SPC. Enterrement le 16/12

Suite des chroniques sur Sorbonne Paris Cité. Enterrement le 16 décembre. Oui, lors des CA de chacune des universités membres de SPC, consacrés à la feuille de route de la COMUE, i.e. à une coquille vide de contenus pertinents, à savoir une fusion à 3 et Paris 13, rejetée au-delà du périphérique.

Retour sur les évènements d’octobre et de novembre 2016.

Début octobre 2016. Courrier de Frédéric Dardel à Jean-Pierre Astruc, diffusé par le collectif « Force Faiblesse Opportunité Menace ». Objet : Fusion / Association / Périmètre.

Cher Jean-Pierre, j’ai réfléchi aux éléments que tu nous as transmis  sur « pourquoi P13 veut la fusion« , voici ce que je peux répondre à ce stade au nom de Paris Descartes.Tout d’abord, je ne vois pas comment convaincre aujourd’hui ma communauté  dans le projet de fusion à quatre. La problématique est en effet très  différente des récentes fusions d’universités n’ayant que pas ou peu  de chevauchement. Elle pose des questions territoriales, thématiques,  stratégiques, budgétaires et institutionnelles infiniment plus complexes  dont on a déjà discuté.

Pour la fusion à quatre, je n’aurai pas l’adhésion de mes équipes ni  le soutien de mon CA et de mes composantes. De plus, je pense que pour  travailler efficacement, on ne peut pas raisonnablement travailler dans  le flou, sans avoir défini au préalable l’objet institutionnel que  nous voulons construire dans ce délai très court. Je ne peux donc pas  engager mon université dans ce projet à quatre.

L’alternative qui se pose de mon point de vue est de savoir si P13 est  prêt à accepter aujourd’hui une solution 3+1, en contrepartie d’un certain nombre d’engagements de notre part sur ce que signifie cette association, en essayant de répondre concrètement à vos attentes exprimées dans ton courrier.

La participation de mon université aux groupes de travail à quatre  établissements est pour moi conditionnée à ce qu’on soit dès le départ d’accord sur l’objectif précis (i.e. 3+1 vs. 4) dans lequel  s’inscrit le projet. Lire la suite…

 

8 octobre 2016. Lettre ouverte d’enseignants et de chercheurs de Paris 3. L’avenir de la Sorbonne Nouvelle. Notre université se trouve aujourd’hui à un moment crucial de son histoire. Quel que soit le sens des décisions et votes prochains du CA et du CAC, à Paris 3 et dans les autres établissements d’USPC, l’avenir ne sera pas celui que nous imaginions il y a encore quelques années. Nous sommes au seuil de choix fondamentaux et ces choix vont se faire dans un contexte qui lui-même évolue rapidement et en profondeur… Les premiers signataires, Jean-Marie Fournier, Christian Puech, Anne Salazar Orvig, Pollet Samvelian.

 

11 octobre 2016. Communiqué du collectif Force Faiblesse Opportunité Menace. Que de remous autour de Sorbonne Paris-Cité depuis notre message du 19 septembre dernier. Nous en discuterons trois.

La fin de l’IDEX Sorbonne Paris Cité. D’abord, le Commissaire Général à l’Investissement (CGI), Louis Schweitzer a tenu à nous répondre. Indépendamment de son contenu, cette réponse est proprement extraordinaire. Pourquoi un si haut personnage de l’Etat s’abaisse-t-il à répondre à un message émanant d’un groupe d’universitaires au charbon? Pourquoi le fait-il par le biais d’une entrevue à une agence de presse privée (AEF) et pas officiellement, par une lettre d’engagement ? Répondre à la première question est simple. Nous avons rendu public les déclarations faites par M. Schweitzer le 14 septembre, lors du comité régional des Investissements d’Avenir : il n’y aurait de retour de SPC à l’Idex ni en PIA1 ni en PIA2, mais une mince, très mince, possibilité en PIA3. Dans la mesure où le CGI souhaite imposer des fusions partout où il le peut, cette information devait être contredite par tous les moyens.

Pour quelle raison le CGI tient-il tant à ce que nos universités fusionnent, indépendamment même du contour de cette fusion ? Il y a l’expulsion de Paris 13 de la fusion par M.Dardel, président de Paris 5. D’une violence inouïe, en violation de toutes les règles démocratiques en vigueur à l’Université, un président se croit permis, ignorant toute la communauté universitaire, d’humilier une université et de l’exclure de son regroupement. Et pas n’importe quelle université… Une université en banlieue, avec une mission territoriale spécifique. Les verbatim des différentes réunions inter-établissements suffisent à dire le caractère nauséabond des raisons qui ont présidé à cette éviction de Paris 13. On le sait, l’exclusion de Paris 3 suivra. M. Dardel garde l’espoir que la fusion soit refusée par la communauté universitaire de Paris 3, elle-même, pour ne pas avoir à user de ses talents d’autocrate une seconde fois.

