Lorraine. Résultats officieux

L’opacité se poursuit pour les élections aux conseils centraux de l’université de Lorraine (4 avril 2017).

5 avril, 11 heures. Circule une feuille de papier anonyme, indiquant, pour le Conseil d’administration, un nombre de voix pour différentes listes.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La direction sortante arriverait largement en tête dans les deux collèges enseignants (sans atteindre globalement la majorité absolue des suffrages exprimés) et serait nettement battue dans le collège des BIATSS.

5 avril 18 heures. Une autre feuille de résultats circule ; elle concerne le conseil d’administration et les deux autres conseils centraux.

Le nombre important de listes, pour un scrutin universitaire devant décider d’un second mandat pour le président sortant, rendrait compte de la dispersion des voix.

Ce qui paraît sûr et eu égard à la majorité des universités où le président sortant se représentait, la direction sortante de Lorraine ne fait pas un tabac !

Pour aller plus loin. Chroniques sur les élections 2017 de l’université de Lorraine.

1 commentaire

Classé dans C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne)

Une réponse à “Lorraine. Résultats officieux

  1. Un personnel de l’université de Lorraine

    « La direction sortante ne fait pas un tabac »…c’est un point de vue. La majorité absolue en A, c’est 4 sièges sur les 6 des PR. Deux grâce à la prime pour la liste arrivée en premier et 2 à la proportionnelle. Plus un super-bonus de 10 voix au CA, les extérieurs votant pour celui qui est arrivé en tête chez les A.

    C’est un peu moins bien chez les B, mais quand même la liste PULSAR arrive en 1er et prend encore 4 sièges.

    Pour les syndicats, aucun siège ni en A ni en B en ce qui concerne UL autrement.

    Le SNESup, comme il y a 5 ans, incapable de présenter des listes en A (que ce soit au CA, mais aussi au conseil de la formation, au conseil de la Vie Universitaire et au conseil scientifique), appelant à s’abstenir sur le collège A, contribue d’ailleurs largement à la non élection de la tête de liste UL autrement, qui est, par ailleurs, membre du bureau du SNESup. La rhétorique trotskyste habituelle : plutôt faire élire un type de droite qu’un social-démocrate, qui ferait croire qu’un mieux est possible en dehors de la Révolution…qu’on espère d’ailleurs, au fond de soi, ne jamais voir, de peur d’être déçu.

    Pour les Biatss, qui ont beaucoup souffert sous Mutzenhardt, pas de surprise, vote anti-Mutzenhardt massif. Mais les Biatss, au CA, c’est combien de divisions ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s