Le retraité, vache à lait de Macron

Emmanuel Macron n’aime pas les retraités des classes moyennes, en particulier les retraités des catégories A et B de la fonction publique.

Professeur des universités en retraite depuis novembre 2008, le pouvoir d’achat de ma pension (elle est mon seul revenu) a diminué de manière non négligeable sous l’impact de plusieurs facteurs : blocage des pensions de fonctionnaires depuis plusieurs années, progression de l’impôt sur le revenu et de la taxe d’habitation, augmentation de la cotisation pour la mutuelle complémentaire, inflation de plus d’1,4% en moyenne annuelle ces dernières années. Ajouter à cela que le fonctionnaire retraité ne peut plus espérer de promotions, comme au temps de sa vie active. Tout cela sape le moral et amène déjà des réductions de dépense.

En dépit de cela, Emmanuel Macron s’apprête sans vergogne à massacrer fiscalement les fonctionnaires retraités, qui perçoivent une pension supérieure à 1500 euros par mois.

Source FranceInfo : Salarié, retraité, patron… Ce que la réforme fiscale Macron risque de changer pour vous

Retraité de la classe moyenne, je sentirai passer l’augmentation de la CSG à taux normal  de 1,7 point. « Elle s’appliquera aux foyers dont les revenus annuels sont supérieurs à 22 051 euros pour un couple, rappellent Les Echos. Sur une pension de 1 500 euros par mois, 1,7 point de CSG représente près de 25 euros de prélèvement supplémentaire. Les retraités paieront plein pot cette hausse ».

Retraité de la classe moyenne, je ne serai pas exonéré de la taxe d’habitation. Programme d’Emmanuel Macron : « Nous exonérerons de taxe d’habitation quatre Français sur cinq ». Quels seront les bénéficiaires de cette mesure ? « Le seuil sera celui d’un revenu fiscal de référence de 20 000 euros par an et par part (soit 40 000 euros pour un couple) ».

Par ailleurs, retraité de la classe moyenne et contrairement aux salariés, je ne bénéficierai pas du surplus de revenu engendré par la suppression des cotisations chômage et maladie.

Enfin, je ne bénéficierai pas du cadeau fiscal fait aux contribuables qui paient l’impôt sur la fortune (je n’en fais pas partie !). « Ce cadeau est estimé à environ deux milliards d’euros. Mais qui avantagera-t-il ? Une étude confidentielle relayée par Le Figaro révèle qu’avec la réforme, les plus gros contribuables soumis à l’ISF (ceux dont le patrimoine dépasse 2,5 millions d’euros) ne seraient plus redevables que de 520 millions d’euros à L’État, contre 2,8 milliards aujourd’hui ».

Mon épouse est également fonctionnaire retraitée, de catégorie A. Nous avons deux parts fiscales (nos quatre filles, qui voisinent la quarantaine, ne sont plus à notre charge !).

Notre couple de retraités ne se plaignait pas jusqu’à présent de son revenu, malgré une diminution constante du pouvoir d’achat de nos retraites depuis 2009. Ce ne sera plus le cas avec les réformes envisagées par le nouveau président de la République. Pourquoi voterions-nous aux législatives pour un candidat de la République en marche, qui sera le candidat des plus riches et non celui des classes moyennes retraitées. Nous ne sommes quand même pas masos à ce point !

Et pour finir, une anecdote. Le prélèvement mensuel pour l’hebdomadaire L’OBS, soutien sans exclusive d’Emmanuel Macron, vient d’augmenter de 7,5% sans que les abonnés en soient prévenus. Cet euro supplémentaire par mois demandé aux abonnés est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

J’en ai déjà assez de Macron pour qui j’ai voté au second tour de la présidentielle!

Personnels retraités des catégories A et B de la fonction publique, allons-nous nous laisser plumer sans réagir ?