Troisième remous  : celui du non-respect des statuts de la COMUE SPC. Dans sa grande candeur, le président de Paris 13 a donné la raison de la nomination à la tête de la ComUE USPC d’un administrateur provisoire, ami de jeunesse de M. Dardel.Celui-ci a déclaré au rectorat qu’il n’y avait pas de candidat à la présidence de la ComUE — alors que des candidatures s’étaient publiquement déclarées — et qu’il fallait donc repousser les élections — après le dépôt d’une feuille de route pour un putatif retour à l’Idex… M. Dardel, bien seul dans ses pratiques douteuses, vient de s’engager dans une impasse de plus qui finira, celle-là, devant le tribunal administratif. Il ne reste plus qu’une issue à MM. Houllier et Dardel, le retour à la régularité par l’organisation sans délai d’élections à la présidence de la ComUE. Lire la suite

 

12 octobre 2016. Groupes de travail sur le futur de Paris 3. Mesdames, Messieurs, je vous rappelle qu’il est encore possible de s’inscrire dans les groupes thématiques de travail sur le futur de la Sorbonne Nouvelle.

Afin de permettre une participation aussi large et diversifiée que possible, il est souhaitable que les personnes ne s’inscrivent qu’à un seul groupe. Les différents groupes se réuniront à deux occasions au moins d’ici la fin du mois de novembre. Gouvernance et structures, Recherche, Formation, Étudiants et campus, Le nom Sorbonne Nouvelle,Les systèmes d’information et ressources numériques, Ressources humaines, Finances…

Cette première phase de réflexion devra permettre de dégager des objectifs collectifs clairs sur la base desquels le Président de l’université proposera au Conseil d’administration du 16 décembre 2016 de lui accorder un mandat pour entamer la négociation avec les autres établissements universitaires d’USPC, après avis du CT et du CAC… Lire la suite…

 

12 octobre 2016. Communique des présidents des quatre universités de Sorbonne Paris Cité.  A la suite du communiqué signé par neuf membres de l’université Sorbonne Paris Cité (30 juin 2016) témoignant de leur volonté commune de créer une nouvelle université omni-disciplinaire, de nombreuses discussions se sont tenues et conduisent aujourd’hui  les présidents des quatre universités à préciser les modalités d’organisation envisagées. Ils proposent ainsi de présenter devant leurs CA respectifs du 16 décembre 2016 une feuille de route en vue de la création d’un nouvel établissement omni-disciplinaire et multi-sites dans le cadre du Grand Paris, composé des universités Sorbonne Nouvelle, Paris Diderot et Paris Descartes, auquel l’université Paris 13 sera pleinement associée

… Des consultations et des groupes de travail seront instaurés entre les établissements, en liaison étroite avec les autres établissements de la COMUE et en partenariat avec les organismes de recherche membres de USPC. Ils seront organisés par grandes missions et fonctions (recherche, formation, gouvernance, ressources humaines, international, vie de campus, systèmes d’information, etc.) et impliqueront toutes les catégories de notre communauté : étudiants, BIATSS, enseignants-chercheurs, chercheurs et enseignants. Ces groupes permettront d’alimenter la feuille de route et de nourrir, par des propositions, les grandes orientations stratégiques et organisationnelles du nouvel établissement, lesquelles seront soumises à l’avis et à la délibération des instances de représentation (CT, CAC et CA) de chacune des universités.

Le communiqué des quatre présidents n’apporte aucune explication, aucun argument pour justifier la mise à l’écart de Paris 13. Pour comprendre celle-ci , il faut se référer au courrier de Frédéric Dardel, président de Paris V Descartes, à Jean-Pierre Astruc, nouveau président de Paris 13 (ci-dessus : début octobre), à la réponse de celui-ci (ci-dessous : 13 octobre).

 

13 octobre 2016. Jean-Pierre Astruc, président de Paris 13, interviewé par EducPros, confirme qu’il est allé à Canossa, en signant le communiqué du 12 octobre des quatre présidents. J’ai toujours été clair, ma vision de l’USPC était celle d’une fusion à quatre et non à 3 + 1. Je regrette que nous ne suivions pas cette voie pour le moment. Nous acceptons aujourd’hui une convention d’association pour obtenir une fusion différée. À l’heure actuelle, au sein d’USPC, l’université de Paris 5 Descartes pense que le moment n’est pas bon, et que cette fusion à quatre serait compliquée. 

