Autonomie et Inégalités

Conclusion du billet de Jean-François Méla sur son blog : quelques réflexions en contexte politique.

« Les ambigüités de la « politique d’excellence » sont évidents : on établit une hiérarchie sociale qui peut conduire à marginaliser des catégories importantes en cristallisant les différenciations. Il ne faut pas nier une certaine contradiction entre l’autonomie et l’égalité républicaine.

La pleine autonomie des établissements soulève beaucoup de questions et de réserves. Comment concilier la diversité la plus libre avec le souci de réduire les inégalités ? Comment cette « pleine autonomie » qu’on souhaite coexistera avec les différents mécanismes d’évaluation et de régulation nationaux ?

Par ailleurs on escamote les questions du financement et de la sélection :

Qui fixe les dotations et comment ? Quelle sera l’importance des « nouveaux financements » par rapport au financement public ? On parle de partenariats intégratifs entre universités, écoles et organismes de recherche ; mais cette ambition reste très théorique.

On ouvre des perspectives en matière de recrutement et d’emploi des personnels qui sont antinomiques avec la tradition de la fonction publique. C’est une petite révolution sur laquelle on passe allègrement. On parle d’autoriser les établissements à recruter directement les enseignants chercheurs sans aucune référence externe, ce qui va très loin si l’on conserve le statut national (garanties, salaires) qui est un corollaire du financement public.

La France est une terre d’inégalités derrière une vocation affichée à l’unicité de l’organisation publique. Ceci se produit un peu souterrainement. Rendre la chose officielle et légale ne fait pas disparaître le problème.

Il n’y a pas d’évaluation totalement indépendante de l’organisation. La différenciation peut aboutir à des hiérarchies fortes entre les différents publics (cf enseignement secondaire). Le rôle de l’État ne peut pas être seulement de laisser les coudées franches aux acteurs. Comment cette politique nationale est-elle compatible avec une « toute autonomie » ? Si on laisse les universités totalement libres de définir leur stratégie, l’idée qu’il peut y avoir une évaluation indépendante juste est utopique.

On voit donc se dessiner un immense chantier dont les contours restent encore flous. Les sujets économiques brûlants sont déjà si nombreux que la plupart des candidats à la présidentielle ne mettent guère en avant l’enseignement supérieur, ou bien restent assez généraux sur la question. C’est bien dommage. En tout cas les sujets qui ont été abordés ici devront être sérieusement approfondis ».

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Autonomie et Inégalités

  1. Le problème me paraît plutôt être la qualité de l’enseignement. L’affirmation de l’égalité dans l’université concerne en fait le fait que « la science est la même pour tous » (pas de science au rabais). « Les inégalités » ne signifient rien ici: personne n’a des connaissances égales au plus au niveau, entre les disciplines évidemment, mais aussi au sein de chaque discipline. Un pb est qu’on semble se référer aux sciences naturelles qui supposent un tronc commun, alors que ce n’est pas vraiment le cas ailleurs (spécialement du fait des différentes tendances).

    L’autonomie correspond en fait simplement à la possibilité de choisir les meilleurs enseignants, ou supposés tels (ce qui pose le vrai pb de leur évaluation). Le défaut du système actuel est de fonctionner dans l’intérêt des enseignants et pas des étudiants, en prétendant évidemment le contraire. D’une façon générale, les institutions existent pour la défense du producteur, pas de consommateur et l’idéologie de gauche entérine structurellement ce biais (voir la situation dans les anciens pays de l’Est, et les livres de Zinoviev sur l’homo-soviéticus par exemple).

    Et c’est parce qu’on mélange (plus ou moins hypocritement) tout ça qu’on n’arrive pas à bien raisonner: ce que les universitaires devraient être statutairement capable de faire. Il faut constater que ce n’est pas vraiment le cas, ce qui explique la situation actuelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s