Bretagne-Loire. Notice nécrologique

3ème notice nécrologique pour la COMUE Université Bretagne-Loire, présidée par Pascal Olivard.

Le 5 mai 2015, je publiais une première nécrologie : Feu la COMUE Bretagne-Loire. Le 23 décembre 2015, je publiais une deuxième nécrologie : L’université Bretagne-Loire est mort-née.

En dépit de graves menaces sur son avenir, l’UBL et son président se voilent la face : un site et une lettre d’info donnent un semblant d’existence à la COMUE. Ses échecs successifs aux programmes d’investissement d’avenir la laissent désargentée : elle coûte plus qu’elle ne rapporte.

Il faut arrêter. En mai 2017, le CNRS quitte le navire qui commence à couler.

Ce début juillet 2017, ce sont les élu-e-s de la FSU au Conseil d’Administration de la COMUE qui tirent le signal d’alarme. 3ème notice nécrologique !

« Lors du CA du 3 juillet, les administrateurs élus ont découvert la profondeur de la crise qui s’ouvre pour la COMUE UBL créée il y a seulement 18 mois. Après l’annonce récente faite par le CNRS de son retrait de la COMUE, ils ont appris que les établissements rennais (l’ENSCR , l’ENS , l’IEP , l’Insa, Rennes-I et Rennes-II) s’engagent au cours de l’année 2018 à créer une nouvelle université sous la forme d’un EPSCP qui prendra le nom d’Université de Rennes. Une délibération commune aux six établissements est en cours de validation par leurs conseils d’administration respectifs.

Une telle création qui implique la sortie des établissements rennais de la COMUE, -la double appartenance n’étant pas possible-, est principalement motivée par la volonté des équipes dirigeantes concernées de se doter d’une structure plus intégratrice, mieux à même de coordonner les stratégies de recherche, d’innovation, de formation, et surtout capable d’obtenir des financements sur projets (notamment dans le cadre des PIA, programmes d’investissements d’avenir). C’est d’ailleurs l’échec à les obtenir qui explique principalement l’orientation des équipes rennaises.

Par-delà les problèmes juridiques que pose cette création, la question est désormais posée de savoir comment la COMUE peut maintenir sa dynamique dès lors que la nouvelle structuration rennaise vient la fragiliser durablement, et tandis que l’université de Nantes envisage sa propre restructuration. Depuis des années, la FSU condamne la logique néolibérale qui consiste à mettre en concurrence les établissements en quête de nouveaux moyens financiers pour pouvoir fonctionner normalement, une logique qui, on le voit, a des effets délétères sur tous les projets basés sur une approche fédérale.

La course aux grands financements est peine perdue : elle assure des moyens à une petite minorité de chercheurs, laboratoires et formations au prix d’une paupérisation de tous les autres. La construction de la COMUE, des nouvelles universités rennaise et nantaise s’inscrit dans cette course mortifère pour les structures du service public de l’Enseignement supérieur et de la recherche et le travail de ses personnels.

Les élu-e-s de la FSU de la COMUE UBL interpellent l’État, à son plus haut niveau de responsabilité, pour que le Grand Ouest (Bretagne et Pays de la Loire) bénéficie comme les autres grandes régions des mêmes niveaux d’investissements, ainsi que de financements pérennes assurant la démocratisation réelle de l’enseignement supérieur et le développement indispensable des recherches publiques ».

Mary David, Jean-Philippe Melchior, Julien Sicot.

Il ne faut jamais désespérer de la capacité de survie des organisations bureaucratiques. Rendez-vous est pris pour une 4ème notice nécrologique !

Poster un commentaire

Classé dans C. Bretagne Normandie, C. Pays de Loire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s