Coup de semonce pour l’AFGES !

Suite de la chronique du 21 novembre 2016 : les étudiants votent. Université de Strasbourg, résultats des élections des représentants étudiants aux conseils centraux (22 et 23 novembre 2016). Spécificités de ces élections, pour faire face aux entrées dans et aux sorties de la population étudiante : elles ont lieu tous les 2 ans ; un suppléant est chaque fois associé à un titulaire.

Tous les PV sont consultables en ligne, dont celui qui concerne le conseil d’administration (6 sièges à pourvoir au lieu de 5 en 2012 et 2014). Également : les résultats par bureaux de vote (cf. tableau ci-dessous).

p1550919Cliquer sur les images pour les agrandir

Deux parties dans cette chronique. 1. Premiers commentaires de ma part (je suis blogueur et donc engagé, partisan). 2. Des commentaires critiques sur le communiqué de presse de l’université.

Commentaires. 1. Baisse du taux de participation pour le CA : en 2012 (18,71%), en 2014 (15% des 44.957 étudiants inscrits), en 2016 (11,73% des 48.979 étudiants inscrits).

2. L’AFGES remporte 4 sièges sur 6 au Conseil d’administration contre 4 sur 5 en 2012 et 2014, 12 sièges sur 16 à la Commission de la Formation et de la Vie universitaire. La liste associative des Jeunes Chercheurs, soutenue par l’AFGES, obtient 3 sièges sur 4 à la Commission de la Recherche.

A Strasbourg, l’AFGES est, de loin, la première organisation représentative des étudiants. Mais elle perd plus de 1000 voix (3.866 voix en 2016 contre 4.947 en 2014) et en pourcentage (67,83% des voix en 2012, 75,8% en 2014, 69,5% en 2016). Son score est le plus élevé dans les sciences de la Santé : 1.256 voix (plus de 80% des suffrages exprimés). Coup de semonce pour l’AFGES : importante perte de voix, en seconde position dans les 2 IUT ( Schiltigheim, Illkirch)

3. L’UNEF garde son siège au conseil d’administration ! 24,5% des voix en 2012, 15,8% en 2014 (1038 voix), 17,6% en 2016 (982 voix). Entre 2014 et 2016, l’UNEF perd 56 voix. Elle fait ses meilleurs scores en Sciences politiques (121 voix et 61,7% des suffrages exprimés), en Sciences humaines et sociales, en Droit (cf. tableau ci-dessus).

4.  L’UNI et Action IUT font, pour la 1ère fois, leur entrée au conseil d’administration (1 siège) et dans la CFVU (2 sièges). 717 voix (12,9% des suffrages exprimés). En 2014, l’UNI avait fait son apparition, obtenant 550 voix (8,4% des suffrages exprimés, mais aucun siège au CA. Le titre de la liste était clair : UNI, les étudiants de droite.

Les meilleurs scores : en droit (129 voix, 23,8% des suffrages exprimés), à l’IUT de Schiltigheim (103 voix, 65,6%), à l’IUT d’Illkirch (106 voix, 56,1 %). Près d’un tiers des voix UNI et Action IUT proviennent des 3 IUT (dont 10 voix à Haguenau). La progression de l’UNI semble ainsi liée à son alliance avec Action IUT (550 voix en 2014, 717 en 2016). Comment expliquer cette alliance (chronique immédiatement à suivre) ?

Commentaires critiques du communiqué de presse de l’université (daté du 25 novembre). Ce communiqué est partisan. « Le taux de participation global a été en moyenne de 12%. Conseil et commissions confondus, la liste Afges-Change ton Campus avec les amicales et BDE conserve 16 sièges, la liste UNEF, EMF et associations étudiantes obtient 3 sièges (2 de moins par rapport aux élections de 2012), la liste UNI et action IUT, pour une université moderne et professionnalisante, remporte 3 sièges et la liste Jeunes chercheurs conserve 3 sièges, tandis que la liste DICENSUS obtient 1 siège ».

Le recul de l’AFGES est omis par le communiqué de presse. Il ne faut pas déplaire à cette Fédération d’associations des étudiants d’Alsace. Ses 4 administrateurs ont voté pour Alain Beretz en 2012. Il ne faudrait quand même pas qu’ils votent en faveur d’Hélène Michel en 2016 !!! Pourtant, ils devraient s’interroger sur cette bizarre alliance entre l’UNI et les IUT (cf. chronique à suivre).

Le communiqué signale, avec un malin plaisir, que l’UNEf obtient deux sièges de moins qu’en 2012. Il omet de dire que l’UNEF garde son siège au CA et perd peu de voix par rapport à 2014.

Le communiqué oublie de mettre en caractère gras le nom de la liste UNI et Action IUT. L’alliance obtient 3 sièges, mais la construction de la phrase laisse penser que les sièges obtenus ont été obtenus sur le dos de l’UNEF.

Ce communiqué institutionnel est partisan. Il favorise l’AFGES et, à un moindre degré, l’UNI Action IUT (cf. chronique à suivre). Est-ce admissible dans une grande université dont la présidence par intérim se targue de démocratie ? Il n’aurait pas dû oublier de mentionner que la participation a nettement baissé, dans un contexte de progression du nombre d’étudiants – électeurs inscrits.

2 Commentaires

Classé dans Non classé

2 réponses à “Coup de semonce pour l’AFGES !

  1. MCF

    Quand on interrogeait les étudiants de l’Afges distribuant des tracs, ils finissaient, si on insistait un peu, à dire que leurs élus voteraient pour Michel Deneken. Ce qu’ils ne le disaient pas spontanément à leurs électeurs.
    La principale préoccupation de leurs élus est l’augmentation de la subvention à l’Afges, bien avant les conditions d’étude.
    Il y a là aussi un grand déficit de démocratie représentative.

    • DC

      Je ne comprend comment un enseignant peut mépriser autant les étudiants. Leurs choix de représentants sont aussi légitimes que ceux faits par les maîtres de conférences. En ayant discuté avec des étudiants engagés (dans différents syndicats) je sais qu’ils ont des convictions bien plus nobles que ce que vous sous-entendez !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s