SPC. La faute du Commissaire

12 décembre 2016. Lettre du Commissaire général à l’investissement, Louis Schweitzer, au président de la COMUE Sorbonne Paris Cité, François Houllier. Objet : réponse au courrier du 30 novembre (transmission de la feuille de route – Construire une nouvelle université, texte qui sera soumis aux Conseils d’administration des universités membres de SPC).

Erreur regrettable du Commissaire général : François Houllier est Administrateur provisoire (pour une durée de 4 mois à compter du 12 octobre 2016), et non Président de SPC. A ce titre, sa mission prioritaire est de faire élire un nouveau président par le Conseil d’administration de SPC. Il n’a aucune légitimité pour s’occuper du dossier IDEX et de la fusion des universités membres. Louis Schweitzer aurait dû écrire aux quatre présidents et non à l’administrateur provisoire. Son erreur et faute politique n’est, bien sûr, pas due au hasard. Il demeure qu’il n’est pas autorisé à modifier les titres.

p1570142Cliquer sur les images pour les agrandir

Lettre du Commissaire en deux images (ci-dessous). Son intervention – dans le processus de vote des 4 CA du 16 décembre – est insupportable. Elle devrait faire l’objet d’un recours en contentieux auprès d’un tribunal administratif.

p1570146

p1570147

Le Commissaire donne des ordres. Son ton est menaçant.

« Au-delà, votre travail devra se poursuivre au cours des prochaines semaines afin de dessiner de façon plus précise l’ambition collective des membres de Sorbonne Paris Cité en matière de recherche et de formation, pour atteindre la visibilité internationale recherchée dans une initiative d’excellence.

L’expression d’une stratégie commune, fondée sur la création de la nouvelle université et le rassemblement autour d’une grande ambition scientifique et pédagogique de tous les établissements et organismes partenaires, est en effet la condition nécessaire pour susciter l’adhésion des universitaires, des chercheurs et des étudiants. Cette expression est également un préalable au réexamen par le jury de la candidature de Sorbonne Paris Cité au label IDEX ».

Le chantage est clair : les administrateurs des 4 universités devront filer fin demain, voter en faveur de la feuille de route. Sinon ? Adieu veaux, vaches, cochons !

La lettre du Commissaire est une confirmation de plus de la fin de l’autonomie des universités, de la fin de l’exercice de la démocratie collégiale dans les établissements.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s