géographique où l’offre et la demande de formation s’équilibrent ;

–  de prendre des mesures pour accompagner et favoriser la mobilité géographique ;

–  de maintenir la possibilité d’un jury d’entrée en Master, notamment en fonction des capacités d’accueil qui peuvent être définies par les modalités pédagogiques (stages, alternance, apprentissage) ou encore de l’insertion professionnelle.

Pour aller plus loin : toutes les chroniques du blog sur la sélection.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “CNESER : toutes et tous à bac+5 !

  1. J.A

    La massification du secondaire n’a pas été une réussite ; la massification du supérieur sera une catastrophe. Elle ne formera pas : elle diluera.

  2. Marianne ABRAMOVICI

    Comme mon enseignant référent de l’Université Paris I nous le disais déjà lors de la rentrée 1989-1990 : « la sélection existe à l’Université. Mais elle ne se fait pas sur des critères sociaux ou bien sur dossier mais sur votre motivation, votre persévérance et votre capacité de travail. Vous êtes 1600 aujourd’hui (1er cours d’amphi) vous serez 400 en Décembre et ces 400 réussiront leur examen). » Il avait raison, et c’est toujours valable 25 ans plus tard.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s