H. Michel. Fin de campagne

Alternative 2017 compte désormais parmi ses soutiens Florence Benoît-Rohmer, présidente de l’Université Robert Schuman de 2003 à 2008, et Bernard Carrière, président de l’Université Louis Pasteur de 2002 à 2007.

Ces deux ex-présidents cosignent L’Université de Strasbourg devant une nouvelle page de son histoire.

Pour avoir conduit entre 2004 et 2007, avec Xavier CUCHE, Président de l’Université Marc Bloch, et avec nos équipes respectives de présidence, l’action fondatrice, qui aura permis par le vote des 3 congrès en février 2007 le regroupement des 3 universités du site strasbourgeois – ULP, UMB et URS – ainsi que de l’IUFM, première fusion en France d’établissements universitaires, nous considérons légitime, essentiel et sain pour la vie démocratique de notre université et au regard des enjeux de ces élections, qu’il y ait, aujourd’hui, un véritable débat sur la politique à conduire pour la prochaine mandature.

Sans l’unification acquise au printemps 2007 à l’issue d’un processus associant très largement l’ensemble des acteurs des quatre établissements, (et concrétisée par décret à l’été 2008), nous n’aurions probablement pas obtenu le label IdEx dès 2011…

… Sur les acquis de l’unification et le succès de l’IdEx, dont nous félicitons tous les acteurs de l’université, avec les nombreux atouts et marques de reconnaissance dont elle a bénéficié, notre conviction est qu’une autre politique, portant une vision nouvelle, est aujourd’hui nécessaire.

En s’appuyant sur une gouvernance plus ouverte, plus collégiale et plus participative, et, mieux que cela n’a été fait, sur la richesse et la diversité de toutes ses composantes et laboratoires, au sein de collégiums « refondés », cette politique se doit d’être plus attentive aux conditions d’accueil et de travail des étudiants et des personnels, plus ouverte sur la ville et sur le monde, plus soucieuse d’un dialogue équilibré avec l’ensemble de ses partenaires locaux et régionaux, plus convaincue de l’indispensable transparence des orientations politiques et des choix financiers.

Cette ambition renouvelée pour l’Université de Strasbourg, nous sommes confiants dans la volonté et la capacité d’Hélène Michel et des listes Alternative 2017, de la porter, en confortant la reconnaissance et l’attractivité de notre université et en associant tous les personnels et usagers aux choix qui fondent leur avenir…

Bref commentaire. Le 17 novembre, jour du scrutin, ces deux soutiens présidentiels influenceront-ils les votes des électrices et des électeurs ? La publication de cette lettre, deux jours avant le jour J, laisse croire que les listes Alternative 2017 et leur candidate à la présidence de l’université, Hélène Michel, en sont persuadées.

Mais ces ex ne sont-ils pas (comme moi d’ailleurs) des gens du passé :

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s