Rome. Sainte-Marie-Majeure

La basilique Sainte-Marie-Majeure (source et citations : wikipédia) est l’une des quatre basiliques majeures.

Album de 49 photos (mai 2017).

« La basilique Sainte-Marie-Majeure est la plus ancienne église romaine consacrée à la Vierge Marie. Elle est avec son plan basilical aux nobles proportions, ses mosaïques et ses imposantes chapelles polychromes de la Contre-Réforme, un abrégé des grandes étapes de l’art chrétien à Rome.

Cliquer sur les images pour les agrandir

5ème siècle. La construction démarre sous le règne de Sixte III pour célébrer la fin du Concile d’Éphèse en 431. La nef renferme des colonnes ioniques datant du premier sanctuaire.

Au-dessus des colonnes de la nef centrale, sur l’entablement, 36 panneaux en mosaïque, datant du 5ème  siècle, racontent des épisodes bibliques. D’autres scènes, toujours en mosaïque et à l’extrémité de la nef, illustrent le rôle de Marie.

12ème siècle. Le pavement est l’œuvre des marbriers Cosmati.

13ème siècle. Au-dessus du maître-autel, la calotte de l’abside est revêtue d’une mosaïque de Jacopo Torriti de 1295 et célébrant le Couronnement de la Vierge : Jésus couronne sa mère, elle-même assise sur un trône, sous le regard d’anges et de saints.

14ème siècle. Le campanile haut de 75 mètres est le plus haut de Rome. En style roman, polychrome, il est reconstruit durant le pontificat de Grégoire XI, pape de 1371 à 1378, sur un embasement précédent.

16ème siècle. L’édifice est remanié à la Renaissance par un plafond à caissons, doré grâce à l’or des Amériques, don du roi d’Espagne… Une flèche pyramidale fut ajoutée au sommet du campanile.

18ème siècle. La façade est l’œuvre de Ferdinando Fuga. Elle conserve des mosaïques de Filippo Rusuti, quelque peu dissimulées par la façade ajoutée au XVIIIe siècle, avec sa loggia à trois arcades précédée d’un portique. Elle est l’œuvre de Ferdinando Fuga, au service de Benoît XIV (pape de 1740 à 1758) ».

Galerie de quelques papes. Urbain VIII, pape de 1623 à 1644. Clément IX, (photo ci-dessous), pape de 1667 à 1669. Pie IX, pape de 1846 à 1878.

 

Pour aller plus loin.

Les mosaïques par Suzy Verges, septembre 2013. « Des colorants de toutes nuances et des feuilles d’or augmentaient les effets de lumière, selon une conception venue de l’art de Byzance. Selon un schéma qui s’est imposé durablement, le Christ Pantocrator, au centre de l’abside, est entouré des Apôtres, des Saints, des quatre Évangélistes. Les évènements de l’histoire biblique sont illustrés. Avec les artistes comme Jacopo Toritti et Pietro Cavallini, à Rome, à la fin du 13e siècle, la mosaïque est à son apogée dans les édifices religieux, avant que la peinture ne la supplante définitivement à l’époque de la Renaissance ».

L’iconographie de l’arc éphésien de Sainte-Marie-Majeure à Rome, Jean Guerout, Bulletin Monumental, Année 1963, Volume 121, Numéro 1, pp. 98-100.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, A. Histoire médiévale, A. Histoire moderne, B. Photos, D. Italie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s