Hôpitaux en Bourgogne au 13ème

Topographie hospitalière et charitable dans le comté de Bourgogne au XIIIe siècle, Nicole Brocard, Laboratoire des sciences historiques, Université de Franche-Comté, 2006, 4 pages.

« La fonction des hôtels-Dieu ou hôpitaux au Moyen Âge est d’accueillir les voyageurs avant que d’être des centres de soins. Aussi, les implantations hospitalières sont-elles de la plus haute importance car elles nous renseignent sur les lieux de passage les plus fréquemment utilisés alors.

bourgogne-hopitauxCliquer sur l’image pour l’agrandir

Nous avons regardé selon le conseil de gens prudens et scaiges, écrit Mahaut d’Artois en 1327 dans un acte de fondation, une place soubz Bracon, convenable a fayre et construire ung hospital, laquelle a esté propre et apte a ce fayre

Convenable, propre, apte, trois termes repris un siècle plus tard par le duc de Bourgogne Philippe le Bon, pour juger de l’emplacement approprié d’un hôpital ou hôtel-Dieu. Un tel établissement ne peut en effet exister qu’en des lieux particuliers et favorables à l’accueil et doit être ouvert en permanence à toutes les détresses : indigence, maladie, vieillesse, abandon, faiblesse ou souffrance, errance ou déplacement périlleux. Sont privilégiés, la proximité des routes, les lieux de dangers (cols, gués, approche d’une forêt), les abords des villes.

Ces hospices — de très petite taille dans la plupart des cas et extrêmement nombreux dès le XIIIe siècle — composent un maillage sur le territoire, sur un espace qui n’est pas perçu au Moyen Âge sous la forme d’étendues et de superficies, mais plutôt marqué par des lieux, des emplacements et des points. Ils participent au contrôle des importantes voies de communication qui traversent le comté. Leur installation, loin d’être anarchique, répond à une volonté délibérée de structurer une contrée, d’affirmer un pouvoir ou de tenir un territoire.

Les fondations du comte palatin Otton IV, de Jean de Chalon-Arlay, de Jean de Chalon-Auxerre, de Jean de Monferrand ou d’Eudes de Chaussin en sont un témoignage. L’assistance aux pauvres, en même temps qu’une mise en œuvre de la caritas chrétienne, est pour eux un instrument destiné à légitimer leur autorité« … Lire la suite…

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire médiévale, C. Bourgogne Franche-Comté, E. Médecine Pharmacie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s