Reims. Le Jugement dernier

Cathédrale de Reims : début de la construction en 1211. Cette chronique et son album de 47 photos sont dédiés à deux des trois portails de la façade nord (Jugement dernier, Saints), et au combat de David et Goliath (au-dessus de la grande rose de la façade occidentale).

1.Façade nord du transept. Portail du Jugement dernier, 1215-1230. Source des citations en note finale.

Cliquer sur les images pour les agrandir

« Probablement conçu pour un projet avorté de la façade occidentale de la cathédrale de Samson, le portail du Jugement dernier de la façade nord du transept fut complété vers 1215 et placé dans le bras nord du transept ce qui explique des ébrasements perpendiculaires rendus nécessaires par le manque de place. Le style est antiquisant avec une influence de l’art antique dans les drapés et les progrès dans la représentation du corps humain notamment du nu comme les  ressuscités vraisemblablement inspirés de sarcophages antiques. Seuls les reliefs du linteau, de Pierre et Paul, du Beau Dieu tenant le globe de l’univers en main ont été réalisés plus tard vers 1230.

Le Beau Dieu est de plus grande taille que les six apôtres des ébrasements. Dans l’ébrasement de droite, Saint Jean, Saint Jacques le Majeur et Saint Paul et dans celui de gauche, Saint Pierre, Saint André et Saint Barthélemy.

Le Jugement Dernier est développé au tympan. Le Christ, au sommet, montre ses plaies, il est entouré de la Vierge, de Saint Jean-Baptiste et de deux anges portant les instruments de la Passion. Les défunts sortent de leurs tombeaux avant d’être jugés et, dans les registres inférieurs, à gauche, les élus ou les vertus et à droite, les damnés ou les vices.

Des anges portant les couronnes des élus ou sonnant les trompettes du jugement derniers, les vierges sages et les vierges folles ornent les voussures ».

2. Façade nord du transept. Portail des Saints (vers 1220 – 1230)

« Ce porche a une statuaire contant la vie de saint Remi et celle de saint Nicaise. Le pape du trumeau, Saint Sixte 1er, est entouré, dans l’ébrasement de droite, de Saint Remi et de Clovis accompagnés d’un ange et, dans l’ébrasement de gauche, de Saint Nicaise portant sa tête, de sa sœur Sainte Eutropie et d’un ange à l’encensoir.

Sur le linteau, en bas à droite, le baptême de Clovis.

Le tympan, surmonté du Christ entre deux anges, présente quelques miracles significatifs de Saint Remi (2ème et 4ème registres). L’histoire de Job au 3ème registre vient s’intercaler, prouvant ainsi le remaniement du portail. Au registre inférieur du tympan, Saint Nicaise apporte sa tête sur l’autel, comme une offrande à Dieu et Clovis est baptisé par Saint Remi.

Dans les voussures, patriarches et pontifes coiffés de tiares coniques, docteurs et évêques ».

3. Façade occidentale, au-dessus de la grande rose : David et Goliath.

« La statue de Goliath, déposée au Palais de Tau, est une œuvre colossale. Elle domine la salle de ses 5,40 mètres de haut et de ses 6 tonnes. C’est un haut-relief car elle était destinée à être placée devant un mur. Cette statue est un original des années 1260 déposé en 1966. Une copie a été mise en place en 2015 dans le cadre du chantier de restauration de la grande rose.

L’histoire de David et Goliath se décompose en deux scènes successives : à droite, le combat d’où provient la statue déposée dans le musée et, à gauche, la victoire de David qui s’apprête à trancher la tête du géant Goliath assommé.

L’ymagier du Moyen Age a représenté avec la mode de son temps le guerrier Goliath : cotte de mailles et armure de plaques, rondache ou bouclier rond, casque, épée et lance rapportée en métal ».

Extrait de la Bible, Samuel 1, XVII, 3-7. « Les Philistins se tenaient sur la montagne d’un côté, les Hébreux de l’autre côté, et la vallée était entre eux. Alors sortit du rang des Philistins un champion qui s’appelait Goliath. Sa taille était de plus de 2,80 mètres. Il était coiffé d’un casque de bronze et revêtu d’une cuirasse à écailles. Le poids de la cuirasse était d’environ soixante kilos de bronze. Il avait aux jambes des jambières de bronze et un javelot de bronze en bandoulière. Le bois de sa lance était le rouleau d’un métier à tisser et la pointe de sa lance pesait 6,6 kilos de fer. Le porte bouclier marchait devant lui ».

4. Autres photos de la façade Nord : cliquer ici.

Trois sources pour les citations. Découvrir la cathédrale. Wikipédia. CRDP Reims, Cathédrale, Sculptures déposées au Palais de Tau, 25 pages.

A venir : album de photos de l’intérieur de la cathédrale.

Poster un commentaire

Classé dans A. Art médiéval, B. Photos, C. Grand-Est (Alsace Lorraine Champagne-Ardenne), E. Arts Lettres Langues, E. Ingénierie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s