Ma position est la suivante : nous avons une ambition commune, celle de récupérer l’Idex. Cette reconquête passe par la fusion des universités, à trois, puis à quatre. Il faut faire des choix, et je fais celui de la communauté. Je n’ai pas obtenu ce que je voulais, mais je ne renonce pas. Je regrette de ne pas avoir d’échéancier établi. Lire la suite…

 

13 octobre 2016. Communiqué de la CGT de l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle. Le 6 octobre, le président a rassemblé les personnels, mais pas les étudiant.e.s (on ne va pas les embêter avec des questions qui les dépassent, d’ailleurs, la seule intervention d’une étudiante a été interrompue par le président lors de cette AG). afin de prévenir la communauté universitaire : il souhaite que l’université fusionne avec les universités de Paris 5 et de Paris 7. Il déclare qu’il aurait souhaité que Paris 13 soit partie prenante de ce regroupement, mais comme Paris 5 ne le souhaite pas, Paris 13 en est exclue. Cela met en évidence le rapport de force au sein de l’USPC.

Malgré le discours diffusé en interne sur l’université et sans interroger la communauté sur les grands changements institutionnels, malgré les engagements sur lesquels il a pourtant été élu, le Président de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 souhaite donc la disparition de notre université (on rappelle que sa liste s’appelait Sorbonne Nouvelle : pour le bien commun), la fin de la personnalité juridique et morale de Paris 3, c’est-à-dire la dissolution de tous les conseils centraux, le transfert de tous les actifs budgétaires et immobiliers, ainsi que de tous les postes vers l’université fusionnée.

Le président appelle de ses souhaits un établissement unique : 1 Conseil d’Administration, 1 Conseil Académique, 1 budget, 1 politique commune de RH. Le débat en interne sur le devenir de l’université est donc comme nous l’annoncions en juillet tronqué. Il n’y a même plus l’illusion du débat. Et comment explique-t-il ces renoncements ? Lire la suite…

 

Fin octobre 2016. Document de deux pages émanant de Paris 7 Denis Diderot. Création d’un nouvel établissement, cœur universitaire fusionné au sein de SPC. Travaux inter-établissements. Principes méthodologiques. Vu les délais (vote des CA le 16 décembre), il sera évidemment impossible de mettre en œuvre tous ces principes !

Objectifs. Poser les principes fondateurs, les contours et les principaux modes de fonctionnement du nouvel établissement issu de la fusion des universités Paris 3, Paris 5 et Paris 7 en termes de Vision, Gouvernance, Politique de recherche, Politique de formation, Structures (politique RH et sociale, principes fondateurs au niveau des infrastructures, administration, SI, Finances…). Proposer la feuille de route pour la constitution de ce nouvel établissement : trajectoire jusqu’à la création de l’établissement, trajectoire après la création du nouvel établissement. Lire la suite…

 

13 novembre 2016. Courriel du Collectif Force Faiblesse Opportunité Menace. Bulletin d’information en trois points

Où en sommes-nous des consultations sur la fusion ? Après LAC, mathématiques et informatique, une quatrième UFR de Paris Diderot (études anglophones) a procédé à un référendum sur la fusion concoctée par M. Dardel. La fusion a été rejetée par 89% des votants. Ainsi dans les UFR de Paris Diderot où la consultation des personnels a déjà été organisée, la fusion n’a pas même obtenu l’adhésion de 10% des votants. Selon toute vraisemblance, la présidence, qui dispose d’une majorité de voix au Conseil d’Administration (et du soutien du secteur santé), va pourtant imposer cette fusion. Une minorité du corps électoral peut parfois conduire à une majorité de grands électeurs…

 

15 novembre 2016. Paris 7 Denis Diderot, UFR de Physique (300 votants), vote sur trois possibilités : statu quo, fusion avec P5 ou unifier Paris Centre. La campagne dure et déconcertante. 25 personnes seulement dans les trois groupes de travail. La fusion a été massivement rejetée. Et le projet Paris Centre d’unification de la physique a emporté 2/3 des suffrages. Taux de participation très haut (80%) et tensions perceptibles dans l’air.

 

21 novembre 2016. Paris 13, après-midi de réflexion et de débat sur le projet de fusion SPC.

p1550661Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s