St-Pierre-aux-Nonnains, Chancel

Metz, Musée de la Cour d’Or, Chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains (VIIIe siècle). Source Wikipédia : citations ci-dessous. Album de 13 photos, prises le dimanche 27 novembre 2016.

p1560089Cliquer sur les images pour les agrandir

Ce chancel est un des ensembles de sculpture parmi les plus complets conservés du haut Moyen Âge en Europe, qui témoigne de ces installations réalisées pour les besoins de la liturgie.

L’église du monastère de bénédictines Saint-Pierre-aux-Nonnains fondé à la fin du VIe siècle à l’emplacement d’un édifice civil antique, contenait ce chancel, clôture liturgique servant à délimiter, dans le chœur de la basilique chrétienne, un espace réservé aux clercs ainsi séparés des fidèles.

Cette clôture est constituée d’une alternance de douze plaques et dix-neuf piliers de pierre peu élevés découverts pour la plupart en 1897 lors de sondages et de relevés dans l’église. Cette barrière de pierre séparant le chœur des fidèles est relativement bien conservée, ses plaques ayant été protégées car scellées dans les piliers, face sculptée vers l’intérieur.

p1560090

Les plaques ont une hauteur de 1,09 à 1,10 m, une largeur de 50 à 74 cm et une épaisseur de 18 à 24 cm. La hauteur des piliers est de 1 à 1,10 m.

L’assemblage se fait par des languettes dans les plaques correspondant à des rainures dans les piliers, c’est-à-dire par un système tenons et mortaises. Un des piliers présente trois mortaises, ce qui laisse penser au départ d’un couloir à cet endroit et ce qui prouve la présence d’un plan non rectiligne.

La technique utilisée pour la réalisation des décorations est le semi-méplat, le relief étant constitué de deux plans parallèles, celui du fond, évidé, et celui de la surface des formes reliés l’un à l’autre par une surface courbe.

Les éléments décoratifs témoignent d’une inspiration variant de motifs paléochrétiens à un art « barbare ». Ces derniers sont de trois sortes :

  • tout d’abord sont présentes des représentations végétales : arbre de vie sortant d’un calice, palmettes, rinceaux, terminés parfois par une tête de serpent ;
  • ensuite viennent les décors géométriques, constitués d’arcades, de damiers…
  • pour finir, les entrelacs animaliers, faits de serpents surtout. Le corps est constitué d’un ruban composé, dont la tête en « canard » marquée d’un œil à l’orbite circulaire traitée en relief.

p1560094

Le chancel présente également le Christ : placé entre deux piliers supportant un arc en mitre, nimbé et vêtu d’une longue tunique à encolure carrée et d’une toge, il présente sa main droite et tient dans la gauche un disque. Diverses interprétations sont proposées à ce sujet : une première voudrait que la main soit levée en signe de bénédiction et que le disque soit issu d’une symbolique du pouvoir. On peut aussi y voir une représentation de l’Eucharistie, le vin étant alors symbolisé par un calice sans pied et le disque correspondant au pain de la consécration. Parfois, le disque est analysé comme étant une fibule.

copie-de-p1560087

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s