SPC. Feuille de déroute

Suite de la chronique : Enterrement le 16 décembre 2016 (date du CA de chacune des universités membres de la COMUE Sorbonne Paris Cité, SPC). Pour aller plus loin : toutes les chroniques d’Histoires d’universités sur Sorbonne Paris Cité.

Bulletin d’information du Collectif « Force Faiblesse Opportunité Menace », 5 décembre 2016.

Sorbonne Paris Cité : feuille de déroute en six points.

i/ Un neuvième vote d’UFR a eu lieu à Paris Diderot : l’UFR GHES a rejeté la fusion avec 90% des suffrages exprimés. A noter que l’UFR GHES a, outre le statu quo, plébiscité le projet de confédération universitaire francilienne, le seul qui ait un sens et qui satisfasse toutes les disciplines. On connaît donc maintenant les résultats des votes dans huit UFR sur seize (les résultats de la neuvième restent mystérieusement secrets) : le rejet de la fusion est unanime. Il est important de noter que les taux de participation sont systématiquement supérieurs à ceux observés lors des élections des conseils centraux.

ii/ Le secteur santé de Paris 5 semble de moins en moins intéressé par la fusion de M. Dardel. Il n’a pas plus été consulté que les autres secteurs disciplinaires et son doyen en prend ombrage. Le plan B, élaboré de longue date — exploiter les liens étroits avec l’Institut Pasteur (PSL) — serait-il en train de devenir un plan A ? Ce serait salvateur… Cela obligerait, enfin, à repenser globalement l’organisation territoriale en Ile-de-France selon les besoins de chaque discipline.

iii/ D’après nos comptages, le vote de la fusion dans les CA de Paris 3, Paris 5 et Paris 7 se jouera à une ou deux voix près. A Paris 3, les trois syndicats étudiants ayant déposé des listes au CA sont explicitement contre la fusion. A Paris 7, l’Unef et Solidaires ont organisé ce jeudi une manifestation faisant le tour des amphis pour sensibiliser les étudiants aux dangers d’un mastodonte. A Paris 5, on courtise ardemment les élus étudiants et en particulier ceux de l’AGEP, rattachée à la FAGE.

iv/ La démocratie n’est toujours pas de retour à la ComUE SPC où l’élection du président reste arbitrairement suspendue. Qu’y fait-on? On embauche sans nécessité l’ancien président de la FAGE, Alexandre Leroy. On finance un vague événement d’Axel Kahn — le parrain politique de M. Dardel qui en a promu la candidature contre les intérêts du secteur santé — sorte de fête de la science Canada Dry qui ressemblerait à celle-là n’étaient sa date mal choisie, sa fréquentation faible et son budget colossal de 200.000 euros.

v/ Assemblée Générale de l’UFR EILA de Paris 7, il y a 15 jours.

  • Depuis la salle : “Que se passe-t-il si le non l’emporte le 16 décembre?”
  • Mme Clerici : “Si le non l’emporte à Paris 5 ou à Paris 7, le processus s’arrête. Si le non l’emporte à Paris 3, le processus continue ».
  • Inutile de dire que Paris 13 ne fut même pas mentionnée.

vi/ On s’en veut quelquefois d’approcher du néant. Voilà cinq semaines que la “feuille de route”, dans sa mise en page reconnaissable, a été aperçue dans les mains de M. Dardel, le père du plan de fusion Panzer II (sic). Il nous a fallu attendre que les groupes de travail fantoches s’occupent en bavardages sans lendemain pour que ce vertigineux chef-d’œuvre soit enfin dévoilé. Quelle merveille, grands dieux, quelle merveille !

On ne voit guère d’alternative : cette feuille de route a été générée automatiquement par le nouveau logiciel Google NPM qui, usant exclusivement de la novlang du New Public Management (NPM), la met en contexte. Deux mots suffisent comme germe (seed) pour générer le texte automatique. Ce fut : “Nouvelle Université” [1]. Le logiciel utilise la base de données Google de l’utilisateur (emails, messages twitter et facebook) pour donner synthétiquement au texte une véritable personnalité.

Le résultat déconcerte, de prime abord, pour quiconque a l’habitude de rechercher du sens dans ses lectures. Ici, il n’y en a pas : le vide confine au sublime. Mais c’est un vide chatoyant, au parfum de vanille, truffé de coquilles et de fautes d’orthographe, qui dresse le non-portrait d’une université Potemkine, château de carton-pâte.

En toute logique, il convient de confier la lecture du document généré par écriture automatique à un analyseur syntaxique. Portrait automatique du narrateur, donc : 18 occurrences du mot “ambition”, 16 utilisations de l’expression “au sein”, aucune mention du mot “pensée”. Pour le reste, on apprend que la Nouvelle Université (NU) n’a pas de nom et qu’elle se fonde sur “des disciplines fortes, qui soient pluridisciplinaires mais aussi interdisciplinaires”. Par un magnifique usage de l’antiphrase, on apprend que le gigantisme engendrera la création de “couches bureaucratiques supplémentaires” en charge d’apporter une “plus-value en termes d’animation”. Enfin, ce “grand chantier” sera instruit par des “comités opérationnels inter-établissements” qui pourront créer des “sous-groupes”, sous-groupes qui eux-mêmes pourront faire intervenir des “experts techniques”, experts qui se nourriront des bavardages des “groupes de travail intra-établissements”.

Cessons d’en rire, ce document est une honte. Nous n’avons pas fait ce métier pour le voir ridiculiser ainsi. Il n’y a que quelques occasions par siècle de fonder des universités. Celle à laquelle on entend nous contraindre de collaborer est un château de sable démoulé sur du vent.

Cela n’appelle qu’une réponse : non.

[1]  Pour mémoire, les présidences de l’UPEC et de l’UPEM avaient également nommé la cible de feu leur projet de fusion “Nouvelle Université”, la “NoU”. Mais l’efficace contre-campagne des “PaNoU PaNoU” eut raison du mirage de la DOP – ou direction opérationnelle.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s