Trèves, la romaine

16 avant-Jésus-Christ. Trèves est fondée sous le nom d’Augusta Treverorum, sur le site du chef-lieu d’un peuple gaulois, les Trévires. Sources et citations : plusieurs articles référencés de Wikipédia.

1er et 2ème siècles. Le Pont romain (album de 4 photos), la Porta Nigra (chronique et 28 photos).

« L’existence d’un premier pont romain en bois sur la Moselle est attestée dès -17. Il s’agissait d’un pont sur pilotis ; l’âge des pilots a pu être estimé en 1963 par des analyses dendrochronologiques. Le premier pont en maçonnerie a été édifié en 45 de notre ère. Les piles du pont de pierre actuel ont été posées entre 144 et 152. Faites de blocs de basalte et de pierre bleue, elles ont pu être fondées sur le fond de la rivière grâce à un batardeau fait de palplanches calfatées. Les piles présentent vers l’amont des avant-becs en pointe afin de mieux diviser les filets d’eau lors des crues et les glaces lors des débâcles. À l’époque romaine, ces piles massives ne supportaient qu’un simple tablier en charpente renforcé de tirants. Ce pont pouvait correctement reprendre le poids d’une chaussée large de dix mètres ».

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Trèves, grande métropole marchande à partir du 2ème siècle. Place-forte très importante dans la défense contre les Barbares, elle est dotée d’une enceinte abritant la plus grande surface urbaine de Gaule (282 hectares). Il subsiste de cette enceinte la Porta Nigra, construite entre 186 et 200. Chronique et 28 photos :

3ème et 4ème siècles. La seconde Rome : basilique de Constantin (album de 12 photos) ; thermes (album de 8 photos).

220 après Jésus-Christ. Le transporteur de vin de Neumagen (album de 7 photos). « Cette sculpture de 3,68 m a fait partie d’un monument funéraire dans la cité de Noviomagus (aujourd’hui Neumagen). Elle représente une galère mue par 21 rames sortant directement de la coque. Il s’agit d’un navire de guerre, dont la fonction de transport de barriques de vin sur la Moselle est un peu surprenante ! Les figures de proue et de poupe ornées de monstres sont inconnues du monde méditerranéen. Elles préfigurent les ornements des navires scandinaves quelques siècles plus tard ».

Trèves, une des capitales de la Tétrarchie à la fin du IIIe siècle. Siège d’un atelier monétaire impérial à partir de 294.

Basilique de Constantin, construite entre le 3ème et 4ème siècles. « A l’origine une aula, elle abrite la reconstitution de la plus vaste salle qui nous soit parvenue de l’Antiquité. L’espace intérieur de l’édifice est long de 67 m, large de 27,20 m et haut de 33 m. L’aula servait de salle du trône à l’empereur Constantin. Elle était habillée intérieurement de parements de marbre, avec des niches abritant des effigies de marbre. Le plancher et les murs étaient chauffés. L’aspect actuel de la basilique ne restitue pas l’architecture d’origine, car à l’époque les briques étaient couvertes d’un crépi ».

« Ce bâtiment fut détruit au Ve siècle par les Francs, qui construisirent un lotissement dans la ruine dépourvue de toit… Plus tard les murs furent reconvertis en château fort… Le complexe servit de résidence princière à l’archevêque de Trèves jusqu’aux alentours de l’année 1600. L’archevêque Lothaire de Metternich fit édifier son palais princier tout contre la basilique au début du 17ème  siècle… Puis à l’initiative du roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV, la basilique fut rendue à son architecture romaine d’origine… L’édifice brûla entièrement en 1944. La reconstruction après la guerre s’est faite volontairement avec beaucoup de prudence ».

Les photos n’étant pas autorisées à l’intérieur de la basilique, j’ai trouvé en ligne certaines reproductions. Reconstitution de l’édifice tel qu’il pouvait être sous Constantin. La basilique en 1900. Estampe de 1648, d’après un croquis de 1548-50. Espace intérieur, avec plafond en bois à caisson.

Camée, représentant (c’est une hypothèse) la famille de Constantin.

Vers 300. Les thermes impériaux sont « les vestiges de bains publics. Les absides préservées présentent encore leur appareil romain de pierres blanches et de briques rouges (opus mixtum), qui outre sa solidité possède une grande valeur esthétique. Ensemble monumental dédié à l’empereur Constance Chlore et à son fils Constantin, qui avaient fait de Trèves leur résidence. Les édifices comportaient entre autres une halle autoportante semblable à la Basilique de Constantin, et de taille voisine. Conformément aux normes romaines pour des bains publics aussi importants, on aménagea de nombreuses galeries souterraines pour le chauffage et la vidange de l’eau. Le diamètre du dôme en maçonnerie qui surplombe le tepidarium atteint 16,45 m ».

« On a pu constater, à propos de ces souterrains et infrastructures d’exploitation, que les bains des thermes n’ont jamais été réalisés ; car après le transfert du palais de Constantin à Constantinople ces bâtiments demeurèrent désaffectés, jusqu’à ce que l’empereur Valentinien les convertisse en caserne en 360. Cette nouvelle caserne pouvait recevoir entre 800 et 1 000 hommes de la garde montée ».

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, D. Allemagne, E. Ingénierie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s