21 Commentaires

Classé dans Non classé

21 réponses à “Le retraité, vache à lait de Macron

  1. Vache à lait, peut-être. Professeur des universités à la retraite appartenant à la classe moyenne, sûrement pas. https://www.insee.fr/fr/statistiques/1281306

    • Merci, mais outre le ressenti, avez-vous un tableau de synthèse des % de la population française par tranche de revenus. Tableau simple en apparence, mais difficile à trouver ou à construire !!
      JP Durand

    • Pascale

      En 2017, les statistiques indiquent que « les Français gagnent en moyenne 2225 euros nets ». Expliquez-moi comment l’INSEE parvient à inventer trois strates dont l’intermédiaire — pour vous « la classe moyenne » — ne gagne pas le salaire « moyen » puisque c’est la rémunération de la strate supérieure — les riches, donc. Ces statistiques qui ont permis à Vals de considérer que ceux qui gagnent plus de 2000 € par mois sont « riches ». C’est un discours honteux lorsqu’on songe
      1) à l’imposition, aux montants des loyers, et aux charges de toute nature 2) aux Français vraiment fortunés.
      Les chiffres, c’est comme le reste, ça se déchiffre.

  2. Pascale

    Dommage que le tableau statistique ne donne pas les revenus au sommet de la tranche supérieure et à la base de la tranche inférieure ! Cela me fait penser à Valls qui disait que les Français étaient riches quand il gagnaient plus de 2000 euros.

  3. Oui, mais on s’en doutait tous. Sauf qu’il va faire ce qu’il a dit en ne représentant de fait que le quart de la population. Telles sont les règles du présidentialisme français (donc à abolir !!). Nous avions même la certitude de cette politique (la plus facile !!) puisque Macron n’entend pas toucher à l’orientation ultralibérale de l’Europe actuelle qu’il a toujours cautionnée et qu’il cautionne aujourd’hui.. Rien (ou si peu) sur la politique fiscale, le dumping social, la « double Europe » des revenus (au moins deux grandes zones géographiques de revenus Est/Ouest), etc.
    Il ne nous reste que la rue où Macron a appris de Sarkozy et de Hollande, qu’elle s’épuise avant les politiques. Quelle lutte victorieuse depuis une décennie ? Les « bonnets rouges » contre l’écotaxe !! Les classes moyennes poujadistes, ce serait la poursuite de l’évolution de la société. Est-ce souhaitable ? Quelle alternative ?

  4. Oui en effet : se considérer dans la classe moyenne me parait abusif. Un professeur d’université au dernier échelon (acquis à l’ancienneté) en classe « ordinaire » gagne en brut mensuel : 3 865,97 € (source : http://www.emploitheque.org/grade-etat-33-Professeur-des-universites-de-2eme-classe-77). Plus si, comme souvent, le professeur a atteint une classe supérieure cela peut atteindre jusqu’à 6.200 € brut). Cela n’inclut pas les primes et autres bonus qui effectivement ne sont pas pris en compte pour le calcul du montant de la pension.
    3 865,97 € au minimum en activité, cela fait-il pour un taux plein de retraite ? Je ne sais l’auteur ne le dis pas. Pourquoi ?
    Mais cela doit tirer à mon avis au bas mot dans les 3.000 € brut (soit avec 8% de cotisations 2.760 €).
    Or, avec un actif touchant un salaire de 3.000 € brut dont le taux de cotisation est supérieure (environ 23%) cela fait appartenir au 90e décile (seul 9% de la population gagne plus !
    Alors écrire « Tout cela sape le moral et amène déjà des réductions de dépense. » me parait abusif. Surtout qu’en retraite plus d’enfants à charge, plus de loyer, plus de déplacements professionnels, …
    Rappelons également qu’avec un tel pouvoir d’achat, l’empreinte écologique correspondante n’est pas soutenable si généralisée à l’ensemble des humains. Ne perdons pas cela de vue : à la différences des créanciers des dettes publiques, la nature ne permet pas de faire défaut sur nos dettes écologiques.

  5. Sarran François

    Ce commentaire a été rédigé avant le précédent de Christophe Vieren.

