BTS, une attractivité en baisse ?

En marche ! Programme pour l’enseignement supérieure et la recherche.

Nous agirons pour promouvoir la mobilité sociale et professionnelle. Nous revaloriserons la formation professionnelle via la création de 100 000 places supplémentaires dans de nouvelles filières courtes professionnalisantes proposées par les lycées, les universités, les établissements consulaires en lien avec les branches professionnelles.

Cinq questions pour lever les imprécisions de ce programme. Filières courtes professionnalisantes en deux ou trois ans ? Le même diplôme préparé et délivré en classe supérieure des lycées et en université ? Le diplôme délivré par les établissements consulaires sera-t-il un diplôme national ? Et quid de la licence de technologie en 3 ans proposée par l’Assemblée des Directeurs d’IUT ? Et quid du Bachelor en 3 ans ?

2011. Dans ma chronique du 18 avril, j’écrivais : il manque 250 000 places en BTS, 125 000 pour chacune des deux années d’études. « A la rentrée 2010, 94 400 bacheliers de l’année étaient entrés en 1ère année de BTS. Or, pour la rentrée 2011, Admission Post-Bac avait enregistré 252 350 demandes classées en priorité. Le BTS, un diplôme attractif  (35% des premiers vœux formulés) », mais malthusien à l’entrée.

La chronique d’il y a six ans expliquait les raisons de cette attractivité au service de la démocratisation de l’accès et de la réussite dans l’enseignement supérieur. Elle posait cependant la question : ne faudrait-il pas concevoir « en même temps » une révolution de l’ensemble du 1er cycle (le combat du blog : créer des Instituts d’enseignement supérieur).

2012-2017. Le gouvernement socialiste n’a pas eu de plan d’ensemble pour créer davantage de places dans les BTS. Son seul objectif a été de rationaliser les flux post-bac. Pour simplifier : les bacs généraux dans l’université ou en classe préparatoire aux grandes écoles, les bacs technologiques dans les IUT et les bacs professionnels dans les Sections de Techniciens Supérieurs.

L’article 40 de la loi relative à l’égalité et à la citoyenneté (décembre 2016) prévoit une « expérimentation pour permettre aux bacheliers professionnels de poursuivre en STS. L’admission sera décidée par le recteur d’académie « au vu de l’avis rendu par le conseil de classe de leur établissement d’origine ».

2015-2016. L’indicateur 6.11 des RERS 2017 (tableau ci-dessous) note qu’il y eu 133 591 entrants en BTS. Combien de bacheliers de l’année parmi eux ? Combien de bacheliers des années précédentes et de réorientations à partir des filières universitaires (licence et DUT) ? Y a-t-il eu une augmentation du nombre d’élèves en 1ère année de BTS en 2015-2016 par rapport à 2010-2011. Sans doute, mais de combien ?

Cliquer sur les images pour les agrandir

2017-2018. Les 1ers vœux des futurs bacheliers formulés dans Admission Post-Bac viennent d’être publiés. Pierre Boulet, Orientation dans l’enseignement supérieur : vœux formulés pour la rentrée 2017-2018, Note Flash du SIES, n°6, juin 2017.

Première surprise (tableau ci-dessous). 126 096 élèves en baccalauréat professionnel ont candidaté en janvier en procédure normale APB. Mais seulement 99 985 ont formulé au printemps des vœux hiérarchisés. Pourquoi plus de 26 000 inscrits en terminale professionnelle ont-ils changé d’avis et renoncé à poursuivre des études supérieures ?

Deuxième surprise. Les BTS semblent avoir perdu de leur attractivité. Pour la rentrée 2011, l’admission en BTS représentait 35% des premiers vœux des inscrits en terminale. Pour la rentrée 2017, le taux aurait chuté à 28,8%, soit une demande de 171 195 places (28,8% de 594 429 premiers vœux).

Une attractivité moindre, mais quand même une insuffisance de places en BTS : 171 195 demandes alors qu’il n’y a eu que 133 591 entrants en BTS à la rentrée 2015 (dernier chiffre connu : les RERS 2018 paraîtront durant l’été). Un déficit entre 30.000 et 40.000 places ? Ou moins : en effet, tous les candidats au bac ne l’obtiennent pas ; tous les candidats au BTS ne sont pas admis (il y a numerus clausus et sélection à l’entrée).

A partir du tableau et de l’histogramme ci-dessus, on peut estimer l’origine des 171 195 demandes d’admission en 1er vœu en 1ère année de BTS selon le type de bac.

  • La demande la plus forte – et c’est logique – provient des inscrits en baccalauréat professionnel : environ 80 000 demandes (99 985 premiers vœux émis dont 80% pour les BTS).
  • La demande en provenance des inscrits en baccalauréat technologique demeure importante : environ 65 000 demandes (128 855 premiers vœux dont 50% pour les BTS).
  • La demande la plus faible – et c’est là aussi logique – provient des inscrits en baccalauréat générale : environ 26 000 demandes (365 751 demandes dont 7% environ pour les BTS).

Pour aller plus loin : 126 chroniques du blog sur les Sections de Techniciens Supérieurs et sur les BTS.

NB. Le Note Flash sur les vœux 2017 APB comprend un tableau préoccupant : 50% des 1ers vœux pour une admission en 1ère année universitaire sont concentrés sur 4 mentions de licence. Filières en tension : certaines universités vont-elles recourir au tirage au sort ? La possibilité en est donnée par une des dernières réglementations produites par le gouvernement sortant.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s