Le jardin de la Villa Medici

Cliquer sur les images pour les agrandir

Le jardin de la Villa Médicis

« Il s’étend sur près de 8 hectares conserve en grande partie son ordonnance du XVIe siècle, répartie en trois zones (le piazzale, les carrés et le bosco). Cette tripartition, à l’image des jardins botaniques toscans, a pour origine les traités arboricoles de l’époque pré-renaissance. Lorsqu’en 1564, le Cardinal Ricci acquiert le domaine, appelé la Casina Crescenzi, située sur le collis hortulorum, celui ci ne comporte sans doute qu’une ferme au milieu de terrains plantés de vignes. D’importants travaux de terrassement sont alors engagés. Grâce aux travaux d’irrigation de Camillo Agrippa, mathématicien et ingénieur milanais, de nombreux bassins et fontaines ornent les lieux. Au sud, une silva (ou bosco) semble avoir été partiellement aménagée dès 1570″…

Album de 44 photos (mai 2017) : le jardin, le carré des Niobides, la salle des oiseaux, la gypsothèque.

Le Carré des Niobides

Photos

« Dans la mythologie grecque, les Niobides sont les enfants d’Amphion et de Niobé, fille de Tantale. Leur mère s’étant vantée d’avoir eu plus d’enfants que Léto, mère d’Apollon et Artémis, les deux dieux les massacrent de leurs flèches. Dans les années 1960, Balthus, alors directeur de l’Académie de France à Rome, réalise le Carré des Niobides, fontaine à partir de plâtres de statues antiques ».

Présentation par Jean-Pierre Dalbera. « La mise en scène fastueuse des Niobides dévoile le destin réservé à ceux qui osent défier le pouvoir des Dieux. Dans la mythologie grecque, Niobé, épouse du roi de Thèbes, Amphion, et mère orgueilleuse de sept fils et sept filles, se moqua de Léto, qui n’avait donné le jour qu’à Apollon et Artémis. Ces derniers, pour se venger, tuèrent les enfants de Niobé à coups de flèches. C’est alors que Niobé demanda et obtint de Zeus d’être changée en une statue pleurant.

Cet ancien ensemble de sculptures, unique en son genre en vertu du nombre de statues, fut découvert grâce à des fouilles archéologiques datant de la fin du XII siècle et fut par la suite acquis par Ferdinand de Médicis. Les formes de ces sculptures, riches en pathos, ont servi de modèle pour de nombreux artistes, dont Nicolas Poussin (Écho et Narcisse) ». Autre site sur le Carré des Niobides.

La Salle des Oiseaux restaurée (décembre 2011)

« Pavillon niché dans les splendides jardins de la Villa Medicis à Rome, la Salle des oiseaux a été dévoilée vendredi par le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand. Redécouverte en 1985 sous un badigeon gris uniforme, la voûte de la Stanza degli uccelli transforme le Pavillon de Ferdinand de Médicis, petit édifice construit au XVIe siècle, en une sorte de volière, véritable encyclopédie de la faune et de la flore de cette époque. Hérons et pélicans, aigles, dindons et hibous mais aussi serpents ou petits lapins s’y côtoient dans des décors ocres, roses et verts peuplés de fruits et de feuillages automnaux, réalisés par Jacopo Zucci et ses collaborateurs entre 1576 et 1577.

Photos

La Gypsothèque

Fortune et infortune des collections de gypse au sein des académies et écoles des beaux-arts

« L’Académie de France à Rome accueille, les jeudi 11 et vendredi 12 février 2016, le réseau des Gypsothèques de France… Cet événement fait partie de la série des célébrations saluant les 350 ans de la création de l’Académie de France à Rome. Le 11 février 1666, Colbert signait les Statuts et règlements qui fondaient l’institution. Par la technique du moulage, la reproduction en plâtre des chefs d’œuvre de l’Antiquité et de la Rome moderne devient le socle de la nouvelle académie. Ces tirages avaient pour fonction principale la réalisation d’œuvres en pierre pour l’ornement des Maisons Royales et en premier lieu le château de Versailles. Mais ces pièces ont rapidement servi de modèles artistiques très largement diffusés dans les académies et écoles d’art ».

Photos

Les antiques de la villa Médicis du XVIe au XVIIIe siècle

Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres , Année 1929, Volume 73, Numéro 1, pp. 55-62.

Poster un commentaire

Classé dans A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s