Würth. De la tête aux pieds

De la tête aux pieds. La figure humaine dans la Collection Würth, jusqu’au 10 septembre 2017. Rez-de-chaussée : album de 47 photos. Étage : album de 41 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« L’exposition propose à travers 130 peintures, dessins, sculptures et installations issus de la Collection Würth un propos passionnant sur la représentation de la figure humaine dans l’art. Le nombre important d’œuvres présentées, de la fin du 19ème siècle jusqu’à aujourd’hui, comprend des pièces majeures de la Collection Würth, ainsi que de récentes acquisitions.

Depuis toujours les représentations de la figure humaine ne se sont pas seulement attachées à représenter une réalité physiologique, mais ont cherché aussi à interroger la nature humaine de manière formelle. Sujet essentiel et universel dans l’histoire de l’art occidental – notamment à travers l’art du portrait et du nu -, la figure humaine consacre l’artiste dans son rôle de « créateur » au sens littéral du terme et lui permet d’interroger sa place dans le monde ».

Jan Fabre, L’homme qui donne du feu, 2002

« Du corps idéalisé de la statuaire grecque au corps-objet d’expérimentation dans l’art contemporain, cette représentation n’a cessé d’évoluer à travers l’histoire : après les débordements d’un XXème siècle meurtrier et la montée en puissance de la société de consommation, un nouveau rapport de l’homme au monde se manifeste, se traduisant par une nouvelle perception du corps : un corps contemporain envisagé comme une option modulable ».

Lambert Maria Wintersberger, Ilse Eichenbutter, 1975

« Aujourd’hui les possibilités de traitement numérique et chirurgical ont rendu floues les frontières entre ce qui est naturel et ce qui est transformé par la main de l’homme. De plus en plus de gens ne considèrent plus leur corps comme un cadeau divin ou naturel qu’il convient d’accepter, mais comme une masse évolutive – un objet de consommation – qu’on peut manipuler à souhait, en fonction de son porte-monnaie ou du talent d’un chirurgien. Les diktats et les normes sociales actuelles relatives à l’apparence sont telles que l’indice de masse corporelle (IMC) semble avoir pris le pas sur le bien-être réel ».

Victor Bauer, Portrait, 1936

« L’exposition aborde des thématiques aussi variées que le corps idéal, son impermanence, le corps fragmenté, le portrait et l’autoportrait, l’éternel féminin, etc., à travers les œuvres de près de 100 artistes différents, de Pablo Picasso à Georg Baselitz, en passant par Andy Warhol, A.R. Penck, Marc Quinn, Jaume Plensa, Magdalena Abakanowicz ou Gilbert & George ».

Louise Bourgeois, Le lit, gros édredon, rouge, 1997

Lire aussi Le blog d’Une dilettante.

Alberto Gironella, Loth et ses filles (La famille de Carlos IV), 1984-1987

Poster un commentaire

Classé dans B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s