Bureau CPU. Profession de foi

Communiqué de la CPU, 15 décembre 2016. « Gilles Roussel, président de l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée vient d’être élu président de la Conférence des présidents d’université, en séance plénière, avec ses deux vice-présidents, Fabienne Blaise, présidente de l’Université de Lille-Sciences Humaines et Sociales – et Khaled Bouabdallah, président de l’Université de Lyon. Élus au premier tour à 82 voix sur les 94 votants, 130 inscrits ». A propos de cette élection, lire Bureau de la CPU : 5 gros ratés.

Profession de foi des trois candidats au bureau de la CPU (11 pages). Unité et collégialité, pour une CPU encore plus forte

A quoi s’engage le bureau pour combattre deux points noirs de l’Enseignement supérieur et de la recherche en France, à savoir les regroupements d’établissements et les stratégies territoriales, le post-bac et le 1er cycle universitaire ? Bons diagnostics, mais pas de ruptures envisagées. Il faut faire mieux.

Critique des regroupements et des contrats de site : il faut faire mieux

« La CPU peut et doit être le fer-de-lance des transformations en cours et à venir de l’ESR. Elle doit conforter son rôle de veille, de « lanceur d’alerte » en étant en capacité de mettre à l’agenda politique ou médiatique tout sujet la concernant, de continuer à être une force de propositions et de négociation dans la mise en place des politiques publiques.

Cela est d’autant plus important que la loi qui a permis la création des Pôles de Recherche et d’Enseignement supérieur, la loi « Libertés et Responsabilité des Universités », la loi « ESR » et les contrats de site, le PIA (Idex/Isite) ou bien encore les lois sur la décentralisation poussent les établissements d’enseignement supérieur et de recherche à se transformer rapidement et profondément, au risque parfois de se fragiliser et de rendre encore plus illisible le paysage français de l’ESR. De même, le rapport des établissements avec leurs territoires se trouve très sensiblement modifié

La mise en place de stratégies territoriales et d’une coordination de site pour l’enseignement supérieur et la recherche, impulsée depuis de nombreuses années par l’État pour mieux répondre aux enjeux de visibilité internationale, a produit des transformations profondes. Mais force est de constater que le système est encore loin d’être stabilisé et que les tensions entre visibilité internationale, ambition nationale et missions de proximité pour nos établissements ne sont pas encore complètement résolues. Les contrats de site et les regroupements sous leurs diverses formes ont fait évoluer les situations dans ce domaine. Néanmoins, il faut observer que l’outil ComUE n’est pas le « couteau suisse » qui permettrait de s’adapter à toutes les situations et qu’il s’avère très lourd dans sa mise en place. Il aura certes marqué une étape nécessaire dans des constructions locales qui doivent être poursuivies pour parvenir à un modèle plus compréhensible à l’international. À la lumière de cette expérience et dans le prolongement du rapport Cytermann, il nous semble nécessaire de proposer une évolution du cadre réglementaire qui respecte la diversité des sites et de leurs acteurs, et leur laisse la possibilité d’adapter les solutions à leurs problématiques spécifiques.

Enfin, les moyens mobilisés autour des contrats de site ne sont plus au rendez-vous et interrogent sur la pertinence même de maintenir un contrat, alors que, pour les établissements et les sites, le contrat pourrait constituer un levier exceptionnel de transformation et de mobilisation des énergies collectives. Pour cela, il faut le valoriser et y affecter des moyens significatifs »

Critique de la situation du 1er cycle : il faut faire mieux

« Le système actuel de formation post-bac n’est pas efficient (orientation par défaut, niveau d’échec en premier cycle). En particulier, l’accès totalement ouvert aux licences générales ou aux études de santé ne constitue pas une réponse sincère, satisfaisante et efficace à l’objectif de formation du plus grand nombre. Les universités seules ne peuvent pas répondre à ce défi.

Si on souhaite défendre les objectifs affichés ci-dessus, c’est l’ensemble du système post-bac qui, dans sa diversité et sa complémentarité, doit s’emparer de cette question et doit proposer de nouvelles solutions afin d’offrir aux étudiants des parcours de réussite plutôt que de se satisfaire d’une sélection par l’échec. La CPU doit renforcer le dialogue avec tous les acteurs de l’enseignement supérieur post-bac et les organisations étudiantes pour construire une stratégie partagée, et ainsi inciter les décideurs publics à dépasser les cloisonnements actuels, défavorables aux étudiants.

La liaison lycée-université est un enjeu important pour la réussite des étudiants sur nos territoires, mais nous constatons tous qu’au-delà des discours généraux sur le -3/+3, les lycées connaissent mal nos établissements et les profondes mutations de ces dernières années. Il faut donc que les établissements d’enseignement supérieur poursuivent leurs actions sur le terrain auprès des établissements du secondaire, mais il est tout aussi important que la CPU renforce son dialogue avec les organisations représentatives des proviseurs et des enseignants du secondaire ou avec la conférence des recteurs, afin que s’instaure un véritable dialogue de fond entre le secondaire et le supérieur, gage d’une meilleure orientation  des lycéens et d’une meilleure réussite pour les étudiants ».

Sur ces deux points névralgiques, les positions du nouveau bureau de la CPU sont donc molles. Une innovation de rupture serait de lier les deux problèmes : créer par fusion une quinzaine d’universités de recherche dédiées au 2ème et 3ème cycles ; créer des établissements nouveaux – instituts d’enseignement supérieur – dédiés au 1er cycle (révolutionner en même temps CPGE, STS et IUT, Licence universitaire).

Pour aller plus loin. Chroniques du blog sur le contrat de site (dont des cibles de performance débiles) ; sur Admission post-bac (dont 1er cycle, échec gouvernemental).

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s