Unistra. H. Michel peut gagner

En attendant les résultats dans le collège des BIATSS, le procès-verbal officiel des résultats et l’élection des représentants étudiants la semaine prochaine.

Communiqué de presse Alternative 2017 sur les résultats des élections à l’Université de Strasbourg (18 novembre 2016).

p1550646Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Les personnels de l’Université de Strasbourg ont élu leurs représentants dans les conseils centraux. La participation, en très nette augmentation (de 18 points par rapport à celle de 2012), a été à la hauteur des enjeux. Forts de cette dynamique extrêmement positive, les candidats des listes Alternative 2017 font un très bon score :

  • au Conseil d’administration : 7 élus pour les listes Alternative 2017 ; 9 élus pour les listes L’Université, pour réussir;
  • à la Commission de la Recherche : 14 élus pour les listes Alternative 2017 et 14 pour les listes L’Université, pour réussir ;
  • à la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire :  7 élus pour les listes Alternative 2017 et 9 pour les listes L’Université, pour réussir.

Les élus d’Alternative 2017 ont ainsi les moyens de défendre dans les conseils un programme ambitieux et réaliste.

Les élections à l’Université de Strasbourg se poursuivent. Alternative 2017 travaille au plus grand rassemblement possible et à la constitution d’une équipe de gouvernement, en vue de l’élection de Hélène Michel à la présidence de  l’Université de Strasbourg le 13 décembre prochain.

Alternative 2017 a plus que jamais la conviction qu’un changement de politique est souhaitable et nécessaire pour l’avenir de l’Université de Strasbourg.

Pour Alternative 2017, Hélène Michel, William Gasparini, Pierre Gilliot, Christine Vespa, Stéphane Viville.

Commentaires. Pour l’élection de la/du président de l’université, rien n’est joué. Pour être élu à cette fonction le 13 décembre 2016, il faudra obtenir la majorité des voix des administrateurs (19 voix sur 36).

Hélène Michel ou Michel Deneken peut être élue président(e). Leur sort va dépendre 1. des voix des élus de l’AFGES (5 sièges sur 6 obtenus le 15 novembre au CA du CROUS), 2. des voix des 8 personnalités extérieures (3 désignées et 5 élues).

Les 3 personnalités désignées (par l’Eurométropole, la Région, le CNRS ou l’INSERM) vont participer au choix des 5 autres personnalités extérieures : le corps électoral sera, ce jour-là, de 31 administrateurs (16 enseignants, 6 BIATSS, 6 étudiants, 3 personnalités). Si ces 3 personnalités soutiennent Michel Deneken, elles peuvent l’aider à faire élire les 5 autres personnalités extérieures. L’élection à la présidence serait alors pliée.

Dans la plupart des élections 2016 dans lesquelles les administrateurs enseignants, issus de deux listes concurrentes, ont été à égalité ou presque, les personnalités extérieures désignées ont choisi de voter pour le président sortant (en cas de second mandat) ou pour son dauphin. De plus, elles lui ont permis de faire élire « ses » personnalités extérieures. Ce qui n’est pas extrêmement démocratique, qui correspond plutôt à des mauvais jeux politiciens. La loi ESR de 2013 (association des personnalités extérieures à l’élection du président) serait alors détournée de ses bonnes intentions de rendre ouverte l’université sur la société.

p1550645

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s