Blog Saison 4. L’histoire

Après les 3 premières saisons du blog (janvier 2009 à janvier 2017), voici la saison 4 : l’histoire (en 4 approches).

1.L’histoire. Dès la semaine prochaine, je retourne sur les bancs de l’université pour continuer à y étudier l’Histoire médiévale et l’Histoire de l’art médiéval. Étudier l’histoire. Participer à des cours, lire ceux qui sont en ligne et se plonger dans une partie significative des articles et livres de la bibliographie proposée, travailler des thèmes qui ne sont pas traités localement, photographier l’art médiéval (et voyager pour aller l’admirer là où il se trouve), faire des synthèses et des comparaisons, participer à des colloques, tenter de formuler quelques questions de recherche. Travailler et chroniquer.

dsc08459Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Bref, la saison 4 du blog va multiplier les chroniques historiques sur le Moyen Âge (178 à ce jour), sur l’Art médiéval (78 à ce jour). Autant d’invitations au voyage dans le temps et dans l’espace.

En tant qu’auditeur libre, je peux assister aux cours de licence et/ou de master. Cours choisis pour le second semestre 2016-2017 : L’Enfer et ses représentations au Moyen Âge et à l’âge moderne ; L’art à la cour de l’empereur Charles IV à Prague ; Villes, sociétés et cultures urbaines (Occident, XIe-XVe siècles) ; Les ordres monastiques et la création artistique ; La sculpture monumentale dans l’Occident médiéval : mise en œuvre et diversité stylistique ; séminaire interdisciplinaire d’études médiévales (séminaire de master).

A la fin de ce semestre (semaine du 10 avril ; oui, du 10 avril déjà !) et après 3 années universitaires, j’aurai suivi la plupart des cours magistraux proposés par la Faculté de Sciences Historiques de l’université de Strasbourg en Histoire médiévale et en Histoire de l’Art médiéval. Depuis la mise en œuvre de la réforme LMD en 2002 et pour les contenus, les licences ne font plus l’objet de cadrages nationaux. Pour une mention et une spécialité données, chaque université construit un programme ad hoc.

Pire. La loi Fioraso de juillet 2013 a fait disparaître l’habilitation des diplômes pour la remplacer par l’accréditation de l’offre de formation. Évolution stupide : plus personne n’évalue le contenu et la pertinence du diplôme X enseigné dans l’université Y, en comparaison avec le contenu de l’université Z.

Offre de formation parcellaire en Histoire médiévale. La logique voudrait que, l’année prochaine, je me déplace, avec mon cartable, dans une autre université, en France ou à l’étranger. La mobilité en cours d’études, mobilité internationale en particulier, ne peut faire que du bien ! Mais, à mon âge et l’heure qu’il est, je doute d’avoir envie de la mettre en œuvre en septembre prochain.

J’ai fait part au Doyen de la Faculté, professeur médiéviste, de ma frustration : « après 3 ans d’études, je ne connais encore presque rien de l’Histoire du Moyen Âge » ; mon ignorance est encore plus forte si je suis la thèse de Jacques Le Goff, partisan d’un long Moyen Âge ! Va-t-il me conseiller de poursuivre en Histoire moderne ?

La réponse caustique et enjouée du Doyen a été immédiate : » il ne faut pas oublier que les études supérieures comprennent un important travail personnel« . C’est donc décidé : dès lundi prochain, 16 janvier 2017, et pour les mois et les années qui viennent, je vais faire l’étudiant à temps plein !

2. L’histoire du Moyen Âge et plus particulièrement l’Histoire de l’enseignement au Moyen Âge : contenu des études (les arts libéraux, le droit, la médecine, la théologie), écoles, universités et collèges, enseignants et hiérarchie parmi eux (historiens et livres d’historiens), statuts, manuscrits, livres et supports pédagogiques pour l’enseignement, locaux dédiés ou non, financements et droits d’inscription, contrôle des connaissances et examens, vie étudiante, gouvernance, conflits de prérogatives et de pouvoirs, parcours de formation et mobilité au cours des études, devenir professionnel des diplômés, organisation des professions sous la condition d’un diplôme qui en conditionne l’exercice…

Continuités et ruptures sur chacun des items que je viens d’énumérer. Vie et mort des institutions scolaires. L’université comme institution, bureaucratie, ensemble de corps professionnels, organisation productive de savoirs et de diplômés. Vie et mort des universités.

3. L’histoire du premier cycle des études supérieures du Moyen Âge (Art libéraux, Faculté des arts) à nos jours. La saison 4 du blog sera la dernière. Quatre saisons pour garder en définitive le même projet de départ : révolutionner le premier cycle des études supérieures, en créant des Instituts d’Enseignement Supérieur (193 chroniques), préalable à la création d’une quinzaine d’universités de recherche, dédiées aux études de master et de doctorat.

4. L’histoire de gens. Au cours de la saison 4 du blog, je continuerai de voyager, de visiter des musées (collections permanentes et expositions temporaires), de raconter des histoires de trajectoires : jeunes et engagés ; il/elle a eu 30 ans en

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, E. Mobilité internationale, E. Sciences humaines et sociales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s