Metz. Cathédrale Saint-Étienne

La Cathédrale Saint-Étienne de Metz, unifiée et unique. Brève bibliographie. P-E Wagner, Metz, Cathédrale Saint-Étienne, Éditions du Patrimoine. Cathédrale de Metz. Histoire, Architecture (Wikipédia). René Bour, Histoire de Metz (la cathédrale, pages 102 à 106) Éditions Serpenoise, 2007. Dans cette chronique : 5 albums pour 146 photos.

Façade nord en 1826

copie-de-p1560183

La cathédrale est unifiée : elle est de style gothique, de plan basilical classique, construite en pierre de Jaumont, pierre calcaire blonde. Unifiée car les différentes phases de construction, puis de restauration ont toujours respecté et globalement maintenu le projet originel de la première moitié du 13ème siècle.

Elle est unique parce qu’elle a un plan tout à fait bizarre. Elle possède deux tours (la tour de Mutte et la tour du Chapitre), mais celles-ci ne bordent pas la façade occidentale : de hauteurs inégales, elles sont situées de part et d’autre de la nef en son milieu (photo ci-dessus). Elle possède plusieurs portails, mais deux d’entre eux (le portail du Christ et le portail de la Vierge) sont presque mitoyens. Des contreforts stabilisent les murs de la nef et du chevet, mais il n’est pas recouru aux arcs-boutants pour la façade sud jusqu’au transept (2ème photo ci-dessous)…

Deux raisons principales pour rendre compte de l’unicité de la cathédrale de Metz. Les bâtisseurs du monument gothique ont dû composer avec l’existant : préexistaient la cathédrale romane ottonienne et la collégiale Notre-Dame-la-Ronde (les 3 premières travées de la nef). Le mur qui la séparait de la cathédrale (photo ci-dessous) n’a pas été détruit tout de suite.

p1560125

L’autre raison principale de l’unicité est liée à la succession de plusieurs périodes de construction. Première campagne (1237-1380) : construction de la nef et reconstruction, dans le style gothique, de la collégiale Notre-Dame-la-Ronde. Deuxième campagne (1440-1552) : destruction puis reconstruction du transept et du chœur ottoniens. Troisième grande campagne : la refonte néogothique (1874-1903). « Les derniers ajouts de Blondel (portail de 1764) sont détruits en 1898, pour faire place à un portail de style néogothique inauguré en 1903 par l’empereur Guillaume II, sous la direction de l’architecte Paul Tornow. Les sculptures, sur le tympan du portique, représentent le Jugement dernier« .

1.Façade occidentale (37 photos).

Portail du Christ. Grande verrière de la façade occidentale

p1550924Tour de l’Horloge (à l’angle des façades ouest et sud)

p1550954Au tympan : jugement dernier

p1550940

2. Flanc sud (25 photos).

La tour de Mutte (1324-1483) abrite les cloches : celles-ci ameutent

p1550957Tour de Charlemagne

p1550973

3. Flanc Sud. Portail de la Vierge (20 photos)

Portail

p1550993La synagogue

p1550997

4. Flanc nord  (37 photos).

La tour du chapitre

p1550957Portail de Notre-Dame-la-Ronde

p1550981

p1550984

Le bestiaire de ce portail a bien des points communs avec celui peint au plafond d’une maison de chanoine de la cathédrale (13ème siècle). Pour aller plus loin. Jérôme Fronty, Un poisson dans le plafond. L’étrange « bestiaire » médiéval du musée de Metz. En ligne sur Persée, le compte rendu de l’ouvrage par Garrigou Grandchamp Pierre, Bulletin Monumental, Année 2009, Volume 167, Numéro 4, pp. 396-397.

p1560161

5. Intérieur de la cathédrale (27 photos)

Grande verrière de la façade occidentale

p1560016

Travées de la nef : grandes arcades, triforium (projet de double fenestrage), fenêtres hautes

p1560012

Pierre tombale de Pierre Perrat, maçon, maître d’ouvrage, mort en 1400

p1560065

Lire aussi les chroniques : Le chancel de Saint-Pierre-aux-Nonnains ; Metz médiévale.

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), F. 19ème et 20ème siècles

Une réponse à “Metz. Cathédrale Saint-Étienne

  1. Par Jean Louis Mandel (https://www.facebook.com/pierre.dubois.52090/posts/10154843763998851?comment_id=10154845943128851) : excellent reportage photo. Une allusion dans le texte aux vitraux contemporains, non seulement Chagall (dont vous montrez quelques photos), mais aussi Jacques Villon etc… serait bienvenue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s