24% des jeunes au chômage. Faux !

Bonsoir Pierre, je pense que tu seras intéressé par un article que je viens de faire paraître dans la revue des anciens de l’X et qui traite d’un sujet que tu connais bien (tu en as déjà parlé sur ton site) : la réalité du  chômage des jeunes. François-Xavier.

Chômage des jeunes : réalités, conséquences, remèdes par François-Xavier Martin, La Jaune et la Rouge, n°724, avril 2017. Extraits de l’article.

« Il existe un large consensus pour considérer que l’amélioration de la situation de l’emploi des jeunes est une priorité absolue. Mais l’affirmation selon laquelle en France 24 % des jeunes seraient au chômage ne correspond pas à la réalité : l’INSEE indique que 640 000 personnes de 15 à 24 ans sont en recherche d’emploi, alors que la population totale de ces tranches d’âge est d’environ 8 millions d’individus. Tenir compte de ces chiffres est un préalable indispensable à tout plan permettant d’améliorer de façon radicale la situation des jeunes face à l’emploi…

Quelques propositions pour redonner confiance aux 15-24 ans. 1. Priorité à la formation

Un accueil permanent supplémentaire pour 300 000 personnes de 15 à 24 ans dans l’ensemble du système éducatif (apprentissage compris) ne demanderait qu’une augmentation de 6 % de sa capacité totale. Mettre en place des mesures suffisantes pour inciter les 15-24 ans au chômage à suivre une des formations proposées jusqu’à ce que ces 300 000 formations soient saturées ferait passer le pourcentage de 15-24 ans au chômage de 8 % à 4 % (l’un des plus bas du monde).

Pour rétablir la confiance des jeunes, il serait essentiel de communiquer mensuellement sur ces chiffres, et de montrer la décroissance très rapide du nombre (en valeur absolue) de chômeurs chez les 15-24 ans qui résulte de cette mesure…

2. Permettre aux jeunes salariés d’échapper aux enchaînements de CDD

Il faudrait réunir les organisations patronales des entreprises (surtout les plus petites) et les syndicats de salariés pour qu’ils négocient les dispositions d’un contrat de travail à durée indéterminée destiné à remplacer pour les 15-24 ans les CDD qui ne correspondent pas aux cas pour lesquels ils ont été instaurés, en prenant soin grâce à des dispositions à imaginer que l’offre actuelle de CDI aux 15-24 ans ne migre pas vers une offre basée sur ces nouveaux contrats.

Un bon compromis devrait tout à la fois permettre aux salariés d’échapper aux enchaînements de CDD et aux employeurs (surtout les petits) de connaître à l’avance, sans possibilité d’aléa juridique, le montant de l’indemnité qu’ils devraient verser à leurs salariés s’ils souhaitaient s’en séparer ».

Ces contrats se transformeraient automatiquement en CDI classiques lorsque le salarié atteint 25 ans. Des pénalités spécifiques dissuaderaient l’employeur de licencier des salariés peu de temps avant qu’ils atteignent 25 ans ».

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s