APB a explosé en plein vol

Admission post-bac (APB). 14 juillet 2017, troisième vague de propositions aux bacheliers souhaitant poursuivre des études supérieures et aux étudiants en réorientation.

Après trois vagues, 541 204 jeunes ont reçu une proposition d’admission dans un cursus, soit un taux de satisfaction de 84,3 %. Ce qui veut dire que – mi-juillet – 86 969 candidats sont toujours sans proposition. C’est certes 4 000 de moins qu’en 2016 à la même période.

Mais c’est un grave échec pour APB : les modifications introduites pour 2017 (obligation de choisir parmi les vœux une licence non sélective – licence dite à pastille verte -, autorisation du tirage au sort quand la capacité d’accueil est atteinte, intervention tardive du ministère pour augmenter les capacités d’accueil en 1ère année des études de santé) n’ont pas introduit suffisamment d’huile dans les rouages.

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Lire l’article du Monde Campus

Des problèmes demeurent pour l’accès à la licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS). Le ministère va donner des moyens pour caser quelques milliers d’étudiants supplémentaires dans cette filière saturée. Cette décision prise dans la panique est un gaspillage stupide d’argent public : quels emplois pour les diplômés STAPS qui vont se retrouver en surnombre par rapport aux possibilités du marché du travail ? STAPS n’a pas besoin d’une augmentation de ses capacités d’accueil ; la filière doit faire l’objet d’un numerus clausus (du type de celui fixé à l’entrée de la deuxième année des études de santé), et donc d’une sélection à l’entrée de la L1 ou d’un concours en fin de L1.

86 969 jeunes vont donc passer de fort mauvaises vacances. Celles et ceux qui vont être admis dans le cadre de la procédure d’admission complémentaire (lire ci-dessous) vont faire une rentrée dans des conditions difficiles : les enseignements de licence démarrent en effet la 1ère ou la 2ème semaine de septembre.

Pour aller plus loin : 113 chroniques du blog sur Admission post-bac.

Bref, chacun(e) doit reconnaitre qu’ABB a explosé en plein vol. Le maillon faible du 1er cycle du supérieur – la licence – a subi une grave maltraitance par la faute d’APB. Il est plus que temps de mettre en œuvre une révolution de l’ensemble du 1er cycle de l’enseignement supérieur

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s