De l’argent du Plan Campus

24 octobre 2016. Université de Strasbourg, conférence de presse, cérémonie de signature, album de 7 photos et communiqué de presse : Opération Campus, des contrats de financement signés entre l’Université, la Banque européenne d’investissement et la Caisse des dépôts.

p1540344Cliquer sur les images pour les agrandir

Pendant ces deux heures passées dans les locaux de l’École de management, j’ai éprouvé un profond malaise, alors que j’aurais dû, comme tout le monde, me réjouir de l’accélération des projets de l’opération Campus strasbourgeoise et de l’importance politique et économique de ceux-ci. Une conférence de presse, n’est-ce pas pour positiver : cf l’article dans News Tank Education, Opération campus à Strasbourg : Unistra emprunte 60 M€ à la CDC et 90 M€ à la BEI.

p1540345

Malaise car je n’ai pas obtenu de réponses à des questions posées plusieurs fois. Pourquoi emprunter 150 millions alors que l’université dispose depuis 2009 de l’argent des intérêts produits par le capital de 375 millions du Plan campus (15 millions d’euros par an, soit théoriquement 120 millions d’euros de 2009 à 2016) ? Quelle part de cet argent Campus a été dépensée à ce jour (est-ce 45 millions ?) Combien d’argent Campus reste-t-il en caisse ?  Ce solde de l’argent, cumulé avec celui des intérêts à venir jusqu’en 2023, n’est-il pas suffisant pour financer les travaux annoncés ? Dépenser un argent qu’on « possède » n’est-ce pas mieux que d’emprunter, même à taux zéro ou très bas ?

p1540348

J’ai émis une hypothèse que le représentant de l’État, le SGARE, n’a pas du tout aimé : « je ne peux pas laisser dire ça ! ». Qu’avais-je dit pour tenter d’expliquer l’absence de réponses ? J’ai dit, m’appuyant sur la relance de l’opération Campus en 2013 (chronique à venir), qu’une partie des intérêts que Strasbourg aurait dû toucher depuis 2009 s’était volatilisée, que l’État n’avait pas respecté sa parole, et qu’ainsi les citoyens ne faisaient plus confiance dans la parole du Politique. Paradoxalement, lors du pot, quelqu’un m’a expliqué que l’emprunt de 150 millions accordé par deux banques publiques allait obliger l’État français à respecter les engagements financiers du Plan Campus !

p1540352

Mais où est l’autonomie de l’université dans tout ça ?

p1540356

Rappel historique. Décembre 2007. L’argent du Plan Campus, c’est du cash! « Encore une fois Nicolas Sarkozy n’aura pas perdu de temps. Jeudi soir dernier, le président de la République, Nicolas Sarkozy,  annonce aux Français vouloir céder une partie du capital d’EDF détenu par l’État afin de financer un plan d’investissement permettant de doter la France « des meilleures universités du monde » et des « plus beaux campus ». C’est chose faite. Hier, l’Etat a cédé 2,5% du capital du groupe d’électricité, via un placement accéléré auprès d’investisseurs institutionnels, pour 3,7 milliards d’euros. Une vente qui se situe en bas de la fourchette prévue le matin même par Bercy, qui avait annoncé que la cession pourrait aller de 2,5% à 3,7%, du capital du groupe public ».

p1540355

p1540360

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “De l’argent du Plan Campus

  1. Andres eric

    Et si les intérêts ne représentaient pas le pactole annoncé… baisse des taux et des rendements oblige.

  2. Le communiqué de l’université affirme le maintien d’une dotation annuelle de 15 millions d’euros (http://www.unistra.fr/index.php?id=parc_central#c115711), ce qui représente effectivement un taux d’intérêt (produit par le capital) élevé dans cette période

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s