    Mon cher Pierre,

    En tant que « baby-boomer » tu as très probablement eu accès à la classe exceptionnelle des professeurs, et peut-être même à l’échelon 2. Ayant eu quatre enfants, ta pension mensuelle doit donc se situer entre 5000 et 6000 € (peut-être un peu plus pour divers services rendus). Ton épouse, cadre A dans la fonction publique, si elle jouit d’une retraite pleine, doit avoir un pension mensuelle de l’ordre de 3000 à 4000 euros (et peut-être un peu plus). Cela fait en fin d’année de l’ordre de 100 à 120 000 Euros, (sans compter tout autre éventuelle source de revenu, la PREFON, par exemple). C’est peut-être peu pour un professeur d’université, à l’aune internationale. Mais c’est déjà pas mal pour un « membre de la classe moyenne », dont beaucoup de représentants accepteraient volontiers les 1,7% de plus de CSG pour ce tarif annuel! sans parler des jeunes couples sautant d’un CDD à un autre pour boucler leur fins de mois.
    Non, Pierre, si ce commentaire te paraît très dur, peut-être excessif, c’est tout simplement parceque TON ARGUMENTAIRE A TITRE PERSONNEL NE TE RESSEMBLE PAS! Certes, tu n’aimes pas Macron et ce qu’il représente. C’est ton droit. Mais cela ne te ressemble pas d’en faire une affaire personnelle. Tu as mieux à dire!
    Bien sincèrement!

  6. La retraite d’un professeur des universités

    Réponse de Christophe Vieren
    « Un taux plein de retraite ? Je ne sais l’auteur ne le dit pas. Pourquoi ?
    Mais cela doit tirer à mon avis au bas mot dans les 3.000 € bruts (soit avec 8% de cotisations 2.760 €) »

    Réponse de François Sarran
    « En tant que « baby-boomer » tu as très probablement eu accès à la classe exceptionnelle des professeurs, et peut-être même à l’échelon 2. Ayant eu quatre enfants, ta pension mensuelle doit donc se situer entre 5000 et 6000 € (peut-être un peu plus pour divers services rendus) »

    Deux commentateurs et une retraite dont le montant va du simple au double ! Devant une telle méconnaissance de la réalité, est-il encore utile d’essayer de discuter ?

    • Pierre

      Prof en 2ème classe dernier échelon: indice nouveau majoré 825, salaire brut 3865 €, salaire net ~3150€
      Prof en classe exceptionnelle deuxième échelon: INM 1320, salaire brut 6112€, salaire net ~4974€
      (chiffres approximatifs, la grille que j’ai date de deux ans; mais comme vous le dites, ça ne varie pas beaucoup). Il faudrait connaître le taux de remplacement, ce qui est impossible à deviner. Mais en gros, ils ont tous les deux raison : la seule méconnaissance, c’est de savoir à quel niveau la carrière s’est arrêtée. La retraite des professeurs d’université, suivant ses conditions (prof de seconde classe partant à la retraite avec 20 annuités, ou prof de classe exceptionnelle partant à la retraite avec 45 annuités) varie au moins du simple au double, c’est un fait.

      Que le fonctionnaire, et en particulier le fonctionnaire retraité, soit depuis au moins 30 ans un « sitting duck » pour les gouvernements successifs, c’est un autre fait, différent, que Gary-Bobo et al. avaient déjà bien établi il y a 10 ans:
      Bouzidi, Btissam, Touria Jaaidane, et Robert Gary-Bobo. « Les traitements des enseignants français, 1960-2004 : La voie de la démoralisation ? », Revue d’économie politique, vol. vol. 117, no. 3, 2007, pp. 323-363.

    • Ta réponse me laisse perplexe Pierre. On ne te demande pas de discuter mais de corroborer ton statut de « Retraité de la classe moyenne ».
      François comme moi-même disons que c’est entre 3.000 € et 6.000 €.
      Or donc même en considérant le minimum, cela ne te permet pas de te considérer dans « la classe moyenne » ou alors faudrait-il rappeler la définition que tu prends ? Celle de l’INSEE ? Celle de l’observatoire es inégalités ?
      Selon l’article « Qui sont donc les classes moyennes ? » de cet Observatoire citant le Credoc, pour un couple sans enfant la classe aise commence avec un revenu disponible (après impôts et prestations sociales) de 4.280 €/2011 (les deux déciles les plus élevés de revenus). Assurément, tu es au dessus.
      Perso, encore en activité, je fais partie de ces classes aisées avec 3.247 € net mensuel (sans primes). Et je ne me plains pas, loin de là.
      Mais c’est sûr que 1,7% de tels revenus cela fait une somme non négligeable, laquelle permettrait de mettre beaucoup de beurre dans les épinards de certains humains.
      Rappelons que le PIB-PPA/habitant planétaire moyen est probablement de l’ordre de ma moitié du Smic français. Et la crise écologique devrait inciter les pays riches à réduire leur pouvoir d’achat (et/ou leur mode de consommation.
      . Pierre, on compte sur ton éclairage pour améliorer notre « méconnaissance du sujet ». Et couper court à tout procès d’intention.
      PS : j’ai ^pas (encore) lu les commentaires et éventuelles réponses ci-dessous.

