Hospice, Hôpital, Hôtel-Dieu…

Le Moyen-Âge connaît un essor important des hôpitaux. Près d’une centaine en Alsace à la fin de la période, comme le montrent les cartes de l’Atlas historique : 9 créés avant 1179, 51 entre 1179 et 1349, 38 entre 1350 et 1500.

p1000016Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Hospice, Hôpital, et/ou Hôtel-Dieu. Qui accueillent-ils ? Qui les fonde et les finance ? Quels personnels et quelle gouvernance ? Sont-ils spécialisés par maladie ? Quels liens avec les facultés de médecine des premières universités ? Deux billets de Gabriel Llobet dans l’Encyclopaedia Universalis : Hospice et Hôtel-dieu. A venir : chroniques et photos sur l’Hôtel-Dieu de Beaune, sur l’Hospice Comtesse de Lille, sur l’Hôpital civil de Strasbourg, sur les Ordres religieux spécialisés.

1. HOSPICE, Encyclopædia Universalis en ligne.

« Pendant longtemps on ne put distinguer les hospices des hôpitaux ; mais l’institution des hôtels-Dieu, à la fin du Moyen Âge, leur permit un début de spécialisation. Certes, aucune misère ne fut indifférente aux pieux fondateurs (couvents, riches particuliers, municipalités). Cependant dans les villes, les malades étaient le plus souvent dirigés vers les hôtels-Dieu alors que les hospices accueillaient de préférence pèlerins, voyageurs, pauvres et incurables. Certains, très rares, étaient même spécialisés, comme l’hospice des Quinze-Vingts fondé par Saint Louis, en 1254, à Paris, pour les aveugles.

Les hospices furent innombrables en Europe occidentale. La plupart des grandes villes en avaient des dizaines, les autres au moins un à l’intérieur et un ou plusieurs à l’extérieur pour recevoir ceux qui arrivaient après la fermeture des portes. Mais on en trouvait aussi dans les villages, surtout ceux des routes de pèlerinage. À chaque passage difficile (rivière, montagne), ces asiles assuraient de surcroît le service d’un bac, l’entretien d’un pont ou la protection de ceux qui passaient les cols (Grand-Saint-Bernard).

Les hospices étaient d’autant plus modestes qu’ils étaient nombreux. Ils ne pouvaient héberger habituellement que de trois à vingt-cinq personnes ; chaque pèlerin ne pouvait y rester qu’une ou deux nuits, à moins d’être malade, et les pauvres n’y étaient admis que s’ils n’avaient pas la force de mendier. Lire la suite du billet de Gabriel Llobet…

2. HÔTEL-DIEU, Encyclopædia Universalis en ligne.

« Terme générique qui s’est imposé à partir de la fin du Moyen Âge pour désigner l’hôpital principal de nombreuses villes. À l’origine, il est malaisé de distinguer les hôtels-Dieu des hospices et des hôpitaux. Il semble cependant qu’on ait voulu désigner ainsi les établissements charitables fondés et contrôlés par les évêques, représentants par excellence de l’Église, de ceux qui le furent par les couvents ou les laïcs. L’hôtel-Dieu, placé près de la cathédrale et administré par le chapitre, se trouvait ainsi normalement dans une cité.

À l’origine, il accueillait toutes les infortunes : pèlerins, pauvres, vieillards impotents, malades. Mais, peu à peu, la création de nouveaux établissements dans la ville permit une certaine spécialisation : l’hôtel-Dieu, fermé aux pèlerins, se réserva la plupart des malades.

Cependant, les soins s’adressaient davantage à l’âme qu’au corps, d’où l’importance donnée à la confession, à la communion des malades et à leur assistance aux offices : la grande salle commune était souvent une véritable chapelle (hôtel-Dieu de Beaune). La technique médicale est reléguée au second plan : sirops, saignées ou bains.

Ce n’est qu’au xive siècle et dans les grands hôpitaux qu’apparaissent des médecins et des barbiers (alors chirurgiens) attachés à demeure. Les malades, sauf les plus gravement atteints, sont entassés à trois ou quatre par lit, au mépris de la contagion. L’hôtel-Dieu forme ainsi un dangereux foyer d’infection au cœur de la ville… Lire la suite du billet de Gabriel Llobet…

dsc07321Pestiférés dans un hôtel-Dieu à la fin du 15ème. La création d’hôpitaux spécialisés est tardive

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Médecine Pharmacie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s