Archives mensuelles : janvier 2017

Le professeur est absent

Durant ce second semestre de l’année universitaire 2016-2017, j’ai cours, en tant qu’auditeur libre, quatre jours sur cinq. Quatre cours de deux heures et ce durant douze semaines. 12 semaines, c’est la durée du semestre ! L’année universitaire est expédiée en 24 semaines (ou moins dans les universités qui ont des difficultés financières).

A l’heure du début du cours de cet après-midi, moins de la moitié des étudiants habituels étaient là. Les autres avaient appris par le secrétariat que le professeur avait eu un problème de train et qu’il ne serait donc pas présent. Aucun avertissement donné en ligne sur la plate-forme Moodle ; aucune annonce sur la porte de la salle de cours.

p1000233Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Une étudiante m’informe que le professeur sera également absent la semaine prochaine. Ce qu’il n’avait pas annoncé la semaine dernière !

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Sciences humaines et sociales

Le gouvernement des disciplines

Le gouvernement des disciplines académiques. Acteurs, dynamiques, instruments, échelles. Sous la direction de Martin Benninghoff, Cécile Crespy, Jean-Émile Charlier et Jean-Philippe Leresche. Editions des archives contemporaines.

Comment les disciplines sont-elles gouvernées? Comment se transforme le gouvernement des disciplines? Comment les modalités d’allocation des ressources matérielles et symboliques évoluent-elles entre les disciplines? Le gouvernement des disciplines agit-il sur la convergence ou la différenciation disciplinaire? Le gouvernement des disciplines est-il travaillé par une pluralité de logiques (académique, scientifique, managériale, économique), ou n’est-il plus guidé que par des logiques qui découlent d’injonctions néolibérales et managériales? Quels instruments d’action publique permettent de défendre les disciplines et quels sont ceux qui, au contraire, en fragilisent les frontières?

f20170101072416

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans D. Suisse, E. Ingénierie, E. Sciences

Université Bretagne Atlantique ?

p1000230Cliqué sur le communiqué pour l’agrandir

Pour aller plus loin, toutes les chroniques du blog sur les universités de la région Bretagne.

1 commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie

Jean Rolin. 30 ans en 1438

Jean Rolin (1408-1483). « Il hérita de son père, Nicolas Rolin, le goût du lucre et de l’âpreté au gain (chronique Nicolas Rolin, 30 ans en 1406). Sa politique épiscopale fut entachée de bisbilles avec sa famille. De ses liaisons féminines, il eut deux enfants. Il fut peu présent à Autun, plus souvent à Rome où il ne participa à aucun conclave, toujours à l’affût de subsides ».

Source et citations : Wikipédia. Arbre généalogique des Rolin. Dans le musée d’Autun : deux statues et un tableau (album de 9 photos).

1408. Naissance. Jean Rolin est le fils de Nicolas Rolin et de Marie des Landes, et le filleul du duc Jean Ier de Bourgogne, dit Jean sans-Peur.

p1460356Cliquer sur les images pour les agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Nicolas Rolin, 30 ans en 1406

Suite des chroniques du blog sur la Bourgogne (Autun, Beaune, Dijon), voyage en mai 2016. Source et citations de la chronique ci-dessous : Wikipédia.

« Nicolas Rolin (vers 1376 – janvier 1462) est une grande figure politique de la Bourgogne et de la France du XVe siècle. Il est chancelier de Philippe le Bon, duc de Bourgogne durant quarante ans. Album de 26 photos : généalogie et territoires des quatre ducs de Bourgogne.

p1470075Cliquer sur les images pour les agrandir

1376. Naissance au sein d’une famille bourgeoise d’Autun. Il est le fils de Jean III Rolin, seigneur de La Motte-Beauchamp qui avait épousé en 1372 Aimée Jugnot.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Trois publications sur Jean Gerson

27 janvier 2017, à l’occasion du séminaire d’Isabelle Fabre dans le Master d’Études Médiévales Interdisciplinaires de Strasbourg. Trois publications en ligne d’Isabelle Favre, d’Isabel Irribaren, de Yelena Mazour-Matusevich

Isabelle Fabre, La Doctrine du chant du cœur de Jean Gerson : Édition critique, traduction et commentaire du Tractatus de canticis et du Canticordum au pèlerin, Droz, Genève, 2005, 661 pages (reproduction de la thèse soutenue à Paris-IV Sorbonne sous la direction de Michel Zink, Collège de France ; table des matières en fin de document). Isabelle Fabre est professeur des universités en langue et littérature françaises du Moyen-Âge à Paul Valéry Montpellier 3.

p1000186Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales

Jean Gerson, 30 ans en 1393

Jean Gerson, 1363-1429, source et citations : Wikipédia. Chronique à l’occasion d’un séminaire d’Isabelle Fabre dans le Master d’Études Médiévales Interdisciplinaires de Strasbourg.

