Trèves, la cathédrale Saint-Pierre

La cathédrale Saint-Pierre de Trèves est église épiscopale depuis 1700 ans ; elle est la plus ancienne d’Allemagne. Elle est de plan roman-rhénan « qui se rencontre principalement sur une zone située autour de la Meuse et de la Moselle, correspondant à peu près à l’ancien archidiocèse de Trèves. Ce plan s’est développé entre la fin du 10ème siècle et le début du 13ème.

Cliquer sur les images pour les agrandir

Caractéristique de la période de transition entre les styles ottoniens et romans, ce plan semble synthétiser deux styles préromans qui se sont succédé dans cette région d’Europe : l’architecture carolingienne du IXe siècle, présentant deux chœurs et l’architecture ottonienne du 10àme et 11ème siècles, qui s’inspirant de l’art carolingien, a popularisé le chevet à deux tours, le plus souvent sur un plan basilical. Cette synthèse est la mieux représentée aujourd’hui par la cathédrale Notre-Dame de Verdun ».

Album de 41 photos (février 2017).

Plan roman-rhénan à deux chœurs

Historique : le dépliant disponible dans la cathédrale au prix de 0,50 euro ! « Selon des sources remontant au Moyen-Age, Hélène, mère de l’empereur Constantin, aurait fait don de sa maison à l’évêque trévirois Agritius pour la transformer en église épiscopale : les fouilles archéologique ont effectivement révélé la présence sous la cathédrale d’une maison d’habitation, dont on a restauré un plafond peint d’environ 70 m² (fresque conservée au musée épiscopal : chronique et photos à suivre).

Au dernier tiers du 3ème siècle, il existait à Trèves une communauté chrétienne dirigée par les premiers évêques, Eucharius, Valerius et Maternus.

311-313. L’édit de tolérance accorde aux chrétiens la liberté de religion.

310-329. L’évêque Agritius fait construire une première grande basilique.

329-346. L’évêque Maximin agrandit cette église en un monumental complexe composé de quatre basiliques, d’un baptistère et de nombreuses dépendances.

A partir de 340. Construction du bâtiment carré, dont les murs extérieurs constituent encore maintenant le noyau de la cathédrale.

1ère moitié du 5ème siècle. Importantes dégradations de la cathédrale dues aux grandes invasions barbares.

Moitié du 6ème siècle. L’évêque Nicetius (526-561) fait reconstruire par des architectes italiens le bâtiment carré et des parties de l’église nord.

882. Importantes dégradations de la cathédrale due aux Normands.

989-990. L’archevêque Egbert (950-993) fait recouvrir les 2 colonnes-nord de croisée du transept, reconstruites sous Nicetius, par des piliers cruciformes.

1030-1047. Sous l’Archevêque Poppo von Babenberg et ses successeurs, rénovation de l’église épiscopale, des cryptes et de la façade ouest.

« Vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra »

1196. Le chœur et sa crypte, érigés en fin d’époque romane, sont inaugurés. La cathédrale est par la suite dotée d’un système de voûtes. On raconte qu’Hélène, mère de empereur Constantin, rapporta à Trèves le vêtement sans couture du Christ. C’est au 11ème siècle qu’on évoque pour la 1ère fois l’existence de la Tunique Sainte, mais son histoire n’est confirmée qu’à partir du 12ème siècle, lorsqu’on la transfère le 1er mai 1196 du chœur ouest au nouvel autel du chœur est.

1235-1270. Construction de l’église Notre-Dame sur les vestiges de l’antique église sud rasée (chronique à suivre). Le cloître date lui aussi de cette époque.

De 1242 à 1803. Trèves a connu 30 archevêques, en même temps Princes-Électeurs du Saint-Empire romain germanique. Les princes ecclésiastiques les plus puissants étaient les trois archevêques électeurs de Mayence, Cologne et Trèves. Le premier était le plus important des électeurs : la Bulle d’or de 1356 stipulait qu’il était le dernier des sept à voter, sa voix était donc déterminante en cas de partage à égalité des six premiers votes. Il procédait également au sacre du nouvel empereur.

1307-1354. L’archevêque Baudoin de Luxembourg fait surélever les deux tours est de la cathédrale. D’importants éléments de l’église du Moyen-âge ont été conservés, tels que des grilles du chœur, des monuments funéraires et des sculptures. Les tombeaux indiquent que, depuis le Moyen-âge, la cathédrale est le lieu de sépulture des évêques de Trèves.

1512. Ouverture du maître-autel sous l’archevêque Richard von Greiffenklau, en présence de l’empereur Maximilien et premier pèlerinage organisé autour de la Sainte Tunique.

1664-1668. A la fin de la guerre de Trente Ans, l’archevêque Carl Caspar von der Leyen commence à restaurer le chœur ouest (intérieur) dans le style baroque.

1687-1699. Johann Hugo von Orsbeck fait construire dans le chœur est le devant de la chapelle de la Sainte-Tunique.

1702-1708. La « chambre sacrée » est ajoutée en amont du chœur est pour y conserver la Sainte-Tunique ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Allemagne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s