De Tombouctou à Zanzibar

Institut du monde arabe, Trésors de l’islam en Afrique. De Tombouctou à Zanzibar, exposition jusqu’au 30 juillet 2017. Album de 43 photos.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« De Dakar à Zanzibar, de Tombouctou à Harar, l’Institut du monde arabe met à l’honneur des sociétés fortes de treize siècles d’échanges culturels et spirituels avec le Maghreb et le Moyen- Orient. Archéologie, architecture, patrimoine immatériel, art contemporain… Une première qui réunit sur 1 100 m2 près de 300 œuvres multidisciplinaires pour témoigner de la richesse artistique et culturelle de la pratique de l’islam en Afrique subsaharienne ».

Catalogue (25 euros). « Un panorama de la richesse des échanges culturels et spirituels entre l’Afrique subsaharienne et le monde arabo-musulman au fil de l’archéologie, de l’architecture, de l’art contemporain, du patrimoine immatériel ou encore de l’artisanat, depuis le VIIIe siècle. Une plongée au cœur des arts de l’Islam ».

Malou Tresca, De Tombouctou à Zanzibar, une redécouverte de l’art islamique en Afrique. Dans le sillage des grandes routes commerciales, La Croix, 13 avril 2017.

« Trésors de l’islam en Afrique » a pour vocation de montrer que la pratique de l’islam sur le continent s’est très vite détachée d’une simple influence berbère, arabe ou persane pour devenir véritablement le fait de musulmans africains. « Dans les premiers siècles après l’ère chrétienne, son processus de diffusion est passé, en Afrique subsaharienne, par les routes commerciales les plus fréquentées », commente Thomas Vernet-Habasque, chercheur à l’Institut Français d’Afrique du Sud (IFAS). « Dès le Xe siècle, cette région connaîtra un grand essor de conversions, jusqu’à ce que la population musulmane y devienne majoritaire », poursuit le spécialiste.

Selles de chameaux touaregs, textile brodé de fils d’or, imposantes stèles de pierre, couteaux… La première partie de l’exposition, baptisée Les chemins de l’islam, présente des objets du quotidien, des tableaux, des maquettes de navires des premiers siècles de l’islamisation jusqu’à aujourd’hui. Une salle entière est consacrée à l’exposition de quelques rares pièces issues de la collection des précieux manuscrits de Tombouctou, aujourd’hui préservés à Bamako, au Mali, après avoir été sauvés en 2012 d’une tentative de destruction par les djihadistes du pays ».

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, E. Sciences humaines et sociales, F. 19ème et 20ème siècles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s