SUP. Moins d’enseignants qu’en 2011

En 2011, il y avait 91 257 enseignants dans l’enseignement supérieur. En 2016, il n’y en a plus que 89 957, soit 1300 de moins. Cette diminution est révélée par les très officiels Repères et Références Statistiques 2017 (indicateur 9.15 retraçant l’évolution des effectifs depuis 1992).

François Hollande et ses ministres ou secrétaires d’État n’avaient-ils pas promis une hausse de 5 000 emplois en 5 ans, soit 1000 par an (enseignants et personnels techniques et administratifs).

Cliquer sur l’image pour l’agrandir le tableau ou cliquer ici

En fait, la diminution globale observée de 2011 à 2016 cache des évolutions différenciées selon les catégories d’enseignants :

  • Le nombre de professeurs a faiblement augmenté : 20 929 en 2011, 21 183 en 2016 (+ 254).
  • Même chose pour le nombre de maîtres de conférences : 38 883 en 2011, 39 000 en 2016 (+ 117).
  • Hausse un peu plus forte pour le nombre de professeurs du secondaire enseignant dans le supérieur : 12 891 en 2011, 13 317 en 2016 (+426).
  • La chute des effectifs globaux est essentiellement due à une forte baisse du nombre d’ATER, de doctorants contractuels et de personnels temporaires de santé : 18 554 en 2011, 16 457 en 2016 (- 2097). Ce sont donc essentiellement les doctorants en fin de thèse ou les jeunes docteurs qui en ont pris « plein pot ».

Les universités ont gelé des postes d’enseignants-chercheurs, mais elles ont surtout gelé des supports budgétaires permettant de recruter temporairement des jeunes. Une partie non négligeable des docteurs 2011-2016 a donc été sacrifiée. Beaucoup avait été promis aux doctorants et aux jeunes chercheurs. Pourquoi aujourd’hui ne se sentiraient-ils pas trahis ?

Et les 5000 emplois promis ? Pas facile de faire le point. Heureusement la Cour des comptes s’est posé la question, dans son rapport sur l’exécution du budget 2016

  • Les 1000 emplois ont effectivement été financés en 2016. Mais tous les établissement n’en ont pas obtenu.
  • Mais…

  • Mais 347 emplois ont été financés au titre de la politique de site : il s’agit là d’un sacré tour de passe-passe. Inclure, dans les 1000 emplois, les postes attribués pour les contrats quinquennaux, c’est de la tromperie !
  • Mais des universités en situation financière difficile ont gelé des postes : un peu plus de trois financements d’emplois nouveaux sur quatre ont donné lieu à une création d’emploi effective
  • Mais…

  • Mais, parmi les emplois créés, il n’ y a eu que 38% d’emplois enseignants
  • Il en résulte une augmentation moindre des emplois d’enseignants (+480 sur douze mois) découlant de deux évolutions contraires : une diminution de l’emploi d’agents titulaires (-0,44%) et une hausse de l’emploi d’enseignants contractuels (+2,76%).

Les lectrices et lecteurs du blog auront noté que les données de l’enquête auprès des établissements, utilisée par la Cour des Comptes, ne sont pas vraiment cohérentes avec celles des RERS 2017 !

Et en 2017 ? … Le nouveau gouvernement se gardera bien de faire des promesses chiffrées. Ce sont les établissements autonomes qui décideront de l’utilisation de leur dotation d’État ! Celle-ci sera-t-elle en hausse pour faire face à la progression du nombre d’étudiants dans les universités ?

Rien n’est moins sûr ! Mais des lectrices et des lecteurs objecteront que je vois toujours le verre à moitié vide.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s