  7. François Sarran

    La traditionnelle pudeur française a parler de ses revenus !

  8. Claude

    C’est sûr qu’on n’est pas là dans une situation financière « intermédiaire ». Au demeurant, il est intéressant de noter que si le tiers des personnes ayant les revenus les plus faibles pensent se situer en « intermédiaire » (deuxième tiers), les personnes les plus aisées (troisième tiers) … le pensent aussi et encore plus fortement ! (source: Insee SRCV-SILC 2011)
    Cédi dit, tant qu’on ne connaît pas le montant de pension mensuel de la personne qui s’exprime, impossible d’aller plus loin.

    • Mais si, vous pouvez aller plus loin. Vous pouvez vous prononcer sur « l’augmentation de la CSG à taux normal de 1,7 point s’appliquera aux foyers dont les revenus annuels sont supérieurs à 22 051 euros pour un couple, rappellent Les Echos. Sur une pension de 1 500 euros par mois, 1,7 point de CSG représente près de 25 euros de prélèvement supplémentaire. Les retraités paieront plein pot cette hausse ».

      • Je me prononce donc : prendre 1,7% aux retraités qui gagnent entre 1.500 €, et, disons, 2.225 € (limite supérieure des classes moyennes pour une personne seule en 2014selon le centre d’Observation de la Société) peut être abusif. Peut-être eut-il fallut mettre une CSG progressive, quoique l’impôt sur le revenu le soit probablement déjà pour ces tranches de revenus. Sinon, pas de quoi en faire un drame.

  9. Vous voulez nous faire pleurer sur les Baby-Boomers retraités ? C’est une blague ? Savez-vous que la France est le seul pays d’Europe où les retraités ont un niveau de vie moyen supérieur à celui des actifs ?
    Alors, avec Macron, enfin un changement de génération et, enfin, on va faire payer (un peu, un tout petit peu, trop peu sans doute) les retraités, notamment les plus aisés comme vous…

  10. J’ai une retraite de prof 1e classe, de 3897,87 euros (déduction faite de la CSG, RDS, CASA, mutuelle de 196,58 euros) + retraite de la SS de 80,93 euros.
    Ma femme a une retraite d’adjoint administratif autour de 1000 euros.
    Nous n’avons plus d’enfants à charge. Pas d’emprunt. Une voiture qui ne sert pas en ville. Des vélos. Et avons fait passer une bonne partie de l’héritage familial aux enfants. Lesquels n’ont pas eu d’augmentation de salaire dans le privé et ont dû attendre longtemps avant d’avoir un CDI. Conjoints ayant de longues périodes de chômage malgré des bacs + 4. Nous aidons beaucoup les enfants.
    Je n’ai pas envie de changer tous les ans de voiture, d’aller au restau toutes les semaines etc etc. Nous avons de quoi aller au théâtre, profitons à fond des services publics de loisirs et de culture, des subventions à l’opéra (quand je sais le prix réel de ma place, il m’arrive d’avoir un peu honte. Mais je me dis que c’est pour la culture !) etc. Je ne vais pas acheter et jeter. Je ne vais pas m’empiffrer comme bien des retraités – je n’ai pas connu la guerre et les restrictions). Quand je vais à la déchetterie je suis écœuré par ce que j’y vois.
    Et j’ai des comptes pleins. Certes je ne consomme pas comme Macron. Lui il aurait crevé de faim avec ma retraite.
    Et j’ai eu un métier qui fut pour moi un plaisir tant que les étudiants étudiaient. Qui m’a fait faire des rencontres dans le monde entier. J’ai beaucoup passé de temps pour mon métier (on me l’a reproché dans la famille) mais j’avoue, j’y prenais énormément de plaisir. Ce n’était pas un travail. Un luxe ! sauf noter les copies.

    Alors, vive notre retraite. Les anciens collègues à deux retraites comme la mienne se plaignent. Certes j’ai connu qui vont à Sydney pour un opéra. Qui a envie de se payer autant d’heures d’avion ?