« Jean Gerson, universitaire, théologien, prédicateur, homme politique français des XIVe et XVe siècles. Il fut chancelier de l’Université de Paris de 1395 jusqu’en 1415 et, à ce titre joua un rôle majeur dans les troubles politiques opposant le Duc d’Orléans au Duc de Bourgogne, par la suite Armagnacs et Bourguignons, ainsi que dans la crise découlant du grand schisme d’Occident.

1363 (13 décembre). Naissance de Jean Charlier à Gerson, près de Rethel. Ses parents étaient d’une famille d’un bourg rural où la présence monastique était forte. Ils appartenaient à la paysannerie éduquée et possédaient quelques terres dont héritèrent leurs 12 enfants… L’origine modeste de Gerson ne doit pas étonner : les difficultés démographiques de la fin du XIVe et du début du XVe favorisèrent l’ascension sociale d’esprits brillants issus de couches sociales moins favorisées.

220px-jean_gerson_sorbonne_statueJean Gerson par Joseph Félon dans une niche de la façade de la Chapelle de la Sorbonne

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Ile-de-France, E. Sciences humaines et sociales

AFGES : collecte de sang

L’AFGES Les étudiant.e.s d’Alsace et l’Établissement Français Du Sang Strasbourg organisent une collecte de sang, de 11h00 à 16h00, Aula Marc Bloch du Palais universitaire de Strasbourg.

p1000140Cliquer sur les images pour les agrandir. Photos du 26/1, 11 heures

Nouveauté pour cette année, venez vous informer sur les différents types de dons sur un stand dédié avec animations tel que des maquillages proposés par Metamorphoses (Make-Up & SFX).

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie, Non classé

Droit de justice de l’université

Serge Lusignan, Vérité garde le roy, La construction d’une identité universitaire en France (XIIIe-XVe siècle), Publications de la Sorbonne, 1999. « L’ouvrage montre que les privilèges royaux contribuèrent à doter les universitaires d’un statut particulier, qui finit par les distinguer des autres clercs dans la société médiévale. Les archives, parcourues jusqu’au milieu du XVe siècle, suggèrent que le Parlement devint, pour les gens d’études du nord de la France, le lieu de défense de leurs droits et d’affirmation de leur identité. Chaque université se disait alors la fille du roi ».

Pour en savoir plus, lire d’abord le compte-rendu très louangeur de Bruno Laurioux in Médiévales, année 2001, volume 20, numéro 41, pp. 165-167.

Extraits des pages 136 à 139. Procès au Parlement montrant comment le recteur de l’université de Paris exerce, à la fin du XIVème et au début de XVème siècle, son droit de justice en matière de logements loués et de montant des loyers.

1-loyersCliquer sur les images pour les agrandir ou les visionner en album

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Centre Val de Loire, C. Ile-de-France

Baume pour soigner l’ergotisme

« La congrégation des Hospitaliers de saint Antoine, reconnue comme ordre religieux en 1218, s’est instituée beaucoup plus tôt à partir d’un hôpital ouvert à Saint-Didier-de-la-Mothe (Dauphiné) ; la fondation, approuvée au concile de Clermont par Urbain II (1095), en avait été décidée en reconnaissance pour une guérison du mal des ardents obtenue par les reliques de saint Antoine ».

p1520482Cliquer sur les images pour les agrandir

L’ordre devait compter 369 hôpitaux à la fin du XVème siècle. Celui d’Issenheim est fondé dès le XIIIème siècle.

Élisabeth Clémentz y a consacré sa thèse. Les Antonins d’Issenheim : essor et dérive d’une vocation hospitalière à la lumière du temporel, thèse de doctorat en Histoire, sous la direction de Maurice Gresset, université de Franche-Comté, 1995.

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie