Sculptures polychromes (Talant)

Église Notre-Dame de Talant (Côte d’Or). Sources et citations : Lieux sacrés pour les sculptures, Mes vitraux favoris pour les vitraux modernes de Garouste et Parot. Album de 39 photos.

« L’église paroissiale de Talant, située sur le point culminant de la ville de Dijon, dans la cour de l’ancien château et dominant le lac Kir, fut construite en 1208 à l’initiative du Duc de Bourgogne Eudes III. De forme basilicale, elle est dédiée à la Vierge Marie.

p1470383

Terminée au XIVème siècle, elle fut consacrée le 2 juillet 1430 par Charles de Poitiers, archevêque de Langres, ainsi que le porte une inscription gravée sur l’un des piliers de la nef principale. Sous les poussées de la voûte et du clocher, les murs gouttereaux de la partie orientale s’inclinèrent vers l’extérieur. Pour éviter la chute, des arcs-boutants extérieurs furent construits au XVème siècle, puis refaits au XIXème ».

Les sculptures : deux mises au tombeau, deux piétas, huit statues de saints.

p1470377« Mise au tombeau du début du XVIème siècle, mais de facture très proche de la statuaire bourguignonne du XV ème siècle. Elle est considérée comme une des œuvres régionales les plus remarquables en la matière. Sans être attribuée à un sculpteur renommé. Un détail significatif : au moyen-âge, on ne sculpte que ce qui se verra. Si on regarde bien, seuls les personnages du premier plan sont sculptés en pied. Les restes de polychromie permettent d’imaginer son aspect initial. Composée de sept personnages autour du Christ, visages expressifs, nez souligné, yeux bombés en amande, cette mise au tombeau est typique de l’école bourguignonne.

A gauche Nicodème – son turban a glissé dans l’effort – plisse les yeux en s’arc-boutant pour tenir le linceul et poser délicatement le Christ. Avec Joseph d’Arimathie, il retient le linceul car le corps du Christ est prêt à rouler sur le côté. Il a enfilé un pan de sa tunique dans sa ceinture pour être plus à l’aise et dégage son pied botté. A droite Joseph d’Arimathie est richement vêtu : il porte un pourpoint festonné ; son turban est plus soigné, ses cheveux et sa barbe soigneusement taillés et fournis. A l’arrière, les femmes et Jean. Au centre Marie. A sa droite, deux femmes, un vase à parfum en main, la tête couverte d’un voile. Il s’agit probablement de Marie, mère de Jacques (le cousin de Jésus), et de Salomé. Entre elle et Marie, Jean se tourne vers Marie. Son visage est imberbe, suivant la tradition. Marie, au centre, visage fermé, porte des vêtements de veuve semblables à ceux des religieuses. Le réalisme de la sculpture sacrifie certainement la beauté des traits des différents personnages mais souligne au contraire leur authenticité. Authentique aussi, le Corps du Christ. Il est presque traité de façon anatomique : c’est un cadavre que l’artiste a représenté.

p1470396Marie-Madeleine. « Cette statue en pierre est le chef d’œuvre de maîtrise des quatre frères Péchinot, sculpteurs à Talant. La longue chevelure, le vase de parfum, tous ces objets lui donnent son identité. Très tôt la tradition populaire a confondu en une même personne la pécheresse anonyme Marie de Magdala, présente lors de la crucifixion et de la mise au tombeau, et Marie de Béthanie, sœur de Lazare et de Marthe.

La légende la fait arriver en Provence où elle suscite de nombreuses conversions avant de se retirer dans la grotte de la Sainte Baume. Légende peut-être forgée, en tout cas propagée dès le XIème siècle, par les moines de Vézelay pour authentifier les reliques de leur abbaye. Marie-Madeleine est, dès lors, l’image exemplaire de la pécheresse repentie et sanctifiée ».

p1470415« Saint Denis est reconnaissable entre tous avec sa tête coupée, coiffée de la mitre. La légende s’est emparée de bonne heure de ce martyr décapité à Paris au IIIème siècle, le confondant avec un autre évêque, Denys, converti par saint Paul et devenu le premier évêque d’Athènes. Il porte donc des habits épiscopaux.

Lors de son exécution, il ramassa sa tête coupée et marcha jusqu’à l’endroit de sa sépulture. En 639, le roi Dagobert fit transporter les reliques dans l’église de Saint Denis qui devint progressivement le sanctuaire de la monarchie française. L’artiste l’a représenté de front, le bas du corps animé d’un mouvement de rotation entraînant les vêtements en oblique de la gauche vers la droite. Son visage rond, au nez abîmé, ses yeux mi-clos pour exprimer la bienveillance s’éclairent d’un léger sourire. Il est coiffé d’une mitre qui laisse apparaître sa chevelure et il présente sa tête sur sa main gauche, ouverte comme un plateau, à mi-poitrine. Sa main droite est levée et bien que les doigts en soient cassés, on peut voir qu’elle bénissait ».

p1470405« Saint Étienne et la donatrice, c’est-à-dire la personne qui a commandé la statue et en a fait don à l’église, vraisemblablement une Talantaise. Le groupe est figuré en position frontale, mais le saint se retourne sur la gauche, vers la femme, et tout le haut de son corps se trouve de face. C’est une œuvre dijonnaise du début du XVI ème siècle.

Étienne est un jeune homme imberbe, le visage un peu poupin, aux traits réguliers, les cheveux courts aux mèches régulièrement alignées. Traditionnellement, il est toujours représenté ainsi, portant la dalmatique du diacre. Dans sa main, quelques pierres aux angles vifs, posées sur un livre, rappellent son supplice. Depuis le XIIème siècle en effet, il tient à la main les pierres de sa lapidation« .

Vitraux.

Œuvre de Gérard Garouste et Pierre-Alain Parot. Tous les vitraux de l’église Notre-Dame sur le site Mes vitraux favoris.

p1470399Adam et Eve, la faute et l’exil

p1470400L’arche de Noé

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Bourgogne Franche-Comté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s