    Mes collègues étrangers étaient étonnés en venant me visiter. Ici tout le monde a au moins une maison au bord de la mer, un bateau pour la plupart. Ne rêvons pas. Bien des profs français qui enseignent aussi aux USA bénéficient de leur salaire français et de ses avantages. J’ai ai connu qui n’enseignaient en France que de la rentrée à Noël ! ils ont du pot aux USA d’en profiter; Par contre bien des post-docs sont vite revenus prendre un poste en France même si ce n’est pas facile de candidater avec nos procédures quand on est à l’étranger. J’ai connu des profs US qui obligés de publier et n’ayant pas les crédits couchaient dans leur voiture dans le parking de l’université où avait lieu le colloque où ils intervenaient. Qui a vu ça chez les profs en France ?

    Ceci dit, je suis émerveillé que les gens qui ont rejeté FH se ruent sur Macron alors que c’était sa politique qu’appliquait FH, et tout le monde le sait. Alors ?
    En tout cas Macron est sacrément doué. Qui aurait parié un kopeck sur lui il y a un an ?

    Mais on est habitué, la France est passée pétainiste rapido, idem pour Mitterrrand. Il n’y a bien que F.H. et ses femmes, Sarko et son bling-bling qui ont cassé l’image en qq semaines.

    Profitez du beau temps !

  11. Pour mettre fin à ma « méconnaissance du sujet », j’ai parcouru le CV que Pierre met à notre disposition ICI.
    Nommé « Professeur 2cd classe » en 1980 (bizarre, jusqu’en 1984 on commençait assistant, puis maitre assistant, puis maitre de conférence. puis Prof), Pierre est promu, en 2007, un an avant sa retraire, en classe exceptionnelle. Pierre aura auparavant obtenu la 1ere classe dernier échelon en 1998.
    J’en conclu que l’on doit être assurément au delà des 3.000 € net de pension.
    Je n’irais certes pas jusqu’à parier 1,7% de mes revenus sur cette conclusion, mais une coupe de champagne sur la Gd Place de Lille, pourquoi pas.

  12. Pour C.V.
    Voir ma retraite. Je ne suis pas de « classe exceptionnelle ». Vous aurez la réponse. Pour info j’ai été :
    – assistant non titulaire (issu de Sc éco, il n’y avait pas de titulaires)
    – puis certifié
    – puis maître assistant
    – puis maître de conf
    – puis prof plutôt tard

    et maintenant je profite des emprunts de l’Etat français une bonne partie de l’année.

    Au reveire

  13. Pascale

    On pourrait aussi évoquer la retraite des futurs retraités. MCF HDR, non agrégée, ayant financé mes études grâce à des emplois à mi-temps, 25 ans d’ancienneté titulaire, 15 ans d’ancienneté vacataire (des nèfles). Pension prévue :

    1) Pour un départ à 62 ans : 1200 euros
    2) Pour un départ à 68 ans : 1700 euros

    Aujourd’hui, impossible de devenir PU (plus de poste), et probable réforme des retraites qui va nous réduire à l’indigence. Si quelqu’un peut faire une simulation de la baisse des pensions calculées sur les 25 meilleures années (pour moi, toute ma carrière « officielle » ; le reste ne compte pas), je suis preneuse, en dépit de mon dépit.

    • Oui la situation est bien différente de celle que j’ai connue. Je me demande ce qu’il y aura pour mes enfants qui ont connu (et connaissent de longues périodes de chômage et des salaires très bas. Et ils ont moins de 40 ans ! Qt au diplôme…ils sont diplômés.
      Fréquentant une asso dont bien des membres sont étudiants ou anciens étudiants récents, je sais que beaucoup de jeunes diplômés galèrent de CDD en chômage.
      Ce qui n’empêche pas l’université d’ouvrir des formations dont on sait qu’elles mènent au chômage sans fournir une bonne formation de base. Mais ça fait une ligne de plus dans un dossier d’enseignant.
      Dans ma rue, tous les habitants qui n’étaient pas fonctionnaires (en général des couples) ou dont un membre n’était pas fonctionnaire (et pas de catégorie C !) ont dû vendre. Ils n’ont pas résisté aux pertes d’emploi. Les remplaçants sont des héritiers ou des Parisiens mutés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s