De mystérieux étudiants en L

Les effectifs universitaires en 2016-2017. Par rapport à 2015-2016, « les effectifs continuent d’augmenter dans les cursus licence et master et de diminuer en cursus doctorat. En 2016-2017, le nombre d’étudiants inscrits à l’université est de 1 623 500 (+1,9 % par rapport à 2015-2016). Hors doubles inscriptions en CPGE, l’augmentation est ramenée à +1,1 % (+16 600 inscriptions).

Cliquer sur les images pour les agrandir

Les effectifs augmentent moins fortement que l’année dernière et en cursus licence (+2,8 %) et en cursus master (+0,8 %) et poursuivent leur baisse en cursus doctorat (-2,3 %). Les doubles inscriptions des étudiants de CPGE continuent à expliquer une part importante de la hausse : hors ces inscriptions parallèles – abrégé en h. CPGE dans la suite – l’augmentation est divisée par 2 en cursus licence mais elle reste sensible : +1,4 %.

Les nouveaux entrants en première année sont toujours plus nombreux (+0,8 % h. CPGE) et parmi eux, les nouveaux bacheliers surtout : +1,8 % h. CPGE ».

Effectifs en cursus Licence ? La Note Flash invente une catégorie mystérieuse dans le tableau ci-dessous : autres formations du cursus Licence. 50 800 étudiants en 2016-2017, ce qui n’est pas peu ! De plus, les effectifs dans cette catégorie opaque progressent : 48 500 en 2015-2016, 45 500 en 2014-2015. Aucune définition n’est donnée par les deux auteurs de la Note : ce qui est un manque de rigueur dans une publication officielle.

De qui peut-il s’agir ? Trois hypothèses. Étudiants post-PACES inscrits en 2ème et 3ème années des disciplines de Santé ? Étudiants inscrits dans des diplômes universitaires à droits d’inscription libres (DU ou bachelor par exemple) ? Étudiants inscrits en classe préparatoire intégrée à l’université ? Autres hypothèses ?

Cette progression des effectifs universitaires est heureuse et malheureuse. Seront contents celles et ceux qui espèrent et rêvent qu’un jour 60% des jeunes seront diplômés du supérieur. Seront effrayés celles et ceux qui se disent que l’intendance ne suivra pas, que l’État ne dotera pas davantage les universités et qu’ainsi la dépense par étudiant diminuera, comme elle a commencé à le faire depuis 2012.

Pour en savoir plus. Cette chronique est presque un copié-collé de ma chronique d’il y a un an De mystérieux étudiants en L. Je m’étais alors interrogé sur l’opacité de la catégorie « autres formations du cursus licence ». Le manque de rigueur noté l’an dernier s’est reproduit cette année. Et tout le monde s’en fout !

Poster un commentaire

Classé dans E. Arts Lettres Langues, E. Droit et Sciences politiques, E. Economie Gestion, E. Ingénierie, E. Médecine Pharmacie, E. Sciences, E. Sciences humaines et sociales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s